Archives Mensuelles: novembre 2012

La Blogo de la Tentation #5

La Blogo de la Tentation

Je passe des heures sur vos blogs, à saliver devant vos chroniques coups de cœur, devant les nouvelles sorties que vous découvrez avant moi. J’essaie de ne pas trop succomber dans cette blogo de la tentation, mais certain(e)s d’entre vous ont l’art de me donner envie de sortir directement acheter le livre dans la librairie la plus proche. Vous savez trouver les mots qu’il faut pour me convaincre, et mon portefeuille ne vous remercie pas ! À la chasse aux tentateurs !

« Le meilleur moyen de se délivrer de la tentation, c’est d’y céder. »
Oscar Wilde

***

Au passage, je tiens à remercier nanet pour sa chronique de Une place à prendre. Elle avait réussi à me donner envie de livre ce livre qui ne m’interpellait pas du tout, et au final… c’est un coup de cœur !

1. La tentatrice : Iluze
Le fruit de la tentation : Barbe bleue, d’Amélie Nothomb

Barbe bleue, d'Amélie NothombJe n’ai lu qu’un Nothomb, Cosmétique de l’ennemi, et il m’avait assez bien plu, sans pour autant que j’aie envie de me tourner vers les autres œuvres de l’auteure. Mais avec une réécriture de conte, Nothomb vise dans le mille avec moi et j’ai très envie de découvrir ce que ça donne. Moi qui étais terrifiée par le terrible Barbe bleue ! Merci à Iluze pour la découverte 🙂

« Amélie Nothomb nous offre encore un huis clos sensationnel où les dialogues acerbes fusent entre les deux personnages. On arrive à la fin en moins de deux. Une fin qui était d’ailleurs telle que je la voulais. […] Les personnages sont également superbement campés. Que ce soit Saturnine, cette jeune femme forte qui ne désire pas ouvrir cette foutue porte et tente de ne pas vaciller face à son colocataire. Ou ce cher comte Ermilio dont l’écrivaine va tenter de changer l’image de monstre qu’il a dans notre subconscient. »

2. Le tentateur : Gael, alias Caligramme, de L’ivre mot
Le fruit de la tentation : Pure, de Julianna Baggott

Pure, de Julianna BaggottC’est grâce à la chronique de Caligramme sur Babelio que je suis tombée sous le charme de l’univers proposé dans Pure. Encore une dystopie, oui, mais le coup de la fusion avec l’environnement et l’idée de cette jeune fille avec une tête de poupée en guise de main, ça me parle beaucoup beaucoup ! Une dystopie pleine d’imagination qui, apparemment, n’a rien à envier aux autres !

« Un récit doté d’une rare puissance et d’une imagination sans limites… […] Cette dystopie révolutionne le genre par le caractère inédit et l’ampleur de son histoire. Julianna Baggott trace là les contours d’un monde futuriste qui correspond à nos craintes les plus profondes. […] Pure fait partie de ces romans inoubliables qui laissent dans nos mémoires une trace indélébile. Il nous laisse un certain froid dans le dos et un souffle au cœur et préfigure un tournant important dans la littérature jeunesse. »

3. La tentatrice : Plume, de Perdre une plume
Le fruit de la tentation : Et puis Paulette, de Barabara Constantine

Et puis, Paulette..., de Barbara ConstantineCe livre est une découverte totale, je n’en avais jamais entendu parler. À travers la chronique de Plume, j’ai tout de suite vu que c’était mon genre de bouquin, avec des rencontres improbables et des thèmes touchants. J’ai vraimentenvie d’en savoir plus sur les personnages de ce roman. Un roman à la Ensemble c’est tout de Gavalda, je pouvais pas passer à côté !

« Je ne dirai pas que c’est un roman extraordinaire ou vraiment bouleversant, plutôt de ceux qui vous font chaud au cœur ! […] Au delà du talent indéniable d’écriture de Constantine, le thème est touchant et plein d’espoir, une vraie bouffée d’humanisme. L’ensemble ne se prend pas tellement au sérieux, c’est donc à la fois léger et drôle même sur les thèmes difficiles de la précarité, de la vieillesse ou encore du déni de grossesse… »

4. La tentatrice : MyaRosa, de Mya’s books
Le fruit de la tentation : Pour un Tweet avec toi, de Teresa Medeiros

Pour un Tweet avec toi, de Teresa MedeirosLes Milady, je n’y peux rien, les couvertures me rebutent et je ne m’y frotte pas (et au passage, je rate des découvertes sympas, au vu de ma dernière lecture de leur collection Bit-lit). Mais les Milady Romance, au contraire, m’ont fait une forte impression, et j’ai très envie d’en lire un. Mya en a parlé avec beaucoup d’éloges dans sa chronique et a utilisé certains mots magiques : roman épistolaire, addictif, références culturelles à des séries TV, pas de clichés à tout va, dans la même veine que les romans de Cecelia Ahern. Jackpot !

