Archives Mensuelles: novembre 2011

Les mystères de Harper Connelly, tome 1 : Murmures d’outre-tombe, de Charlaine Harris

Les mystères de Harper Connelly, tome 1 : Murmures d'outre-tombe, de Charlaine Harris
Mon résumé

Harper a été frappée par la foudre dans sa jeunesse. Depuis, elle peut retrouver les gens morts et ressentir ce qu’il s’est passé durant leurs derniers instants. La police fait appel à elle pour résoudre une enquête : un adolescent a été retrouvé mort dans les bois, et sa petite amie est portée disparue. Que s’est-il vraiment passé ? Alors que Harper tente d’élucider ce mystère, les habitants se montrent très hostiles. Sans compter que le meurtrier semble vouloir lui mettre des bâtons dans les roues.


Mon avis

Deuxième essai pour cette auteure américaine de bit-lit et fantastique, deuxième déception.
C’était pourtant bien parti : l’histoire se lit rapidement, le lecteur est pris dans l’intrigue et Harper, l’héroïne aux pouvoirs surnaturels est assez sympa, ni trop niaise ni trop superwoman. J’avais peur de tomber sur une deuxième Sookie, mais de ce côté-là, pas de problème. On en apprend assez sur elle et sur sa famille pour apprécier sa personnalité, même si son personnage n’est pas particulièrement fouillé. Son demi-frère, qui l’accompagne partout, est un dragueur plein d’affection pour sa sœur, il m’a beaucoup plu.
Comme je le disais donc, c’était bien parti.

L’écriture de Charlaine Harris est assez sympa, j’ai été prise dans la lecture même si le suspense ne tient pas particulièrement en haleine. On retrouve les quelques petits défauts que j’avais repérés lors de ma lecture de La Communauté du Sud : des détails du quotidien qui n’apportent rien, mais cette fois ça ne m’a pas dérangée outre mesure.

Hélas, le gros zéro de ce roman, c’est la chute. J’ai trouvé la résolution de l’intrigue nulle, nulle, nulle. D’ailleurs, je m’étonne encore une fois d’être la seule ! Je ne veux pas spoiler mais sincèrement, c’est beaucoup trop gros, autant de meurtres pour ne cacher que ce petit secret insignifiant ? Hum, je ne marche pas.
Et comme si cela ne suffisait pas, j’avais de grosses présomptions quant à l’identité du tueur, qui se sont révélées correctes. Et c’est bien la première fois que je ne suis pas bluffée par la fin d’une enquête ou d’un thriller. Vraiment dommage, car c’est ce que j’attends de ce genre de livre à suspense : tomber de ma chaise en découvrant le meurtrier et ses motifs.

Une bonne déception donc, surtout que jusqu’à un certain point, le roman me plaisait vraiment. Je ne pense pas réitérer l’expérience Harris avant un petit temps. Je m’arrête donc ici pour cette saga et la laisse aux vrais fans de l’auteure.

Note : 4,5/10

Extras
Traductrice : Sophie Dalle
Première publication VO en 2006 et en français en 2011
Fiche Bibliomania
La saga ne compte et ne comptera que 4 tomes.

Coraline, de Neil Gaiman

Coraline, de Neil Gaiman

Mon résumé
Coraline, une petite aventurière maligne et espiègle, vient d’emménager dans une nouvelle maison. Alors que ses parents la délaissent un peu, elle décide d’explorer les quatre coins de la maison et découvre une porte qui ne mène nulle part. Et pourtant, derrière celle-ci se cache un monde identique au sien, à quelques petits détails près… Cette nouvelle aventure risque d’être bien plus dangereuse que Coraline ne le pensait. Échappera-t-elle aux griffes des « autres » habitants qui vivent derrière la porte ?


Mon avis

Coraline est un petit roman jeunesse de 150 pages qui m’a beaucoup plu. J’ai particulièrement apprécié la belle écriture de Gaiman et le monde fabuleux qu’il crée pour ses lecteurs. Il sait à la fois les ravir, les fasciner et les faire frissonner. Le thème général est bien connu des livres pour enfants : le passage dans un autre monde (Alice au pays des merveilles, Narnia, Reckless) mais l’auteur a su donner une pointe d’originalité à son roman, qui le rend vraiment unique.

Coraline est très attachante. Elle n’est pas naïve, ce n’est pas une poule mouillée et elle a de la jugeote pour son âge : une parfaite petite héroïne à laquelle les jeunes lecteurs peuvent s’identifier. Elle fait la connaissance d’un chat, qui l’aide tout au long de sa quête et qui m’a beaucoup amusée. Ces deux-là forment une belle équipe, malgré un mauvais départ.

