Archives Mensuelles: décembre 2012

Bilan de l’année 2012

J’ai très vite laissé tomber les bilans sur le blog, mais je me suis dit qu’un petit récap’ une fois l’année, ça me ferait pas de mal ! Je me lance donc dans un joli article sur ma vie en 2012 et j’en profite pour vous souhaiter une très bonne année ! Vous voulez un peu de tout ? En avant les statistiques !

Bilan 2012Mon papa s’est transformé en vrai Père Noël pour me réaliser l’étagère de mes rêves 😀

Les livres

Pour commencer, le nombre de livres lus… J’ai lu 42 livres. C’est pas énorme, mais j’ai rarement le temps de lire plus de 3 livres par mois, malheureusement. En 2012, j’ai lu un peu de tout, avec quand même pas mal de littérature jeunesse et de dystopies. J’ai eu 2 coups de cœur et 4 déceptions, mais aussi de très belles découvertes. En tout, je me suis lancée dans 14 sagas (donc 1/3 de mes lectures sont des tomes 1) et j’ai découvert 33 auteurs, soit 3/4 des livres lus (moi qui voulais faire de nouvelles découvertes, j’ai été servie !).

En 2012, j’ai lu mon premier manga, j’ai enfin découvert Pierre Bottero, j’ai acheté 62 livres, reçu 12 livres en partenariat et 9 livres en cadeau, gagné 7 livres, troqué 14 livres, j’ai dû rajouter plein d’étagères à ma bibliothèque, j’ai été sélectionnée pour devenir chroniqueuse de Nathan, j’ai fait plein de virées chez les bouquinistes et acheté mon premier livre à 20 cents, bref je suis toujours aussi amoureuse des livres.

Au 31 décembre 2012, ma PAL s’élève à 197 livres et ma Wish à 125 livres. Je suis prête pour une nouvelle année de découvertes, et j’espère lire encore plus ! En 2011, je n’avais lu que 33 livres. Je suis sur la voie du progrès !

Les coups de cœur
Entre chiens et loups, de Malorie Blackman Une place à prendre, de J.K. Rowling

Les autres petites pépites découvertes en 2012
♥♥♥♥♥
La rivière à l'envers, de Jean-Claude Mourlevat No et moi, de Delphine de Vigan Divergent, de Veronica Roth L'Empire des anges, de Bernard Werber Irrésistible alchimie, de Simone Elkeles L'assassin royal, tome 1, de Robin Hobb L'épreuve, tome 1 : Le labyrinthe, de James Dashner Thérapie, de Sebastian Fitzek Battle Royale, de Koushun Takami

Et les déceptions (petites et grandes)
Chronique du soupir, de Mathieu Gaborit Au commencement il y avait Bob, de Meg Rosoff Alex, de Pierre Lemaitre Fahrenheit 451, de Ray Bradbury

Le blog et la blogosphère

Cette année, le blog a été vu 12 000 fois. J’ai publié 46 articles et reçu 329 commentaires, j’ai raté 3 challenges, participé à 3 lectures communes et à 1 swap (avec ma petite Elyssandre),  j’ai créé mon premier RDV : La Blogo de la Tentation, j’ai rencontré des blogueuses en vrai, à Bruxelles, et c’était super cool.

L’article le plus vu : Dix petits nègres, d’Agatha Christie et La rivière à l’envers, de J-C Mourlevat.
L’article le plus commenté : La Blogo de la tentation #1 avec 20 commentaires.
Le jour le plus actif : le 16 décembre avec 121 vues.
La blogueuse qui a le plus commenté : Mirage avec 26 commentaires et Stéphanie plaisir de lire avec 24 commentaires.
Nombre de commentaires moyen par mois : 51.
Nombre d’abonnés au blog et à la newsletter : 25.

Les films et séries

Un site a changé ma vie : Seriebox. Comme vous aurez pu le constater, j’adore les statistiques, les listes, noter ce que je lis, ce que je regarde. Bref, j’ai pu classer mes séries, voir en un coup d’œil où j’en étais et découvrir de nouvelles séries. Le pied ! Et puis je me suis lancée dans le Top Five SeriesAddict, organisé par Tequi, même si je n’ai pas vraiment le temps de faire souvent des articles, j’aime aussi vous parler des séries.

