Archives du 19/11/2012

Une place à prendre, de J.K. Rowling

 

Une place à prendre, de J.K. Rowling

 

Mon résumé

Barry Fairbrother est mort. Sa place au Conseil paroissial est à prendre et va susciter de nombreuses polémiques. Les candidats et les habitants de Pagford semblent prêts à tout pour imposer leur vision des choses, et cela pourrait vite tourner à la scène de ménage à grande échelle. Hypocrisie, coups bas et faux-semblants, chacun y va de son petit grain de sel.

Nbr de pages : 680 / Éditeur : Grasset / Titre VO : The Casual Vacancy

Mon avis

Hop, une xième chronique du déjà très célèbre Une place à prendre. De mon côté, je ne pensais pas du tout le lire. Le résumé ne me disait rien, j’avais entendu quelques échos assez négatifs (trop de longueurs, de pages et de personnages, le tout sans grande nouveauté) et j’avais peur d’être un peu déçue après tous les merveilleux moments passés avec Harry… Il m’est tombé entre les mains, je l’ai lu et je suis encore sous le charme de ce roman. J’ai tout aimé, chaque heure passée avec ce bouquin dans les mains m’a marquée et je n’ai absolument aucun reproche à lui faire. C’est donc un beau coup de cœur, et ils sont plutôt rares ici !

Contrairement à la plupart de blogueurs, je n’ai eu aucun mal à me plonger dans cette histoire. Les petites touches d’ironie m’ont beaucoup fait sourire, et aucun passage ne m’a semblé long ou ennuyeux. On fait directement la connaissance des nombreux personnages de la petite bourgade de Pagford, mais ils sont tellement différents et si bien décrits et travaillés qu’on repère très facilement qui est qui. On les découvre ensuite à travers les yeux des autres habitants et on apprend leurs (gros) défauts, leurs faiblesses, leurs mesquineries. C’est à la fois choquant et délectable de voir jusqu’où peut aller l’hypocrisie des gens, les faux-semblants derrière lesquels ils se cachent, les coups bas qu’ils se font entre eux ; c’est à qui mentira le mieux sur sa petite vie idyllique, qui n’en a que l’apparence. Ils sont lâches, cruels, sarcastiques, hypocrites, pour notre plus grand plaisir. Je me suis vraiment régalée ! Les pages se sont tournées beaucoup trop vite ; il y en aurait eu 600 de plus que ça ne m’aurait pas du tout déplu.

La grande erreur commise par quatre-vingt-dix pour cent des êtres humains, selon Fats, était d’avoir honte de ce qu’ils étaient ; de mentir, de vouloir à tout prix être quelqu’un d’autre. L’honnêteté était la devise de Fats, son arme de choix et son principal moyen de défense. L’honnêteté faisait peur aux gens ; elle les choquait. Les autres, avait-il observé, étaient perpétuellement englués dans le malaise et le faux-semblant, terrorisés à l’idée qu’on découvre leur vrai visage […].

Il y a des livres qui me plaisent beaucoup mais dont les personnages s’estompent très rapidement pour ne me laisser qu’un vague souvenir agréable de l’histoire, mais celui-ci fait incontestablement partie de ceux qui restent gravés dans la mémoire. C’est un roman écrit d’une main de maître, avec des personnages forts et marquants. Ils vont encore m’accompagner en pensée quelque temps je pense… Une fois de plus, J.K. Rowling a dépassé toutes mes espérances et m’a offert un moment de lecture parfait !

 Note : 9,5/10 (parce qu’il y a quand même beaucoup trop de fautes !)

Extras
Traducteur : Pierre Demarty
Première publication : septembre 2012
Fiche Bibliomania
Le livre est sorti simultanément en France, Angleterre, USA et Allemagne. Les éditeurs ont donc exigé une traduction éclair. En Finlande, ils ont même exigé un délai de trois semaines (et la traductrice finlandaise de Harry Potter a refusé un travail aussi précipité). Ils exagèrent et donnent vraiment une fausse idée du travail de traduction…
[Propos recueillis sur ActuaLitté]

***

Nouvelle lecture d’un de vos auteurs incontournables pour la challenge de Hylyirio

5 points pour J.K. Rowling
Total : 20 pts