New Victoria, de Lia Habel

New Victoria, de Lia Habel

 

Quatrième de couverture

2195. Nora Dearly, jeune fille de la haute société de New Victoria, est plus intéressée par l’histoire militaire de son pays que par les bals et les jolies robes. Elle n’imaginait pas que la mort de son père, le docteur Dearly, la projetterait au cœur des conflits qui menacent les frontières du pays… Kidnappée par une faction rebelle, Nora doit combattre ses préjugés pour comprendre leurs motivations. Bram Griswold, un jeune soldat courageux et séduisant, entend bien lui ouvrir les yeux sur la véritable menace qui pèse sur les vivants… comme sur les morts.

Nbr de pages : 576 / Éditeur : Castelmore / Titre VO : Dearly, Departed

Mon avis

Après quelques pages, j’ai bien dû me rendre à l’évidence : ce mélange entre mœurs de l’ère victorienne et nouvelles technologies était pour moi un concept révolutionnaire, mais le contraste était aussi assez… désarçonnant. Imaginez que vous évoluez dans un monde où parents et enfants se vouvoient et où les jeunes filles ne portent que des robes longues et attendent de se faire courtiser par un bel aristocrate, mais qu’en même temps, tout est numérisé, au point que les façades des bâtiments et le ciel étoilé ne soient qu’hologrammes. Ce mélange de science-fiction, d’horreur (y a quand même des très méchants zombies), et de romance d’une autre époque m’a tout simplement scotchée et j’applaudis cette idée novatrice.

Des panneaux numériques lisaient la puce d’identité dans notre poignet et affichaient des publicités aux couleurs vives sur notre passage, personnalisant leur contenu en fonction de nos données publiques. Puisque j’étais une adolescente, ils supposaient que je m’intéressais aux crèmes pour le visage, aux tissus et à la mode du printemps prochain.

Cet univers hors du commun est, en plus, particulièrement bien décrit, avec un vrai contexte historique. Au lieu de rester dans le vague, nous trouvons rapidement réponse à toutes nos questions et on découvre avec horreur comment les « nous » de 2012 sont devenus les « eux » de 2195. « Originalité » résume donc parfaitement cette histoire très agréable, d’un genre différent de ce que j’ai pu lire jusqu’à présent.

D’un autre côté, on nous ressert la traditionnelle histoire d’amour impossible. Mais celle-ci est amenée tout en finesse et reste, la plupart du temps, au second plan pour laisser la part belle à l’action et aux nombreuses aventures des personnages. Des personnages qui prennent tour à tour la parole pour nous raconter ces aventures. J’ai d’ailleurs été agréablement surprise car je n’ai rien à reprocher aux héroïnes (et ça c’est rare !). Elles se battent et ne se lamentent pas, tout en restant de vraies demoiselles des années 1800, courtoises mais têtues, courageuses mais réticentes à l’idée de devoir montrer leurs jambes ou de mettre un pantalon.

Je regrette juste un petit manque de rebondissements. L’action est très présente, avec des batailles, des sauvetages, des héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux, mais tout se déroule souvent comme on pourrait s’y attendre et je n’ai pas vraiment été surprise par la tournure des événements. Mais la dynamique, la narration à plusieurs voix et les héros très sympathiques rattrapent facilement cette petite faille dans l’intrigue. N’hésitez donc pas à découvrir New Victoria, vous ne serez pas déçus !

Note : 8/10

Extras
Traductrice : Audray Sorio
Première publication : août 2012
Fiche Bibliomania
Le tome 2, Dearly, Beloved, est sorti en VO en septembre 2012 et devrait paraître  début 2013 en français.

***

Je remercie Babelio et Castelmore pour ce partenariat.
Babelio - Masse Critique

Lecture réalisée pour le challenge Lire sous la contrainte, organisé par Philippe D
Lire sous la contrainte

Titre comportant un prénom

Publicités

Publié le 31/10/2012, dans Fantastique, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 10 Commentaires.

  1. Pourquoi pas? Melange détonnant mais qui peut avoir son charme si c’est bien écrit.

  2. Ce n’est pas vraiment ce que je lis mais je pourrais tenter l’expérience.
    Merci pour ta participation et bon dimanche.

  3. je me laisserai volontiers tenter par ce titre.

  4. 31/10/2012, 23h53, 3 ème tentative :

    Ah ! J’ignorais que New Victoria mélangeait SF et époque victorienne (je dois dire que j’accroche pas trop à l’EV en temps normal). Je dois dire que le mélange doit être assez sympa et ça me motive pas mal à le découvrir (surtout si il y a des petites zombies). Il était justement dans ma PaL. Grâce à toi, je vais le faire remonter de quelques places dans ma liste, bien que je ne m’y consacre pas immédiatement. Trop de lectures, trop de travail, trop d’examens ET PAS ASSEZ DE TEMPS ! A quand les journées de 48 heures (j’imagine que ça ne serait pas encore suffisant) ? 😀

    [HORS SUJET : Je croise les doigts pour que ce commentaire arrive à destination puisque c’est déjà ma troisième tentative et qu’il m’affiche à chaque fois une page d’erreur (du style, voulez vous travaillez hors connexion). Ouvre tes yeux, WordPress, je suis on ne peut plus connectée pour ma partenaire ! :D]

    • Bien joué partenaire ! Tu as vaincu WordPress 😛 Ce livre vaut vraiment la peine, et c’est plus dans les moeurs d’un ancien temps qu’on fait allusion à l’ère victorienne mais ce n’est pas particulièrement présent. Le mélange est original et ça passe bien ! J’espère avoir ton avis bientôt, on n’a pas des masses de lectures en commun ! Vivement les journées de 48 h oui !!

  5. Une très belle découverte pour ma part. Il y a eu quelques longueurs à la fin je trouve mais pas grand chose. Un vrai coup de coeur et j’ai hâte de découvrir la suite avec impatience pour voir comment évolue nos personnages. Je me suis d’ailleurs beaucoup attaché à eux… Il n’y a que Bram que j’ai trouvé un peu… surfait ? Un peu trop parfait.

    • De mon côté, j’ai trouvé les personnages sympas, mais ils n’ont pas particulièrement marqué mon esprit. Et contrairement à toi, c’est Bram que j’ai préféré pour son côté humain et gentleman…

  6. La couverture m’a longtemps intriguée, je pense qu’avec ton avis en plus, je l’emprunterai à la bibliothèque après la fin de ma session « PAL à zéro »… 🙂

  7. Le pauvre, j’avais dit que je le lirais tout de suite ! Et voilà il traine dans ma PAL depuis sa sortie ! J’adore ce que tu expliques sur ce côté désarçonnant, il faut que je me trouve du teeeemmps!!!!
    Bisous 🙂

    • Au début, c’est vraiment déroutant oui ! Mais on a très vite des explications et je me suis vite immergé dans cet univers particulier. Ce n’est pas la lecture du siècle, mais c’est innovant et bien fichu 🙂
      De mon côté, je dis ça pour chaque livre « Celui-là je le lirai vite » et puis je laisse traîner, y a que pour les partenariats que je gaze 😛

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :