Archives Mensuelles: août 2012

Merci pour les souvenirs, de Cecelia Ahern

Merci pour les souvenirs, de Cecelia Ahern

Quatrième de couverture

Après un accident qui a bouleversé sa vie et détruit son mariage, Joyce Conway ne doit la vie qu’à une transfusion sanguine. Mais des phénomènes étranges commencent à se produire. Elle se souvient de choses qu’elle n’a pas vécues. Elle peut parler des heures durant des rues pavées et sinueuses de Paris, ville qu’elle n’a jamais visitée, ou disserter sur l’architecture baroque. Et, toutes les nuits, elle rêve d’une petite fille aux cheveux blonds. Dès lors, Joyce n’aura plus qu’un but : découvrir à tout prix qui lui a donné son sang, dans l’espoir de comprendre ce qui lui arrive. Et retrouver le charmant Américain dont elle a fait la connaissance le jour de sa sortie de l’hôpital.

Nbr de pages : 474 / Éditeur : J’ai lu / Titre VO : Thanks for the Memories

Mon avis

Un mois après avoir terminé ce livre, je n’en garde déjà plus que quelques souvenirs. Et pourtant… je sais que j’ai adoré. Je me souviens avoir été émue aux larmes par le désespoir de Joyce au début du livre et m’être marrée devant les blagues lourdingues de son papa, qui ferait tout pour rendre le sourire à sa petite fille. Par dessus tout dans ce livre, c’est la beauté de cette complicité entre Joyce et son vieux papa qui m’a le plus plu. Ce papa à la fois innocent et taquin, un brin toqué, désopilant, qui fume en cachette et qui s’étonne de tout comme un gamin, est plus qu’attendrissant. Je me suis rarement autant attachée à un personnage secondaire qu’à ce papa clopin-clopant, un personnage hors du commun, qui vaut à lui seul que l’on prête toute son attention à ce roman. Cecelia Ahern a créé des personnages très prometteurs, pleins de charisme, qui m’ont fait rire et sourire, tout du long.

Arrivée à la moitié du roman, j’en aurais bien fait un coup de cœur tellement j’étais happée par l’histoire et émerveillée devant la justesse des personnages. Et puis j’ai commencé à trouver ça long ; Joyce recherche son mystérieux inconnu et l’inconnu est à la recherche de Joyce. Il se croisent, s’évitent, se rencontrent, un vrai chassé-croisé qui dure plus de 400 pages (une bonne centaine de trop). Et c’est dommage car tout le contexte, l’écriture si attachante de l’auteure, les anecdotes et les réflexions sur la vie qu’il y a autour de cette intrigue romantique m’ont vraiment séduite. L’histoire d’amour reste courue d’avance et sans grand suspense, mais malgré les longueurs inutiles, j’ai réellement apprécié ma lecture.

C’est le quatrième roman de Cecelia Ahern que je lis, ce n’est pas le meilleur, mais jusqu’ici, elle ne m’a toujours pas déçue. Je trouve qu’elle a un réel talent pour faire d’une histoire banale et sans surprise une belle histoire avec des personnages forts et émouvants. Moi j’en redemande !

Ma note : 8/10

Extras
Traductrice : Maryse Leynaud
Première publication : octobre 2010
Fiche Bibliomania
Déjà lu : PS I love you, Si tu me voyais maintenant, La vie est un arc-en-ciel.
Un grand merci à Mandy, chez qui j’ai gagné ce livre 🙂

La Blogo de la Tentation #2

La Blogo de la Tentation

Je passe des heures sur vos blogs, à saliver devant vos chroniques coups de cœur, devant les nouvelles sorties que vous découvrez avant moi. J’essaie de ne pas trop succomber dans cette blogo de la tentation, mais certaines d’entre vous ont l’art de me donner envie de sortir directement acheter le livre dans la librairie la plus proche. Vous savez trouver les mots qu’il faut pour me convaincre, et mon portefeuille ne vous remercie pas ! À la chasse aux tentatrices !