Le chat s’arrêta, puis s’assit et, pensif, entreprit de faire sa toilette, sans paraître conscient de la présence de Coraline.
« On… pourrait être amis, tu sais, reprit-elle.
– Ouais… et on pourrait aussi être des spécimens rares appartenant à une espèce peu commune d’éléphants danseurs originaires d’Afrique. Sauf que ce n’est pas le cas. Du moins en ce qui me concerne », ajouta-t-il toutes griffes dehors.
Coraline soupira.
« S’il te plaît… Comment t’appelles-tu ? Moi c’est Coraline.»
Le chat bâilla sans se presser, voire avec application, en dévoilant une bouche et une langue extraordinairement roses.
« Un chat, ça n’a pas de nom, répondit-il enfin.
– Ah bon ?
– Non. C’est bon pour vous autres, les noms. Parce que vous ne savez pas qui vous êtes. Mais nous, nous le savons ; alors nous n’en avons pas besoin.»
Coraline trouvait ce chat d’un égocentrisme énervant. À l’entendre, il était le seul être au monde qui ait de l’importance.

Un petit conte qui prouve qu’un enfant peut faire preuve d’intelligence pour se sortir d’une mauvaise situation et vaincre ses peurs. Ce n’est pas une version édulcorée pour gamins, les descriptions sortent du commun, et « l’autre » mère peut réellement se montrer terrifiante. Il faut croire que je suis restée une grande enfant !

Note : 7,5/10

Extras
Traductrice : Hélène Collon
Première publication : janvier 2003
Fiche Bibliomania
Coraline est aussi un film d’animation réalisé par Henry Selick,
le réalisateur de L‘étrange Noel de Mr Jack.

Ce livre a été lu dans le cadre d’une Lecture Commune avec d’autres Livraddictiens : Flo_BossPlatinegirlMariipommTsukiGr3nouille2010LynnaeHabitant of StoMarmotteLunaPetite MarieFelinaZazou8888LiyahJelydragon

 

Un mot sur le film
CoralineL’adaptation de Coraline est haute en couleur et vise un public plus large. On retrouve bien le côté sombre et merveilleux de l’histoire de Gaiman et pourtant… ça ne sonne pas tout à fait juste. J’ai regardé le film directement après avoir lu le livre et la moindre petite différence me sautait aux yeux. La trame est exactement la même mais c’est la forme qui diffère et les détails changent parfois du tout au tout. Le côté folklorique, burlesque est omniprésent, peut-être un peu trop. Dans le film, les personnages sont plus fous, délurés, improbables. Il y a un petit côté « too much » qui m’a légèrement dérangé car il ne s’accorde pas totalement au monde de Gaiman. Par contre, je comprendrais que les enfants soient d’autant plus fascinés par l’aspect un peu foldingue du film. C’est donc un très chouette film, mais une adaptation qui ne colle pas à cent pour cent au roman.

J’ai également trouvé le film un peu long pour un petit roman d’une centaine de pages. Le réalisateur a rajouté un personnage, rend les scènes spectaculaires, et tout ça prend de la place. Le film, en fait, va plus loin et possède une dimension morale qu’il n’y a pas vraiment dans le livre. Dans le film, Coraline est d’abord ravie de découvrir « l’autre » appartement avec ses « autres » parents, mais elle se rend vite compte que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs !

Challenge Regarde ce que tu lis

Ne jamais tomber amoureuse, de Melissa Marr

Ne jamais tomber amoureuse, de Melissa MarrMon résumé

Aislinn possède la Vue : elle peut voir les fées et fés qui se promènent en toute impunité dans les rues. Vous trébuchez alors qu’il n’y avait rien sur votre chemin? Ce sont les fés qui vous jouent un tour. Pour sa propre sécurité, Aislinn doit sans cesse faire semblant de ne pas les voir, même s’ils se mettent à lui tripoter les cheveux. Un jour, un fé l’aborde sous sa forme humaine et décide de la suivre partout. Aislinn entend tout autour d’elle les fées chuchoter qu’elle serait l’Élue.

 

Mon avis

Première leçon : l’habit ne fait pas le moine. Derrière cette couverture tape-à-l’œil, et entre nous quelque peu grotesque, ce titre cul-cul (qui selon moi ne convient pas des masses) se cache un super livre. Une histoire qui semble, à première vue, calquée sur le fameux schéma des derniers romans jeunesses : une jeune fille est irrémédiablement attirée par un garçon mystérieux, sorti de nulle part. Hé bien non ! À mon grand bonheur, même si couverture, titre et quatrième de couverture laissait présager ce genre de romance, je me suis retrouvée prise dans un roman captivant et original.