Découvertes et adorées en 2012 :
– Je retiendrai particulièrement ma découverte de Game of Thrones, les deux saisons dévorées en un rien de temps.
Pushing Daisies, si le début est assez lent et répétitif, cette série dépasse toutes les autres en originalité et j’ai passé un super moment avec Ned. Je recommande !
Breaking Bad, avec un début un peu trop lent aussi, mais une fois lancé, c’était vraiment du tonnerre et on ne s’ennuie pas. L’évolution de Walter est spectaculaire ! Il reste quelques épisodes avant le final, et l’attente est presque insoutenable.
Rome : deux saisons englouties aussi très rapidement. Une excellente découverte alors que le thème ne m’inspirait que moyennement.

Surtout, 2012 a été marqué par le génial final de la saison 6 de Dexter. J’ai aussi dû faire mes adieux aux 4 Desperate Housewives, à Brooke, Haley, Nathan et les autres, mais aussi à Nancy Botwin. Puis il y a les séries que j’avais laissé tomber il y a plus d’un an que je me suis enfin décidée à terminer : Lie to me et Friday Night Lights. Et enfin pour mon petit plaisir, je suis en train de me refaire l’intégrale de Friends, l’indémodable.

Côté films, j’ai aussi eu mon lot de bonnes surprises et de navets.

Les pépites découvertes en 2012
♥♥♥♥♥
Ernest et Célestine Hunger Games Le prénom American History X

Et les déceptions (petites et grandes)
Sweet NovemberEchange standard Les infidèles Dark Shadows Un bonheur n'arrive jamais seul

Bref, une année de découvertes en tout genre ! Pour 2013, je me souhaite de lire encore plus et de garder le goût de la lecture. De faire attention aux achats impulsifs. De découvrir Carlos Ruiz Zafon. D’être brillante durant mon stage de traduction à Ostende. De lire plus de 50 livres. De continuer à varier les genres de lecture. De terminer quelques autres séries qui traînent. De continuer à filer le parfait amour. De bien tenir à jour le blog et ne plus être trop en retard dans mes chroniques. De réussir au moins un challenge. D’obtenir mon diplôme de traduction. Et… ce sera déjà pas mal ! À l’année prochaine pour un nouveau bilan 🙂

La Blogo de la Tentation #6

La Blogo de la Tentation

Je passe des heures sur vos blogs, à saliver devant vos chroniques coups de cœur, devant les nouvelles sorties que vous découvrez avant moi. J’essaie de ne pas trop succomber dans cette blogo de la tentation, mais certain(e)s d’entre vous ont l’art de me donner envie de sortir directement acheter le livre dans la librairie la plus proche. Vous savez trouver les mots qu’il faut pour me convaincre, et mon portefeuille ne vous remercie pas ! À la chasse aux tentateurs !

« Le meilleur moyen de se délivrer de la tentation, c’est d’y céder. »
Oscar Wilde

***

1. La tentatrice : AcrO, de Livrement
Le fruit de la tentation : Le Nom du vent, de Patrick Rothfuss

Le Nom du Vent, de Patrick Rothfuss

On dirait un mélange entre L’Assassin royal et Harry Potter, je n’ai plus qu’à le lire pour voir si j’ai raison, mais une chose est sûre, maintenant que j’ai pris goût à la Fantasy, j’ai très envie de découvrir ce roman ! Un école de magie, un héros audacieux, des rebondissements, une écriture dynamique, ça promet une bonne lecture 🙂

« Kvothe nous emmène dans son récit sans fioriture. Nous partageons ses premiers instants à l’enfance, puis à l’adolescence et observons les évolutions de cet homme. On suit ce croquant dans son quotidien, dans ses péripéties. Et s’ouvrent à nous, des pages d’aventures et d’émerveillements. Ce roman est celui d’apprentissage. Les rebondissements sont nombreux, nous n’assistons pas à du « fantasy moyen ». […] L’écriture est très vivante car elle n’est pas encombrée de longues descriptions; elle s’avère rehaussée par des dialogues tantôt enlevés, tantôt piquants, drôles ou intelligents. »

2. La tentatrice : Loucy, de Lou lit là
Le fruit de la tentation : Nox, de Yves Grevet

Nox, de Yves Grevet

 Je n’avais encore jamais entendu parler de cet auteur, mais après quelques recherches, j’ai envie de découvrir tous ses livres, qui ont tous une petit touche originale intrigante. Surtout Nox. Heureuse de cette découverte, d’autant plus que Lou a adoré et son enthousiasme est communicatif !