« Le meilleur moyen de se délivrer de la tentation, c’est d’y céder. »
Oscar Wilde

Depuis le mois passé, j’ai craqué ! C’est Sab qui remporte la palme car je me suis acheté La prime, de Janet Evanovich. Merci vile tentatrice 😀

1. La tentatrice : Suny, de J’aime les livres et j’en suis fière
Le fruit de la tentation : Les chroniques de MacKayla Lane, de Karen Marie Moning

Les chroniques de MacKayla Lane, tome 1 : Fièvre noire, de Karen Marie MoningUne série dont j’ai entendu beaucoup parlé et récemment, Suny s’est enfilé les 5 premiers tomes avec délice et m’a donné envie de rencontré ce Barrons, qui reçoit tant d’éloges de votre part, les filles !

« Barrons, beau mâle aux muscles d’acier, est aussi mystérieux qu’érudit, et quelque chose me dit qu’il cache un petit quelque chose de sauvage sous ses airs raffinés (et ça me plait, tu t’en doutes bien). Préparez les ventilos les filles, ça va chauffer dans les culottes. À mon avis, je vais bientôt devoir revoir le top 10 des hommes de ma vie.

L’histoire est hyper bien ficelée (et encore, je ne sais pas tout, mais je pressens bien des « crévindieu, mais comment n’avais-je pas deviné! » et autres « saperlotte, je viens de me prendre une espèce de claque, là »), et reprend avec astuce le mythe celtique des Tuathà De Danaan pour en faire une intrigue avec moult surprises et aucun temps mort. »

2. La tentatrice : Mirage, de Un brin de papier
Le fruit de la tentation : Le premier défi de Mathieu Hidalf, de Christophe Mauri

Le premier défi de Mathieu Hidalf, de Christophe MauriJ’ai parfois peur qu’un livre soit trop jeunesse pour moi, mais depuis ma jolie découverte de La rivière à l’envers, de Mourlevat, j’ose prendre des risques. Mirage a eu un coup de cœur pour ce petit roman, que je n’avais encore jamais vu sur la blogosphère. Dans sa chronique, elle met tout en œuvre pour nous tenter et ça a très bien marché !

« C’est assez rare qu’un livre arrive à changer instantanément votre humeur, rien qu’en lisant quelques pages. Celui-ci y parvient à merveille, chaque moment de lecture étant une réelle bouffée d’oxygène. En fait c’est comme si, lorsqu’on quittait l’univers de Christophe Mauri, on retenait notre respiration jusqu’à la prochaine plongée. C’était une sensation absolument magique ! »

 

3. La tentatrice : Steph, de Plaisir de lire
Le fruit de la tentation : La voleuse de livres, de Markus Zusak

La voleuse de livres, de Markus Zusak

À première vue, ce n’est pas le genre de livres que j’affectionne. Et pourtant, Steph m’a vraiment donné envie. Je me suis surtout laissée tenter par le fait que ce soit la Mort qui raconte l’histoire, une histoire très émouvante qui plus est.

« Il y a certains romans qui vous empoignent comme ça et dont vous ne pouvez plus vous détacher. Le livre de Markus Zusak en fait partie. c’est une livre fort autant par ses mots que par ses idées. »

k-

4. La tentatrice : Miss Spooky Muffin, de Lilyn Kirjahylly
Le fruit de la tentation : The Fault in our stars, de John Green

The Fault in our stars, de John Green

Un auteur que j’ai vraiment hâte de découvrir, qui fait l’unanimité, qui fait rire et qui fait pleurer. Miss Spooky Muffin a été contrainte (et forcée) de lire ce livre par Lyra, une inconditionnelle de l’auteur (qui a été la première à me donner envie de lire du Green), alors qu’elle n’aime pas les histoires tristes. Mais elle l’a trouvé génial (mais trop triste), et je suis sûre que ce livre est pour moi !