« Ce roman m’a fait un bien fou ! J’ai beaucoup ri, j’ai été émue, et surtout, je n’ai pas réussi à lâcher ce livre. […] Leurs échanges sont tendres et drôles et j’ai éclaté de rire à plusieurs reprises. Je me suis vraiment attachée aux personnages et je n’avais pas envie que ça s’arrête. J’ai savouré ce livre de la première à la dernière page et j’en garderai un très bon souvenir. »

5. La tentatrice : Phooka, de Book en Stock
Le fruit de la tentation : 49 jours, de Fabrice Colin

49 jours, de Fabrice ColinÀ peine sorti que j’ai déjà envie de l’avoir chez moi, et ça grâce/à cause de la chronique de Phooka. L’idée du livre est vraiment alléchante et elle a tellement adoré qu’elle communique très facilement son engouement. Hop une victime de plus faite sur Book en Stock 😛 Lisez vous aussi son avis et succombez !

« Je me suis trouvée emportée d’un bout à l’autre, arrivant à peine à reposer le livre le temps de vaquer à mes occupations. […] Que feriez-vous, vous, si après votre mort on vous proposait de « voir » ce qui se passe sur terre à n’importe quelle époque. Sachant que le futur est aussi possible mais très déconseillé et qu’en particulier il ne faut surtout pas aller voir ce que sont devenus vos proches. […] Puis, petit à petit, découvertes obligent, le rythme s’accélère jusqu’à devenir effréné. Les révélations fusent, les surprises aussi, une course poursuite contre le temps, contre la vie et la mort s’engage. Tout va crescendo jusqu’au dénouement final. »

***

Hé oui, les blogueurs sont de vraies tentateurs ! Et comme je suis certaine qu’il y aura encore des centaines de livres tentants dans leurs chroniques, je vous propose de se rejoindre ici tous les 20 du mois, pour découvrir ceux qui font grossir ma Wish et maigrir mon portefeuille.

Si vous voulez, comme moi, dénoncer vos propres tentateurs, n’hésitez pas à me rejoindre pour ce rendez-vous, et à venir chaque mois ajouter ici les liens de vos articles.

PS : Un RDV similaire existe chez Bleue & Violette et il est génial, très marrant. Allez faire un tour !

 

Eux aussi ont dénoncé :

Nessa

Une place à prendre, de J.K. Rowling

 

Une place à prendre, de J.K. Rowling

 

Mon résumé

Barry Fairbrother est mort. Sa place au Conseil paroissial est à prendre et va susciter de nombreuses polémiques. Les candidats et les habitants de Pagford semblent prêts à tout pour imposer leur vision des choses, et cela pourrait vite tourner à la scène de ménage à grande échelle. Hypocrisie, coups bas et faux-semblants, chacun y va de son petit grain de sel.

Nbr de pages : 680 / Éditeur : Grasset / Titre VO : The Casual Vacancy

Mon avis

Hop, une xième chronique du déjà très célèbre Une place à prendre. De mon côté, je ne pensais pas du tout le lire. Le résumé ne me disait rien, j’avais entendu quelques échos assez négatifs (trop de longueurs, de pages et de personnages, le tout sans grande nouveauté) et j’avais peur d’être un peu déçue après tous les merveilleux moments passés avec Harry… Il m’est tombé entre les mains, je l’ai lu et je suis encore sous le charme de ce roman. J’ai tout aimé, chaque heure passée avec ce bouquin dans les mains m’a marquée et je n’ai absolument aucun reproche à lui faire. C’est donc un beau coup de cœur, et ils sont plutôt rares ici !

Contrairement à la plupart de blogueurs, je n’ai eu aucun mal à me plonger dans cette histoire. Les petites touches d’ironie m’ont beaucoup fait sourire, et aucun passage ne m’a semblé long ou ennuyeux. On fait directement la connaissance des nombreux personnages de la petite bourgade de Pagford, mais ils sont tellement différents et si bien décrits et travaillés qu’on repère très facilement qui est qui. On les découvre ensuite à travers les yeux des autres habitants et on apprend leurs (gros) défauts, leurs faiblesses, leurs mesquineries. C’est à la fois choquant et délectable de voir jusqu’où peut aller l’hypocrisie des gens, les faux-semblants derrière lesquels ils se cachent, les coups bas qu’ils se font entre eux ; c’est à qui mentira le mieux sur sa petite vie idyllique, qui n’en a que l’apparence. Ils sont lâches, cruels, sarcastiques, hypocrites, pour notre plus grand plaisir. Je me suis vraiment régalée ! Les pages se sont tournées beaucoup trop vite ; il y en aurait eu 600 de plus que ça ne m’aurait pas du tout déplu.

