Archives du 23/10/2012

Si je reste, de Gayle Forman

Si je reste, de Gayle Forman

Mon résumé

Après un grave accident de voiture, Mia tombe dans le coma. Elle voit son corps meurtri dans le lit de l’hôpital, arpente les couloirs, entend ses proches lui parler, les médecins l’ausculter. Pendant ce temps, elle réfléchit. Veut-elle vraiment revenir ? Ne serait-ce pas plus simple de baisser les bras et de s’endormir pour toujours ? Elle se remémore alors tous les petits moments de sa vie d’adolescente, les bons comme les mauvais.

Nbr de pages : / Éditeur : Oh éditions / Titre VO : If I stay

Mon avis

Je me rends compte maintenant que c’est facile de mourir. C’est vivre qui est difficile.

L’histoire de Mia. Sa vie avant son terrible accident, avant qu’elle ne perde tout, avant de se retrouver devant ce dernier choix : vivre ou mourir. À coups de flash-back, elle nous raconte ses petits défauts, les événements importants qui ont jalonné son adolescence, sa rencontre avec Adam, ses victoires et ses échecs, ses peurs, mais surtout tous les moments précieux qu’elle a passés en famille.

Une histoire sur des faits assez banals finalement, mais c’est très joliment raconté, de façon émouvante, sans pour autant tomber dans l’excès. Gayle Forman écrit avec justesse et sobriété, parfois même avec retenue. J’ai eu le cœur serré plus d’une fois, mais pas au point de verser une larme. Il n’y a ni suspense, ni grosse surprise, mais au moins, ce roman ne souffre pas de gros clichés et ça a été un plaisir de rencontrer Mia, une héroïne assez mature et réfléchie, pas cul-cul ou naïve, une jeune ado qui fait bien son âge en fait.

Ce livre amène une réflexion intéressante sur la mort, sur l’impact qu’elle a sur les proches de la victime, sur les choix auxquels nous sommes confrontés, sur l’enterrement. Le tout agrémenté de quelques touches d’humour et empreint de musique du début à la fin, aussi bien classique que rock, avec pas mal de références à de vieux groupes, pour les amateurs.

Voici mes instructions pour mon enterrement : Surtout que personne ne soit en noir. Quant à la musique, je veux du bon vieux pop-punk.

Ce roman se  lit vite et n’a pas le défaut d’être trop long ou trop court. Sans être particulièrement poignant, il a su m’émouvoir et me faire passer un agréable moment, même si ce n’est pas le roman de l’année.

Note : 7,5/10

Extras
Traductrice : Marie-France Girod
Première publication : avril 2009
Fiche Bibliomania
Ce roman a été publié dans plus de vingt pays et une adaptation cinématographique est en cours par les producteurs de Twilight.
La suite, Là où j’irai, se déroule trois ans après la fin du premier tome et m’attend déjà dans ma PAL.