«Verdict… Je l’ai lu en très peu de temps, je l’ai dévoré, j’ai été captivé… Nous sommes dans un monde futuriste où les riches ont le droit au soleil tandis que les pauvres sont condamnés à voir dans « la nox », une pollution tellement forte qu’elle cache le soleil et condamne ces personnes à vivre dans le noir. […] Les personnages sont entiers, attachants, détestables, inquiétants, énervants… Un grand panel, rien n’est vraiment noir ou blanc, on voit les personnages alterner entre le « bien » et le « mal », hésiter, ne pas savoir s’ils font vraiment ce qu’il faut. Un monde passionnant, terrifiant.»

3. La tentatrice : Stellabloggeuse, de Des romans entre deux mondes
Le fruit de la tentation : La liste de mes envies, de Grégoire Delacourt

La liste de mes envies, de Grégoire Delacourt

 J’en avais déjà pas mal entendu parler, mais je n’étais pas vraiment attirée par la couverture et le résumé, j’avais l’impression que c’était un peu un livre de grand-mères, avec des bons sentiments et rien de bien intéressant. Récemment, je me suis repenchée sur ce livre et Stella m’a définitivement donné envie de le lire, surtout pour la belle écriture de cet auteur qui semble bien comprendre les femmes…

«Quant à l’écriture de Grégoire Delacourt, elle est toujours aussi agréable, tantôt rude et tantôt poétique, douce-amère. Il parvient ainsi à rendre très belles les choses dures et lucides qu’il raconte. Il en ressort une vive émotion, c’est un roman très touchant. Il parvient également à distiller une bonne dose d’humour dans ce roman au propos plutôt grave. Il a ce talent incroyable de saisir l’essence de la vie et de la coucher sur le papier. »

4. La tentatrice : Candyshy, de Au boudoir de Candyshy
Le fruit de la tentation : Enfants de la paranoïa, de Trevor Shane

Enfants de la paranoïa, de Trevor Shane

Il y a eu pas mal de ramdam autour de ce livre et pourtant ce n’est que récemment que je me suis mise à lire quelques chroniques, donc celle de Candyshy qui a eu un coup de cœur pour ce roman qui a l’air intrigant et original. Une guerre clandestine où il est interdit de tuer les innocents et les ennemis de moins de 18 ans, oui moi ça m’intrigue et ça me donne envie d’en savoir plus.

« On est complètement immergé dans cette histoire, on est avec Joseph, on a peur de ce qui arrive mais on garde espoir. À chaque moment on espère ! La fin nous laisse pantelante, rempli de frissons. On ne sort pas indemne de la lecture mais qu’est-ce que ça a été un régal ! J’avoue que là, je n’ai envie de rien lire, je suis encore trop imprégnée de cette lecture. Un grand bravo à l’auteur pour cette histoire, ses idées, son thème créé et tous ces sentiments qui nous traversent immanquablement et avec tant de puissance. »

5. La tentatrice : Lune, de Un papillon dans la Lune
Le fruit de la tentation : Timeville, de Tim Sliders

Timeville, de Tim Sliders

Encore le hasard qui m’a fait découvrir ce nouveau roman. Il n’y a encore qu’une chronique sur Livraddict, mais une super chronique ! Pas besoin d’aller voir ailleurs, Lune saura facilement vous convaincre. Le résumé est déjà assez alléchant avec ce saut dans le passé, mais Lune nous montre aussi que ce livre est bourré d’humour avec des citations bien choisies.

« En résumé, voici un roman jouissif, aux références réelles pour une histoire irréelle, avec une intrigue solide, des guest-stars à gogo, des personnages attachants. On se demande jusqu’au bout : mais comment ont-ils atterri là, pourquoi, pourront-ils en repartir, et surtout y sont-ils vraiment ? Du bon pop-corn ! »

***

Hé oui, les blogueurs sont de vraies tentateurs ! Et comme je suis certaine qu’il y aura encore des centaines de livres tentants dans leurs chroniques, je vous propose de se rejoindre ici tous les 20 du mois, pour découvrir ceux qui font grossir ma Wish et maigrir mon portefeuille.

Si vous voulez, comme moi, dénoncer vos propres tentateurs, n’hésitez pas à me rejoindre pour ce rendez-vous, et à venir chaque mois ajouter ici les liens de vos articles.

PS : Un RDV similaire existe chez Bleue & Violette et il est génial, très marrant. Allez faire un tour !