« John Green est probablement un petit génie des mots, qui mélange le moderne à l’ancien et le facile au compliqué avec brio, qui sort des mots incroyables tout en ancrant profondément son histoire dans le présent. Rien que pour ça, vous devriez le lire. […] Mais sous le couvert de beaux mots compliqués (il ne fallait pas se sentir obligé), de poèmes qu’on a envie de retenir, de blagues qui font rire et d’attentions qui font sourire, on ne réchappe pas vraiment à la tristesse inhérente à tout cela. »

5. La tentatrice : Mandy, de Meadows Of Heaven
Le fruit de la tentationPlus encore que la vie, d’Amy Plum

Plus encore que la vie, d'Amy Plum

Un livre qui m’avait déjà interpellée à sa sortie en VO. Amour, mythologie, Paris : un trio de choc. L’auteure semble nous emmener vraiment au coeur de Paris avec sa jolie plume et Mandy m’a convaincue de donner sa chance à ce premier tome très complet, qui ne laisse pas de questions en suspens et peint des personnages fouillés.

« Plus encore que la vie m’a emmenée là où je le voulais, à savoir à Paris, grâce à ses décors si joliment dépeints, la romance si passionnée des personnages et le style poétique de l’auteure. »

Hé oui, les blogueuses sont de vraies tentatrices ! Et comme je suis certaine qu’il y aura encore des centaines de livres tentants dans leurs chroniques, je vous propose de se rejoindre ici tous les 20 du mois, pour découvrir celles qui font grossir ma Wish et maigrir mon portefeuille.

Si vous voulez, comme moi, dénoncer vos propres tentatrices, n’hésitez pas à me rejoindre pour ce rendez-vous, et à venir chaque mois ajouter ici les liens de vos articles.

PS : Je ne sais pas si un RDV du même genre existe (si une blogueuse avait déjà eu cette idée, je m’excuse), je ne l’ai vu nulle part, mais si c’est le cas, n’hésitez pas à me prévenir !



Top Five SeriesAddict #1

Top Five SeriesAddict est un rendez-vous hebdomadaire créé par Tequi, qui nous propose le vendredi de classer nos séries télé en fonction d’un thème chaque fois différent. Enjoy !

SeriesAddict

1re édition : vendredi 20 juillet 2012

Je trouve l’idée excellente et je me joins avec plaisir à Tequi pour ce nouveau rendez-vous, même s’il ne concerne pas les livres. Je commence donc un peu à la traîne, avec plusieurs semaines de retard avec le thème du jour :

Les personnages de série qui vous font le plus fantasmer…

1. Dexter
Mon chouchou number one 😀 Quand il enfile son t-shirt dans le générique, son petit regard, graou ! C’est vraiment une excellente série, Michael C. Hall incarne à la perfection un Dexter attachant, effrayant, marrant et hors du commun.

2. Liam, dans 90210
Un surfeur avec un charme fou ! Dans mes séries plus ados, Liam remporte la palme du beau mec.

3. Damon et Stefan Salvatore, dans The Vampire Diaries
Entre les deux mon cœur balance.

4. Michael Scofield, dans Prison Break
J’en étais littéralement amoureuse à 17 ans quand j’ai commencé Prison Break.

5. Jack Porter, dans Revenge
Nouvelle série, nouveau beau gosse. Il est tellement mamé dans Revenge, sans parler de son regard…

Ennemis, de Charlie Higson

Ennemis, de Charlie Higson

 

Mon résumé

Un étrange virus s’est répandu dans Londres, tuant tous les adultes ou les transformant en monstres purulents et affamés. Les enfants ont appris à survivre, à tuer les adultes qui ne pensent qu’à les manger, à récupérer le plus de nourriture possible. Mais les adultes semblent devenir de plus en plus rusés et la nourriture de plus en plus difficile à trouver. Un jeune garçon débarque un jour avec la promesse d’un endroit sûr. Un miracle inespéré ou de nouveaux ennuis ?

Nbr de pages : 478 / Éditeur : Pocket Jeunesse / Titre VO : The Enemy 

Mon avis

Un bon pavé, une couverture énigmatique et inquiétante et à peine quelques mots en guise de résumé : « Vous pensiez que vos parents seraient toujours là pour vous protéger ? Vous aviez tort… ». Cette lecture jeunesse s’annonçait plutôt bien pour ma première incursion dans le monde des zombies. J’ai très vite fait la connaissance de toute la bande de jeunes et je suis partie à la chasse aux croulants, hache à la main à leurs côtés.