La grande erreur commise par quatre-vingt-dix pour cent des êtres humains, selon Fats, était d’avoir honte de ce qu’ils étaient ; de mentir, de vouloir à tout prix être quelqu’un d’autre. L’honnêteté était la devise de Fats, son arme de choix et son principal moyen de défense. L’honnêteté faisait peur aux gens ; elle les choquait. Les autres, avait-il observé, étaient perpétuellement englués dans le malaise et le faux-semblant, terrorisés à l’idée qu’on découvre leur vrai visage […].

Il y a des livres qui me plaisent beaucoup mais dont les personnages s’estompent très rapidement pour ne me laisser qu’un vague souvenir agréable de l’histoire, mais celui-ci fait incontestablement partie de ceux qui restent gravés dans la mémoire. C’est un roman écrit d’une main de maître, avec des personnages forts et marquants. Ils vont encore m’accompagner en pensée quelque temps je pense… Une fois de plus, J.K. Rowling a dépassé toutes mes espérances et m’a offert un moment de lecture parfait !

 Note : 9,5/10 (parce qu’il y a quand même beaucoup trop de fautes !)

Extras
Traducteur : Pierre Demarty
Première publication : septembre 2012
Fiche Bibliomania
Le livre est sorti simultanément en France, Angleterre, USA et Allemagne. Les éditeurs ont donc exigé une traduction éclair. En Finlande, ils ont même exigé un délai de trois semaines (et la traductrice finlandaise de Harry Potter a refusé un travail aussi précipité). Ils exagèrent et donnent vraiment une fausse idée du travail de traduction…
[Propos recueillis sur ActuaLitté]

***

Nouvelle lecture d’un de vos auteurs incontournables pour la challenge de Hylyirio

5 points pour J.K. Rowling
Total : 20 pts

La Quête d’Ewilan, tome 1 : D’un monde à l’autre, de Pierre Bottero [ROMAN & BD]

La Quête d'Ewilan, tome 1 : d'un monde à l'autre, de Pierre Bottero

Mon résumé

Alors que Camille est sur le point de se faire renverser par un camion, elle passe dans un monde parallèle et se retrouve face à un dangereux monstre. Bienvenue à Gwendalavir Camille, ou devrais-je dire Ewilan. Apparemment tu es bien connue dans ce monde et tu as un grand rôle à jouer ici. Courage !

Nbr de pages : 274 / Éditeur : Rageot Poche

Mon avis

Qu’est-ce que je me réjouissais de découvrir le grand Bottero ! Je n’ai entendu que des éloges au sujet de ses livres pour la jeunesse et il me tardait de découvrir la fameuse saga sur Ewilan et Ellana. Malheureusement, j’ai dû revoir mes attentes un tout petit peu à la baisse en me lançant dans ce premier tome. Ma première impression : un style trop jeunesse, des héros pas particulièrement attachants, une utilisation d’adjectifs assez abusive et des phrases un peu bancales.

Mais ces défauts repérés dans les quelques premiers chapitres ont rapidement disparu et une fois nos deux jeunes héros lancés dans leur quête, je n’ai plus su m’arrêter ! Ewilan est maligne et courageuse, mais un rien hautaine. Son meilleur ami, Salim la vénère et la suivrait jusqu’au bout du monde. Il ajoute une petite touche d’humour bienvenue, même si je n’ai pas toujours trouvé ses boutades très amusantes ou à propos.

— Je n’ai jamais vu personne se déplacer aussi vite et avec autant de précision ! s’exclama-t-il. Il s’est glissé dans l’ouverture en moins de temps qu’il ne te faut pour boire un verre de whisky. Jolie comparaison, non ?

Les personnages ne sont donc pas, pour moi, le point fort de ce roman, mais j’ai été enchantée par les pouvoirs des dessinateurs. Quelle bonne idée que cette magie qui offre des centaines de possibilités pour changer la réalité. J’ai adoré voir les dessinateurs à l’œuvre dans ce monde parallèle qui fourmille de créatures originales. J’aurais aimé en apprendre encore plus et découvrir les nombreux endroits de ce monde inconnu. On suit le trajet d’Ewilan sur la carte proposée en début de roman et on est complètement immergé dans ce monde dangereux.