Eux aussi ont dénoncé :

Candyshy
Nessa

Fahrenheit 451, de Ray Bradbury

Fahrenheit 451, de Ray Bradbury

Quatrième de couverture

451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s’enflamme et se consume. Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif. Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d’un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l’imaginaire au profit d’un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé.

Nbr de pages : 213 / Éditeur : Folio / Titre VO : Fahrenheit 451

Mon avis

Les Noirs n’aiment pas Little Black Sambo. Brûlons-le. La case de l’oncle Tom met les Blancs mal à l’aise. Brûlons-le. Quelqu’un a écrit un livre sur le tabac et le cancer du poumon ? Les fumeurs pleurnichent ? Brûlons le livre. La sérénité, Montag. La paix, Montag. A la porte, les querelles. Ou mieux encore, dans l’incinérateur. Les enterrements sont tristes et païens ? Éliminons-les également.

Encore un « incontournable » qu’il était temps que je découvre. Malheureusement, je suis vraiment passée à côté de ce grand classique. Je suis déçue de ne pas avoir ressenti le même engouement que la plupart des autres blogueurs, d’être restée en simple spectatrice, baillant de temps en temps, au bord de l’ennui, plutôt que de m’indigner avec Montag de cette société de consommation où la littérature est interdite. Un thème qui avait toutes les chances de me convaincre, mais rien dans ce roman n’a pu m’émouvoir, me donner l’envie de lire sans plus m’arrêter.

Le style ne m’a pas plu, les personnages non plus. C’est vrai que vu le sujet abordé, on peut comprendre que la plume soit un peu impersonnelle, mais j’ai trouvé que l’auteur ne nous invitait pas assez dans son histoire, ne nous incluait pas, et je suis restée sur le bord de la route, en espérant qu’à un moment ou à un autre, il allait enfin passer me prendre. Raté ! Et puis Montag, à qui on aimerait pouvoir s’identifier, m’a semblé un peu fade et son changement d’opinion soudain m’a désarçonnée et j’ai eu du mal à y croire. Une révélation ? Oui pourquoi pas…

Heureusement, certains petits passages par-ci par-là sont vraiment brillants. J’adorais tomber sur ces répliques ironiques, ces petites pointes d’esprit sur ce monde très dérangé qui donnent au livre tout son sens. On se rend enfin compte où l’auteur veut en venir et on en reste parfois estomaqué. J’aurais aimé que tout le livre soit de cet acabit, pour qu’il me fasse encore plus réfléchir, qu’il mette le doigt plus souvent là où ça fait mal.

Si vous ne voulez pas qu’un homme se rende malheureux avec la politique, n’allez pas lui casser la tête en lui proposant deux points de vue sur une question ; proposez-lui en un seul. Mieux encore, ne lui en proposez aucun. Qu’il oublie jusqu’à l’existence de la guerre. Si le gouvernement est inefficace, pesant, gourmand en matière d’impôt, cela vaut mieux que d’embêter les gens avec ça.

Aucune scène ne m’a vraiment marquée, les pages défilant sans que l’histoire ne m’atteigne. Je suis déçue car j’en attendais beaucoup plus ; avec un thème pareil, ça aurait pu être une vraie pépite, et parfois ça l’était, mais dans le genre percutant, j’ai trouvé la préface du traducteur bien plus efficace lorsqu’il compare le roman avec ce qu’il se passe dans notre société en ce moment. Bref, un rendez-vous manqué pour moi, mais n’hésitez pas à vous faire votre propre avis, il y a quand même de quoi tirer de fameuses conclusions sur notre mode de vie.

Il y est aussi et surtout question de l’impérialisme des médias, du grand décervelage auquel procèdent la publicité, les jeux, les feuilletons, les « informations » télévisés. Car, comme le dit ailleurs Bradbury, « il y a plus d’une façon de brûler un livre », l’une d’elles, peut-être la plus radicale, étant de rendre les gens incapables de lire par atrophie de tout intérêt pour la chose littéraire, paresse mentale ou simple désinformation. « On ne brûle pas encore les livres, mais on les étouffe sous le silence. […] Pour la raison la plus simple : parce qu’ils n’attirent pas assez de public, parce qu’ils n’entraînent pas assez de publicité, parce qu’ils ne rapportent pas assez d’argent. La dictature de l’audimat, c’est la dictature de l’argent. C’est l’argent contre la culture. »

Ma note : 4/10

Extras
Traducteur : Jacques Chambon
Première publication : 1953 en VO
Fiche Bibliomania