Je n’ai pas été déçue par ce roman, qui est très prenant, plein de rebondissements, d’aventure et d’action. Chaque enfant a sa propre personnalité et on arrive facilement à savoir qui est le casse-cou du groupe, le téméraire ou le rusé. Ils apportent chacun un peu de vie au roman pour nous offrir une jolie panoplie d’amitié, de chamailleries, de serrages de coudes et de déconnades, agrémentée même d’un brin d’amourette.

L’auteur ne choisit pas la facilité, j’ai été surprise plus d’une fois de la tournure des événements et il ne ménage pas non plus ses lecteurs : l’ambiance de désolation et de chaos qui pèse sur Londres, les morts qui se multiplient et on imagine très bien ces adultes répugnants et les combats sanglants grâce à des descriptions détaillées. Pourtant, contrairement à d’autres blogueurs, je n’ai pas trouvé qu’on tombait dans le gore et je pense que le livre reste abordable pour d’assez jeunes lecteurs voulant connaître leurs premiers frissons de lecture. Et puis, l’écriture est très aisée, avec un vocabulaire et des expressions « pour faire jeune » qui devraient plaire aux ados (par exemple : « kekchose »).

Même les rats avaient disparu. En l’absence de gens pour remplir les poubelles, la nourriture s’était vite révélée insuffisante pour entretenir leurs nuées. Ils étaient morts de faim, ils avaient émigré ailleurs, ou alors ils s’étaient fait manger par les chats qui eux-mêmes avaient été mangés par les chiens. De leur côté, les adultes avaient mangé tout ce qu’ils avaient pu trouver : rats, chats, chiens, enfants, congénères… Bref, tout le monde essayait de manger tout le monde.

L’histoire a bien sûr ses petits défauts : on ne sait pas trop d’où provient le virus qui a ravagé Londres (et peut-être même tous les pays), et puis, ce n’est pas toujours plausible, les enfants, qui n’ont pas plus de 14 ans, sont d’ailleurs très (trop ?) matures pour leur âge. Ils sont efficaces aux combats, rusés, intelligents, organisés. C’était parfois difficile de s’imaginer ces petits gosses avec autant de génie. Mais après tout, ce sont des survivants et il a bien fallu qu’ils s’endurcissent, alors pourquoi pas ?

Je ne vois quasi que des points positifs à ce roman, mais au final, c’est un livre fort jeunesse et il m’a manqué un « p’tit kekchose » pour vraiment accrocher. Et puis, je n’ai pas été assez effrayée pour que cette lecture me marque vraiment. Sympathique, mais sans plus. Je le recommande vraiment aux plus jeunes, qui devraient l’adorer.

Note : 7/10

Extras
Traducteur : Julien Ramel
Première publication : juin 2011
Fiche Bibliomania
Il s’agit d’une série en 4 tomes. Le dernier tome, The Sacrifice, va bientôt sortir en anglais (septembre 2012)
et le tome 2, Les trépassés, vient de sortir en français (juin 2012).
D’autres avis : Tristenya et Ayma ont adoré ce livre !

J’ai lu ce livre dans le cadre d’une lecture commune avec Elyssandre qui n’a pas vraiment été emballée par sa lecture, et qui, contrairement à moi, a trouvé ce roman glauque et peu adapté aux jeunes.
« L’auteur nous plonge directement dans le cœur de l’histoire, nous étouffe sous une avalanche de personnages, tant et si bien qu’on s’y perd facilement sous la ribambelle de prénoms. Et ça ne s’améliore pas au fil des pages. […] À chaque nouvelle page, on ne cesse de se demander quel sort horrible s’abattra encore sur le groupe, quelle horreur l’auteur a pu imaginer pour ses petits héros et qui sera le prochain a être mis à la trappe. Certes, c’est glauque, certes, il y a des morts, mais cela n’empêche pas que le livre se lit – bien – et que l’histoire a quand même une certaine cohérence, derrière les situations improbables. Les enfants gardent une âme d’enfant, même s’ils ont grandi trop vite..
. »
Retrouvez son avis ici.


Vidéo de promotion pour le 3e tome de la série :
Charlie Higson, un croulant, essaie de pénétrer dans une maison où se cachent des enfants,
mais bizarrement, ce n’est pas pour les manger…