Un dessinateur peut rendre réel ce qu’il imagine. Pour ce faire, son esprit passe dans une dimension qui s’appelle l’Imagination et y progresse grâce à des chemins, les Spires. Plus le dessinateur est puissant, plus il va loin dans les Spires et plus il peut jouer avec la réalité.

À la fin de ce roman, on n’a qu’une envie : retrouver le monde de Gwendalavir et continuer notre quête avec Ewilan, car ce tome est bien trop court. Finalement, malgré quelques a priori au début, je n’ai pas été déçue ! Bottero nous offre une jolie histoire bien travaillée qui conviendra parfaitement aux tout jeunes, mais je trouve tout de même qu’il ne rivalise pas avec les talents de conteur de Mourlevat.

Note : 8/10

Extras
Première publication : avril 2003
Fiche Bibliomania
Pierre Bottero était instituteur avant de devenir écrivain. Il a écrit une vingtaine de romans pour la jeunesse. Il est malheureusement décédé en 2009 à 45 ans dans un accident de moto.
La Quête d’Ewilan est une trilogie. Les Mondes d’Ewilan est une deuxième trilogie qui fait suite à celle-ci.

***

Nouvelle lecture d’un de vos auteurs incontournables pour la challenge de Hylyirio

5 points pour Bottero
Total : 15 pts

Livre lu pour le Combat d’auteurs, organisé par Iluze
Combat d'auteurs

J’attribue 0,5 pts en plus à Bottero pour ce premier tome.

Un mot sur la BD

La Quête d'Ewilan, BDMon avis

Une BD magnifique avec des couleurs qui rendent vraiment hommage à l’univers de Bottero. Ça, pour moi, c’est un fait. Cependant, je suis un peu déçue ou plutôt, je reste sur ma faim. J’attendais avec impatience de lire cette BD, que j’ai engloutie en 30 minutes, montre en main. Quel dommage de n’y découvrir que la moitié d’un petit roman de même pas 300 pages.

Cette BD est pleine de qualités : on est véritablement plongé dans un Gwendalavir aussi merveilleux que dans le livre et rien n’est oublié. Mais au final, j’aurais préféré un plus long moment de plaisir, quitte à ce qu’il y ait quelques coupes ou réinterprétations. C’est trop court et sans réelle surprise pour ceux qui connaissent déjà par cœur les œuvres de Bottero.

Extras
Scénariste : Lylian – Dessinatrice : Laurence Baldetti – Coloriste : Loïc Chevallier
Première publication : octobre 2013
Fiche Bibliomania
Cette BD, D’un monde à l’autre, correspond aux 100 premières pages du premier tome de La Quête d’Ewilan. La deuxième partie, intitulée Akiro, est prévue pour la rentrée 2014.

Top Five SeriesAddict #3

Top Five SeriesAddict est un rendez-vous hebdomadaire créé par Tequi, qui nous propose le vendredi de classer nos séries télé en fonction d’un thème chaque fois différent. Enjoy !

SeriesAddict

Je trouve l’idée excellente et je me joins avec plaisir à Tequi pour ce nouveau rendez-vous, même s’il ne concerne pas les livres. Comme je suis une vraie SeriesAddict, ce genre de RDV me va comme un gant (pour les amateurs de séries, je recommande Seriebox !) Par contre, je ferai ça plutôt une fois par mois avec un thème qui me plaît bien.

3e édition : vendredi 2 novembre 2012

Les détails ou répliques cultes

1. How I met your mother

Barney a été pour moi LE personnage marrant des séries pendant tout un temps. Il m’a fait mourir de rire avec ses « Challenge accepted » (qu’on continue encore à dire très souvent entre nous à la moindre occasion) et « Legen-wait for it-dary ». Mais mon meilleur souvenir reste les chansons de Noël salaces sur la sœur de Ted. Du grand art !

2. Friends

Que de moments hilarants avec cette série. Le gros tout nu, « Tu pues le chat » et leur façon de s’insulter comme ci-dessous, ça m’a marqué (d’ailleurs, je vais me refaire d’ici peu l’intégrale !).

3. Breaking Bad

Une super découverte avec cette série, et l’évolution de Walt est parfaite. La scène du « Say my name » montre bien à quel point il a changé et reste un moment magistral ! Alala ce Walter je me demande ce qu’il nous réserve encore !

4. Pretty Little Liars

Un truc qui me fait bien rire dans cette série, c’est leur façon de lire leur message à voix haute, avec le gros « – A » à la fin, à l’unisson. Je me joins chaque fois à elles 😛

5. Californication

Le Mangina, une scène qui m’avait beaucoup fait rire !