Vertige, de Franck Thilliez

Vertige, de Franck Thilliez

 

Mon résumé

Jonathan se réveille dans une grotte froide, dans l’obscurité, enchaîné, seul. Jusqu’à ce qu’il découvre qu’il n’est pas le seul prisonnier. Farid, lui aussi enchaîné, et Michel, portant un masque de fer qui explosera s’il s’éloigne trop, vont lui servir de compagnons dans cette antre d’où il semble impossible de s’enfuir… À la recherche d’indices sur l’identité de leur bourreau, ils vont peu à peu se dévoiler et découvrir qu’ils ne sont pas là ensemble par hasard…

Nbr de pages : 336 / Éditeur : Fleuve Noir

Mon avis

Personne ne sait où vous vous trouvez, sauf moi, mais je ne pense pas vous être d’un secours quelconque, là où je suis. Et croyez-moi, on ne vous retrouvera jamais. Comprenez bien que vous allez tous mourir. Le tout est de savoir combien de temps vous tiendrez. Et pourquoi.

J’avais entendu que Thilliez était un dieu du thriller (et je me suis donc bien sûr acheté presque toute sa bibliographie…). Pour ma première découverte, je ne dirais pas vraiment que je suis déçue, mais dans ma tête, l’auteur est vite redescendu de son piédestal, son roman ne m’ayant finalement fait ni chaud ni froid. Et puis, j’avais pas pigé la fin, et ça c’est ballot !

Pourtant, ce livre me promettait monts et merveilles ! Un huis clos et des secrets inavouables (j’adore), une ambiance glauque qui fait froid dans le dos (j’adore) et un scénario à la Saw avec pieds entravés par des chaînes et tête coincée dans un masque de fer qui fait tic tac (j’adore). L’envie de connaître le dénouement final est bien là, l’intrigue est assez bien construite et le début de l’histoire est très prenant… mais je n’ai pas accroché plus que ça, pas autant que je l’espérais du moins. Je suis une des rares à ne pas avoir adoré ce roman, peut-être en attendais-je encore plus, je ne sais pas.

J’ai aimé l’atmosphère pesante, mais elle n’a pas su me tenir en haleine. Le thème de l’alpinisme ne m’a pas transcendée, on devine aisément quelques dénouements, et catastrophe, je n’ai pas compris la chute. Ça la fout mal pour un thriller… Il faut vraiment s’attacher à tous les petits détails qui jalonnent le roman et rester bien concentré pendant sa lecture pour ne rien manquer, sinon vous risquez comme moi de passer à côté. J’avoue que je n’étais pas toujours bien attentive et que je l’ai lu trop lentement, mais je ne suis pas la seule à avoir manqué le détail qui tue (c’est d’ailleurs grâce aux commentaires sur l’article de Vepug que j’ai découvert la vérité sur la fin !).

Si vous aussi, vous n’êtes pas bien sûr d’avoir compris la chute, voici la solution (surlignez la suite) :
° Il faut comparer l’avant-dernière phrase du livre avec la page 141 (grand format). La photo qu’ils ont prise dans la grotte et celle que Jonathan retrouve à la fin n’est pas identiquement la même. C’est la preuve que Jonathan est bel et bien fou et a tout manigancé sans le savoir. °

Je préfère nettement ce roman après avoir été éclairée sur la fin, mais je reste tout de même avec beaucoup de questions et trouve dommage que toute l’histoire repose sur un détail aussi subtil. Mais Thilliez a quand même vraiment su éveiller ma curiosité et je compte bien découvrir tous ses autres titres.

Ma note : 6,5/10

Extras
Première publication : octobre 2011
Fiche Bibliomania
Vertige est le dixième roman de l’auteur. Franck Thilliez est membre de la Ligue de l’Imaginaire, aux côtés notamment de Bernard Werber, Maxime Chattam et Patrick Bauwen. Ils ont les mêmes sources et aiment les livres les uns des autres. Ils se voient régulièrement, mangent ensemble, ont des projets d’écriture en commun. [Infos sur Les chroniques de Mandor]
Dans une interview, Thilliez a dit en parlant de Vertige : « À la lecture, faites attention aux détails, ça vous évitera de vous dire, à la fin « Mince, comment j’ai fait pour passer à côté de ça ? » et d’avoir à relire le roman. » [Interview chez Passion-romans]

***

Nouvelle lecture d’un de vos auteurs incontournables pour la challenge de Hylyirio