Deuxième leçon : ne pas juger trop vite. Encore un prologue trop révélateur à l’issue duquel je devinais déjà l’entièreté de l’intrigue, les tenants et aboutissants du problème. Je n’aime pas cette manie qu’ont certains auteurs de vouloir mettre dans les mains du lecteur toutes les infos pour qu’il comprenne bien l’histoire. Dans ce prologue d’une page et demi, on découvre que le Roi de l’Été est à la recherche d’une mortelle qui deviendrait sa reine mais hélas, il n’a jamais trouvé l’Élue. La suite était facilement envisageable : Aislinn est l’Élue, elle tombe amoureuse du Roi et le royaume des fées est sauvé. Voilà où j’en étais de mes suppositions après ce petit prologue. Hé bien non encore une fois ! L’histoire prend des tours inattendus et se révèle beaucoup moins clichée que prévu.

C’est la première fois que je plonge dans l’univers des fés et fées et c’est une très bonne surprise. Ils ne sont pas les gentilles petites créatures auxquelles on pourrait s’attendre : Aislinn les fuit comme la peste. Lorsque Keenan revêt un charme et apparait sous sa forme humaine, elle sait qu’elle doit s’en méfier et ne tombe pas dans ses bras, fascinée par sa beauté et son côté mystérieux. Car elle sait. Et voilà qui change un peu la donne, elle ne veut pas de Keenan, de ce fé qui la poursuit depuis des mois (d’où le titre inapproprié selon moi).

J’ai trouvé les personnages sympathiques, notamment Seth, le meilleur ami d’Aislinn et Donia, la Fille de l’Hiver, qui apportent un vrai plus au roman. Il ne s’agit pas seulement de l’histoire d’Aislinn et Keenan, les personnages qui gravitent autour ont tout autant leur importance. Le champ des possibilités s’élargit, on ne se focalise pas uniquement sur deux personnes. Seul Keenan ne m’a jamais émue, je l’ai trouvé très superficiel et un peu égoïste.
Je me suis prise au jeu, j’espérais que la fin se déroulerait comme je l’entendais, et j’ai été assez satisfaite de celle-ci. Aislinn finira-t-elle par céder au beau Keenan ? Allez savoir !

Note : 8/10

Extras
Traductrice : Blandine Longre
Première publication : janvier 2010
Fiche Bibliomania
Trois tomes sont déjà sortis en français,
le tome 5 sortira en VO en février 2012.
Attention, dans le tome 2,
Aislinn et Keenan ne sont que des personnages secondaires.
Pour la suite de leur histoire, c’est dans le tome 3.

Swap Jeunesse avec Pommesucre

Je l’ai reçuuuu 😀 Quel plaisir d’ouvrir un colis qui contient des livres et des gougouilles ! Sincèrement, ça remplit le cœur de bonheur ! Je remercie infiniment Pomme d’avoir accepté de swapper avec moi et surtout de m’avoir autant gâtée ! Voyez plutôt 🙂

swapJ’ouvre fébrilement le paquet (Pomme m’avait prévenue qu’il était plein à craquer :D)

swapJe dispose un à un les paquets sur mon lit en lisant les chouettes petits mots et en essayant de deviner ce que cache chacun des emballages (certains avec une petite touche artistique superbe !!)

swapTout est déballé (4 secondes top chrono :D) et wahouuu !

swapQuatres livres ! Oui quatre et pas des moindres : le meilleur de ma wishlist ! Elle a choisi à merveille 🙂 Quand j’ai lu le petit mot « Om u Nederlands onderhouden » (bon ça se dit pas tout à fait comme ça mais bien essayé :D), je me suis dit « Ouitch qu’est-ce qui m’attend ?! » Mais très bonne surprise en découvrant L’appel du sang, de S. Meyer en néerlandais. De même que je me réjouis déjà de lire Les Vampires de Manhattan, 16 lunes (un coup de cœur de Pomme) et Éphémère. J’adoooore 😀

swapEnsuite, je découvre avec plaisir ce que je vais grignoter pendant mes nouvelles lectures : des chiques (oui à Liège on dit chiques), du chocolat (sympa les chaussures !) et surtout la sucette sur un bois (un truc que je n’ai plus mangé depuis que j’ai 12 ans :D).

swapOn finit par les petits cadeaux : un beau petit carnet et un présentoir à bijoux très design (beau et utile, mais fera un peu double emploi avec mon porte boucle d’oreilles de 1m² :P). À cela s’ajoute de jolis MP (j’adore celui avec ton rat, il est très réussi ! Tu as eu l’idée après que je trouve la photo sur ton suivi trop craquante ? :D), et une carte d’Anna Ziliz, une artiste que Pomme aime beaucoup. Heureuse de découvrir tes goûts, je la trouve très belle aussi 🙂

Et voilà c’est fini, et je suis H-E-U-R-E-U-S-E ! Un graaand merci à toi Pomme pour ce super colis, j’espère que le mien te fera plaisir aussi… [Et voici l’article où elle découvre le colis que je lui ai envoyé :)]