Archives du 26/08/2012

Merci pour les souvenirs, de Cecelia Ahern

Merci pour les souvenirs, de Cecelia Ahern

Quatrième de couverture

Après un accident qui a bouleversé sa vie et détruit son mariage, Joyce Conway ne doit la vie qu’à une transfusion sanguine. Mais des phénomènes étranges commencent à se produire. Elle se souvient de choses qu’elle n’a pas vécues. Elle peut parler des heures durant des rues pavées et sinueuses de Paris, ville qu’elle n’a jamais visitée, ou disserter sur l’architecture baroque. Et, toutes les nuits, elle rêve d’une petite fille aux cheveux blonds. Dès lors, Joyce n’aura plus qu’un but : découvrir à tout prix qui lui a donné son sang, dans l’espoir de comprendre ce qui lui arrive. Et retrouver le charmant Américain dont elle a fait la connaissance le jour de sa sortie de l’hôpital.

Nbr de pages : 474 / Éditeur : J’ai lu / Titre VO : Thanks for the Memories

Mon avis

Un mois après avoir terminé ce livre, je n’en garde déjà plus que quelques souvenirs. Et pourtant… je sais que j’ai adoré. Je me souviens avoir été émue aux larmes par le désespoir de Joyce au début du livre et m’être marrée devant les blagues lourdingues de son papa, qui ferait tout pour rendre le sourire à sa petite fille. Par dessus tout dans ce livre, c’est la beauté de cette complicité entre Joyce et son vieux papa qui m’a le plus plu. Ce papa à la fois innocent et taquin, un brin toqué, désopilant, qui fume en cachette et qui s’étonne de tout comme un gamin, est plus qu’attendrissant. Je me suis rarement autant attachée à un personnage secondaire qu’à ce papa clopin-clopant, un personnage hors du commun, qui vaut à lui seul que l’on prête toute son attention à ce roman. Cecelia Ahern a créé des personnages très prometteurs, pleins de charisme, qui m’ont fait rire et sourire, tout du long.

Arrivée à la moitié du roman, j’en aurais bien fait un coup de cœur tellement j’étais happée par l’histoire et émerveillée devant la justesse des personnages. Et puis j’ai commencé à trouver ça long ; Joyce recherche son mystérieux inconnu et l’inconnu est à la recherche de Joyce. Il se croisent, s’évitent, se rencontrent, un vrai chassé-croisé qui dure plus de 400 pages (une bonne centaine de trop). Et c’est dommage car tout le contexte, l’écriture si attachante de l’auteure, les anecdotes et les réflexions sur la vie qu’il y a autour de cette intrigue romantique m’ont vraiment séduite. L’histoire d’amour reste courue d’avance et sans grand suspense, mais malgré les longueurs inutiles, j’ai réellement apprécié ma lecture.

C’est le quatrième roman de Cecelia Ahern que je lis, ce n’est pas le meilleur, mais jusqu’ici, elle ne m’a toujours pas déçue. Je trouve qu’elle a un réel talent pour faire d’une histoire banale et sans surprise une belle histoire avec des personnages forts et émouvants. Moi j’en redemande !

Ma note : 8/10

Extras
Traductrice : Maryse Leynaud
Première publication : octobre 2010
Fiche Bibliomania
Déjà lu : PS I love you, Si tu me voyais maintenant, La vie est un arc-en-ciel.
Un grand merci à Mandy, chez qui j’ai gagné ce livre 🙂