5 points pour Franck Thilliez
Total : 25 pts

Une nouvelle lecture pour le Challenge ABC de Nanet

 Challenge ABC 2012
N° 10 dans le challenge ABC 2012 – Lettre T

L’épreuve, tome 1 : Le labyrinthe, de James Dashner

 

Quatrième de couverture

Quand Thomas reprend connaissance, sa mémoire est vide, seul son nom lui est familier… Il se retrouve entouré d’adolescents dans un lieu étrange, à l’ombre de murs infranchissables. Quatre portes gigantesques, qui se referment le soir, ouvrent sur un labyrinthe peuplé de monstres d’acier. Chaque nuit, le plan en est modifié.
Thomas comprend qu’une terrible épreuve les attend tous. Comment s’échapper par le labyrinthe maudit sans risquer sa vie ? Si seulement il parvenait à exhumer les sombres secrets enfouis au plus profond de sa mémoire…

Nbr de pages : 408 / Éditeur : Pocket Jeunesse / Titre VO : The Maze Runner

Mon avis

J’adore pouvoir découvrir un livre assez rapidement après sa sortie ; aucun a priori positif ou négatif, aucune attente particulière, aucune influence des autres blogueurs. Je l’ai dévoré et c’était délicieux !

D’abord un début délicieux : on débarque directement dans le Bloc avec Thomas. Il est incrédule, tout comme nous, en découvrant cinquante têtes de mecs au-dessus de lui, avec un labyrinthe en toile de fond. Sans compter le jargon des Blocards qui, d’entrée de jeu, lui balancent du « face de plonk » en lui expliquant qu’il va bosser avec un « maton » et que s’il fait pas gaffe, il va finir « Torcheur ». Heuuu, oui ?

Heureusement, tout ça devient vite clair, mais des dizaines de questions persistent. Que font-ils tous enfermés là ? Qui a envoyé Thomas ? Pourquoi ont-ils perdu la mémoire ? Comment résoudre l’énigme du labyrinthe ? Comment s’échapper… et y a-t-il bien une issue ? Ce roman est vraiment intrigant et les pages se tournent à toute vitesse car on veut savoir le fin mot de l’histoire. Je n’ai ressenti aucun temps mort, même si les réflexions de Thomas et ses amis sont un peu longues et répétitives. On voit quand même que les personnages sont encore des ados dans leur façon d’être et on a parfois cette impression que c’est fort jeunesse, mais ça ne m’a pas gênée outre mesure. Par contre, je ne me suis pas attachée plus que ça aux personnages. Autant j’étais à fond dans l’intrigue, autant les personnages m’ont un peu laissée de marbre.

— Tu sais, Thomas, je me sens bizarre en ce moment. Ça fait drôle d’éprouver le mal du pays alors qu’on ne se rappelle même pas d’où on vient. Mais je ne supporte plus d’être ici. Je voudrais rentrer chez moi. Où que ce soit, quelle que soit ma famille. Je voudrais me souvenir.

Mais le suspense, la tension et l’ambiance un peu sinistre reprennent toujours le dessus et j’ai frissonné plus d’une fois, en courant dans les couloirs sombres du labyrinthe, pourchassée par les Griffeurs (des sales bêtes !). Hé oui, on vit l’histoire et je me représentais sans problème le Bloc et le labyrinthe, ses murs qui bougent et ses bestioles peu sympathiques. Le rythme de l’histoire va crescendo pour nous offrir une fin à la hauteur de nos espérances. Car oui, final délicieux ! Un épilogue qui nous fait nous arracher les cheveux et qui clôture à merveille ce premier tome.

Bref, un livre qui vaut la peine avec des idées que j’ai trouvées assez originales. Je n’ai pas eu d’énormes surprises, mais les multiples rebondissements rythment parfaitement la lecture (et j’ai quand même poussé beaucoup d’exclamations et de gémissements à chaque fin de chapitre). Et tout à la fin, j’en redemande !

Ma note : 8,5/10

Extras
Traducteur : Guillaume Fournier (qui a aussi traduit les Hunger Games)
Première publication : octobre 2012
Fiche Bibliomania
L’épreuve est une trilogie. La suite est déjà parue en VO (The Scorch Trials et The Death Cure). En français, le tome 2, La terre brûlée, est prévu pour octobre 2013 et le tome 3 pour 2014.

***

Le trailer VO du premier tome, très réussi !

Je remercie Livraddict et les éditions PKJ pour ce partenariat.

LivraddictPKJ