La Tour Sombre, tome 2 : Les Trois Cartes, de Stephen King

La Tour sombre, tome 2 : Les trois cartes, de Stephen King

 

Mon résumé

Roland continue sa quête, obsédé par la Tour, pour laquelle il sacrifierait n’importe quoi. L’homme en noir lui a tiré trois cartes, les trois cartes de son destin. Sur la plage, trois portes vont se dresser devant lui, des portes qui mènent sur notre monde. Il va y rencontrer le Prisonnier, la Dame d’Ombres et le Pusher, censés l’aider dans sa quête.

Nbr de pages : 439 / Éditeur : France Loisirs / Titre VO : The Drawing of the Three

Mon avis

[Ce que j’avais pensé du tome 1 : Le pistolero :

J’ai eu quelques difficultés à accrocher à l’intrigue. On se pose des centaines de questions, et on n’a pas beaucoup de réponses. Mais tout doucement, l’histoire prend quand même place. Le style de King a aussi quelques fois freiné ma lecture, mais après un temps d’adaptation, on finit par s’y faire. En somme, on est loin du coup de cœur, mais c’est une découverte sympathique qui, sans m’avoir vraiment convaincue, m’a donné envie de connaître la suite des aventures de Roland.]

Un mini supplice en commençant ce deuxième tome, car plus d’un an était passé depuis ma lecture du tome 1, qui m’avait moyennement plu. Se replonger dans ce monde bizarre, que je n’avais pas bien compris et qui m’avait laissée avec tant de questions, a été très difficile et j’ai failli laisser tomber. Heureusement, Roland se retrouve très vite devant une porte, sur la plage, ouvrant sur notre monde, et alors l’histoire peut commencer.

Cette fois, il y a de l’action, de l’humour, quelques réponses, du suspense, et l’envie de suivre Roland dans sa quête est vraiment là. L’histoire est originale et le thème de la confrontation entre le monde de Roland et le nôtre sert vraiment bien l’intrigue. J’adore le mélange entre réalité et fantastique dans un roman, ici j’étais servie et je me suis régalée devant l’incompréhension de Roland face à notre monde. Les avions sont pour lui des diligences du ciel, il doit fouiller l’esprit de son hôte pour découvrir que l’on roule en Tac-sies à New-York et il s’évertue à appeler les petites pilules blanches astine, car le médicament de cet autre monde est pour lui imprononçable. On sourit à de nombreuses reprises face à ce choc des cultures.

Certains semblaient plongés dans la lecture de grandes feuilles couvertes de caractères minuscules — des mots entrecoupés d’images —, d’autres écrivaient sur des feuilles plus petites avec des plumes comme Roland n’en avait jamais vu. Mais les plumes l’intéressaient peu. C’était le papier qui le fascinait. Il vivait dans un monde où l’or et le papier avaient exactement la même valeur. jamais il ne lui avait été donné de voir tant de papier d’un seul coup. Et voilà que l’un de ces types arrachait une feuille du bloc jaune posé sur ses genoux et qu’il la froissait après s’être contenté de griffonner quelques lignes d’un côté et rien, absolument rien, de l’autre. Le pistolero n’était pas assez malade pour ne pas éprouver un sentiment d’horreur outragée devant ce gaspillage contre nature.

Pourtant, même si ce tome m’a assez plu, je ne suis toujours pas entièrement convaincue. Il reste toujours de nombreuses expressions et références que je ne comprends pas, qui hachent ma lecture, des flash-backs par rapport au tome 1 que j’ai en partie oublié, des passages flous qui me perdent complètement en cours de route, le style particulier de King auquel je n’accroche pas plus que ça, et le mystère sur la Tour reste entier. Finalement, trop de mystère tue le mystère, et ne sachant que trop peu de choses, je ne ressens pas l’envie particulière d’en savoir plus. Je vais quand même essayer d’enchaîner rapidement avec la suite, pour ne pas perdre le fil et me retrouver dans le même état au début du tome 3. En espérant que la suite soit à la hauteur et me plaise de plus en plus, ça a l’air bien parti maintenant.

Note : 7,5/10

Extras
Traducteur : Gérard Lebec
Première publication VO en 1987
Fiche Bibliomania
La Tour Sombre est une saga de 8 tomes, le dernier venant juste de paraître au début 2012 et se déroulant chronologiquement entre le tome 4 et 5.
Stephen King a commencé à rédiger cette saga à 22 ans, dans les années 70, et il aura fallu attendre 30 ans entre la publication du premier et du dernier tome.
Pendant que je lis cette saga, le livre préféré de mon amoureux,
celui-ci lit À la croisée des mondes, mon roman préféré 🙂

 

Première lecture d’un de vos auteurs incontournables pour la challenge de Hylyirio

5 points pour King

 

 

Publicités

Publié le 01/10/2012, dans Fantastique, Fantasy, et tagué . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Ah, grande oeuvre, la Tour sombre… que j’ai stoppé au milieu du tome 7 -_- (je sais plus pourquoi, mais pas parce que j’aimais pas! ^^) Du coup il faut que je recommence du début.
    Enfin bref, de ce que je me souviens, j’avais adoré! Mais oui, il vaut mieux les lire à peu d’intervalle, ça se complique de plus en plus, il nous a pondu un truc d’une complexité incroyable. C’est peut-être pour ça que j’avais laissé tomber d’ailleurs, j’ai dû me perdre en cours de route faute d’assiduité ^^’

    • Ca a l’air très très complexe oui, c’est ça qui me fait un peu peur, je reste souvent dans le vague ou à côté de la plaque. Mais ce tome-ci était prenant quasi tout le temps donc je vais vraiment lui laisser sa chance 🙂 (et aussi j’ai le couteau sous la gorge si je le continue pas, ordre de mon copain :P)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :