Archives Mensuelles: janvier 2013

Arthur et Janet, tome 1 : À fleur de peaux, de Jean-Luc Cornette & Karo

Arthur et Janet : À fleur de peaux, de Cornette et Karo

[Attention : BD pour adultes]


Résumé de l’éditeur :

Arthur et Janet sont très amoureux et très complices. Ils adorent le sexe sous toutes ses formes : à deux ou à plusieurs, avec des filles, avec des garçons, ensemble ou séparément. Une ode au désir et aux plaisirs charnels sous la forme de saynètes tendres et décomplexées.

Nbr de pages : 48 / Éditeur : Drugstore

Mon avis

Ayant beaucoup apprécié ma lecture de Libido blues (voir chronique ci-dessous), j’ai eu envie de continuer sur ma lancée et lire d’autres BD érotiques. Merci à Missmolko1, au passage, qui m’a fait découvrir celle-ci.

Là où Libido blues m’avait bien fait rire, À fleur de peaux a plutôt réussi à me faire frissonner d’envie et l’érotisme est nettement plus présent. Attention, celle-ci, elle n’est pas à mettre entre toutes les mains ! Mais, les petites histoires du couple sont tout de même chaque fois racontées avec un brin d’humour bienvenu.

Par contre, c’est un peu plus difficile de se mettre à la place des personnages et on est parfois loin de la banalité du quotidien (du mien, du moins :p) ou des gags bon enfant de Libido blues ; le jeune couple que l’on découvre tout au long de cette BD est très ouvert d’esprit, libertin et n’a peur de rien. Mademoiselle aime aussi les filles, offre une strip-teaseuse à son homme, ils aiment le sexe à trois et ne sont jamais à court d’idées pour de nouvelles expériences. J’avoue qu’au début, j’ai pensé que cette BD n’était pas faite pour moi, mais finalement on se laisse prendre au jeu. Certaines scènes sont assez marrantes, mais beaucoup plus crues et osées (Mademoiselle fait pipi dans l’ascenseur d’un hôtel, avant d’aller faire l’amour à son homme dans le couloir… Et les autres clients les enjambent !). J’aime beaucoup les couleurs et le coup de crayon des dessins, mais ceux-ci ne laissent que peu de place à l’imagination et sont très explicites. Leur vie débridée reste assez décalée par rapport à celle de Monsieur Tout-le-monde ; ça peut déplaire ou choquer, ça peut donner des idées, ça peut amuser et exciter, en tout cas, ça ne laisse pas indifférent. Personnellement, j’avais beau être dubitative au début, j’ai passé un excellent moment en passant par toutes sortes de sentiments (parfois contradictoires), et à la fin, j’étais assez triste que ce soit déjà fini. Les BD, c’est décidément trop court !

Note : 8,5/10

Extras
Première publication : février 2009
Fiche Bibliomania

Extrait

© Cornette & Karo

Libido blues : L’un dans l’autre on s’en sort !, de Marc Chalvin

Libido blues : L'un dans l'autre on s'en sort !, de March Chalvin

Résumé de l’éditeur

À travers des situations quotidiennes cocasses, embarrassantes et même parfois émouvantes, Marc Chalvin dresse en une quarantaine de gags la vie d’hommes et de femmes face à leur libido, leurs envies et leurs manques. Avec une grande tendresse et le sourire aux lèvres, la plupart des gens se reconnaîtront sans problème à travers ces saynètes humoristiques, gentiment érotiques mais jamais outrancières.

Nbr de pages : 48 / Éditeur : La Musardine

Mon avis

Je lis très peu de BD, mais je peux déjà dire que ce sont les BD érotiques qui me plaisent le plus. Qu’elles me fassent rire ou m’émoustillent, je passe toujours un très bon moment.

J’ai trouvé Libido blues très marrante et même si quelques planches font beaucoup moins mouche, la grande majorité m’a bien fait sourire. J’ai reconnu mon amoureux dans plusieurs gags, ce qui ajoute un petit plus considérable, car c’est toujours mieux quand les histoires reflètent un peu notre vie. Contrairement à d’autres lecteurs, j’ai apprécié les dessins, détaillés juste comme il faut, et le fait de ne pas suivre toujours le même couple. Ce sont plein de mini scènes de la vie, de petits moments qu’on a bien souvent déjà vécus, sans vraiment de liens entre eux.

Alors, je l’ai fait lire à mon entourage et tout le monde l’a appréciée. Je pense qu’elle peut convenir à un public assez large, car on ne tombe jamais dans le vulgaire, le choquant ou le trop cru. Mais qu’est-ce que ça passe vite ! En 15 minutes, la BD est dévorée et j’ai eu un petit goût de trop peu… Bref, j’attends le suivant !

Note : 8,5/10

Extras
Première publication : avril 2012
Fiche Bibliomania
Merci à Babelio et à son Masse Critique BD qui me sort des mes habitudes !

Extrait

© Marc Chalvin

Merlin, tome 1 : Les années oubliées, de T.A. Barron

Merlin, tome 1 : Les années oubliées, de T.A. Barrons

 

Quatrième de couverture

Le jeune Emrys ignore tout de son identité. Ses premiers souvenirs remontent à l’âge de sept ans, lorsqu’il s’est réveillé sur une plage…
Une femme guérisseuse, Branwen, prétend être sa mère. Mais il refuse de la croire.
Aujourd’hui adolescent, Emrys est déterminé à découvrir qui il est. D’autant qu’il s’est mis à développer des pouvoirs hors du commun, qu’il ne parvient pas à contrôler.

Nbr de pages : 355 / Éditeur : Nathan / Titre VO : The Lost Years of Merlin

Mon avis

Je ne connaissais rien de Merlin, alors quelle meilleure façon de le découvrir qu’en commençant par le récit de son enfance et la quête de ses origines ? J’ai été surprise d’apprendre dans la (très intéressante) préface de l’auteur que de très nombreux écrivains se sont penchés sur le personnage de Merlin, mais que personne ne s’est intéressé à l’histoire de sa jeunesse. Barron se propose donc de combler ce vide en écrivant ce premier tome, le premier d’une longue série (saga en 12 volumes). Une brillante idée !

Non seulement ce premier tome sert de très bonne introduction en posant de solides bases, mais cette première intrigue est intéressante et complète et ne laisse pas le lecteur sur sa faim, comme c’est trop souvent le cas dans les débuts de saga. Bref, je suis satisfaite de ce premier tome où l’on découvre un monde haut en couleurs et des créatures inattendues, et où l’on sent poindre de futurs grands projets pour Emrys (qui ne s’appelle pas encore Merlin).

Malheureusement, le tout manque un peu de dynamisme… La dernière volée de pages se  dévore, mais le début est trop lent, le suspense se fait longtemps attendre et l’envie d’en savoir plus n’est pas au rendez-vous. Beaucoup de descriptions et de réflexions (les mêmes qui reviennent en boucle, à propos de sa peur des pouvoirs, notamment) risquent aussi de freiner les plus jeunes lecteurs. Dernier petit bémol : l’emploi du passé composé qui m’a déstabilisée au début, mais auquel j’ai fini par m’habituer.

Mais une fois le bon et le moins bon mélangé dans un gros sac, je découvre que cette lecture m’a plu, a éveillé ma curiosité et m’a donné envie d’en savoir plus sur ce jeune héros. Cependant, je suis parfois restée à côté de l’intrigue sans vraiment réussir à m’y plonger entièrement et il m’a fallu du temps pour en apprécier chaque moment… En espérant que le 2e tome soit à l’image de cette fin palpitante et qu’il fourmille de nouveaux personnages originaux !

Rien ne vaut une bonne lecture après une journée de bonnes lectures.

Note : 7,5/10

Extras
Traducteur : Agnès Piganiol
Première publication en VO en 1996 et en français en janvier 2013
Fiche Bibliomania
Cette saga comptera 12 tomes. Le 2e, Les sept chants du magicien, sortira en avril 2013 et le 3e, L’épreuve du feu, en juillet 2013. L’attente ne sera donc pas trop longue…
Il y a un concours pour le gagner aujourd’hui organisé par l’éditeur ici ! Et merci à Nathan au passage pour l’envoi de ce livre.

***

1er mot pour le challenge Petit Bac organisé par Enna
Challenge Petit Bac 2013
Prénom : Merlin

Challenge New Pal organisé par Yukarie
New Pal 2013
2/189

Le théorème de Cupidon, d’Agnès Abécassis

Lethéorème de Cupidon, d'Agnès Abécassis

Quatrième de couverture

THEOREME DE CUPIDON (Déf) : deux lignes parallèles ne se croisent jamais. Sauf si elles sont faites l’une pour l’autre.

Adélaïde est exubérante, directe, rigolote, mais fuit les histoires d’amour.
Philéas est timide, maladroit, sérieux, et ne pense qu’à conclure.
Ils ont le même âge, travaillent tous les deux dans le cinéma, pourtant ils ne se connaissent pas. …
Enfin, c’est ce qu’ils croient.

Entre situations pétillantes et rebondissements irrésistibles, une savoureuse comédie-romantique à deux voix, l’une féminine, l’autre qui a mué.

Nbr de pages : 231 / Éditeur : Calmann-Lévy

Mon avis

Un gros bof ! J’attendais beaucoup de ce livre, car ça fait un moment que je n’ai pas lu quelque chose de bien marrant et la quatrième de couverture nous promettait un humour à la hauteur des meilleurs romancières de chick-lit… Hum, pour l’humour, Agnès Abécassis, elle repassera ! Enfin, je dis ça, mais ça doit être mon humour qui n’est pas compatible avec le sien, parce que la plupart des blogueuses ont l’air de s’être bien marrées.

Alors oui, Adélaïde est une fille dynamique et sympa qui se veut rigolote, mais ses blagues sont souvent tombées à plat. Des fois, quand même, ça marche pas trop mal et j’ai souri… mais d’autres fois, les répliques du style « Je m’en bats l’œil avec une tranche de courgette grillée » m’ont plutôt laissée sceptique. Mais alors qu’on passe tout de même quelques moments amusants avec Adé (les scènes de speed-dating, ça fonctionne toujours bien, et là j’ai un peu ri), Philéas, lui, est franchement naze. On m’avait promis un Sheldon timide et maladroit et je me retrouve face à un abruti macho antipathique qui se dit romantique alors qu’il ne pense qu’à conclure… Heureusement, j’ai quand même eu ma petite référence à la série :

[…] sa silhouette gracile vêtue d’un tee-shirt manches courtes qu’elle porte par-dessus un tee-shirt manches longues aux couleurs acidulées, s’inspirant du look de Sheldon dans The Big Bang Theory. Elle, son trip, c’est de se déguiser en geek.

Alors pour la sympathique petite histoire d’amour, on repassera aussi ! Nos deux héros ne se rencontrent que 40 pages avant la fin… enfin ! Déjà que le début m’avait un peu gavée, avec des scènes ridicules (la mère qui préfèrerait se pendre que d’enlever les 4 poux sur la tête de son fils), il a fallu que ça tire en longueur… Pour un livre de 230 pages, ça la fout mal.

Allez, je vais pas être vache, il y a quand même des trucs qui m’ont plu : ça se passe dans le monde du cinéma, c’est assez original (avec des références à Catherine Devétuste, Pierre Pauvrard ou Angelina Moshe), les quiproquos pimentent un peu l’histoire (parce qu’à part ça, on suit juste la vie des deux héros, chacun de leur côté, et leurs déceptions amoureuses et c’est pas très folichon) et… la fin sauve tout, ouf ! Je me suis même esclaffée deux fois. Dommage qu’on doive attendre jusque là… Bref, une histoire sans plus, assez délassante par moments, mais je m’attendais à tellement mieux…

Note : 6/10

Extras
Première publication : mars 2011
Fiche Bibliomania
J’avais prévu de lire un livre rose, voici une petite photo de ce que j’ai chez moi :
Livres roses

***

Challenge New Pal organisé par Yukarie
New Pal 2013
1/189

Battle royale, de Koushun Takami

Battle Royale, de Koushun Takami

Mon résumé

Chaque année, plusieurs classes de 3e sont choisies pour participer au Programme. Le but : les 42 élèves doivent s’entre-tuer ; il ne peut y avoir qu’un gagnant.

Nbr de pages : 619 / Éditeur : Hachette / Titre VO : Battle Royale

Mon avis

« Eh bien, maintenant, laissez-moi vous expliquer comment on joue, d’accord ? » annonça Sakamochi de sa voix enjouée de maître d’école primaire. […]
« Vous êtes déjà au courant, je pense. Les règles sont on ne peut plus simples. Vous vous entre-tuez, voilà tout. Aucune pénalité. Seul le dernier survivant pourra rentrer chez lui et emporter – ô joie ! – un magnifique autographe de Sa Grandeur le Reichsführer en personne ! N’est-ce pas magnifique ? […] Toutefois, j’ai une bonne nouvelle pour les filles : selon les statistiques établies sur l’ensemble des Programmes réalisés jusqu’à maintenant, quarante-neuf pour cent des champions sont des championnes ! Eh oui ! Vous voyez, il n’y a aucune raison d’avoir peur. Nous sommes tous égaux… »

Quel roman ! Je savais que ce serait gore et que ça prendrait aux tripes parfois, eh bien je ne suis pas déçue ! J’ai adoré cette lecture qui fait froid dans le dos (comme une faucille en plein entre les deux omoplates peut-être). Le concept m’avait déjà fait dresser les cheveux sur la tête dans Hunger Games, mais là, c’est tout bonnement horrible ! On se dit directement : « Quoi ? Ils vont s’entre-tuer ? Entre amis ? Ils vont vraiment le faire ? Même les deux amoureux, là ? » On fait donc immédiatement le lien avec Hunger Games, mais très vite on se plonge dans l’intrigue et on n’y pense plus du tout. Je n’ai pas eu envie de comparer, chaque histoire étant, au final, assez différente l’une de l’autre dans leur approche.

Je me suis très vite imprégnée de l’histoire, malgré l’énorme difficulté des noms japonais. Dans le premier chapitre, on nous présente les 42 élèves, au travers des yeux de Shûya, le personnage principal. 42, c’est énorme… surtout que l’on va les suivre un par un sur l’île, on va entrer dans leur esprit pour leurs derniers moments. On apprend à connaître chacun d’eux, pour certains, juste le temps de quelques pages et pour d’autres durant (presque) tout le roman. On a parfois à peine le temps de s’attacher à eux ou de les détester que, pouf, ils sont morts (d’une mort atroce pour la plupart). Du coup, on a envie de les retenir ces noms ! Mais l’auteur (le traducteur ?) ne nous facilite pas la tâche : un coup j’t’appelle par ton prénom, la page d’après par ton nom de famille, et tant pis si le lecteur est perdu. Il a parfois fallu ruser pour trouver des petits moyens mnémotechniques ! C’est la première fois de ma vie que je prends des notes en lisant… Alors pour ceux qui se plaignaient du grand nombre de personnages dans le dernier Rowling, passez votre chemin… Enfin non, mordez sur votre chique et faites un effort pour découvrir ce livre hors du commun qui vaut vraiment le détour !

Petit bémol, tout de même, je n’ai pas vraiment été séduite par les petites pointes d’humour japonais. Ça cassait un peu l’ambiance et ça n’apportait pas grand-chose… Par contre, j’ai beaucoup aimé la façon qu’a l’auteur de pousser assez loin la psychologie de chacun de ses personnages. Il a même su rendre la Bitch de l’histoire attendrissante ! Un joli tour de force pour un livre avec autant de protagonistes, ils ont tous droit à leur petite histoire personnelle et le résultat est très réussi. Une chose est sûre, on est vraiment pris dans l’aventure, on se ronge les sangs à chaque confrontation, et on espère, jusqu’à la fin, assez surprenante !

Note : 9/10

Extras
Traducteur : Patrick Honnoré
Première publication en VO en 1999
Fiche Bibliomania
Le roman a inspiré deux films et des séries manga.
Une battle royale est en fait un combat de plusieurs catcheurs se battant simultanément dans un même ring, jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus qu’un.

***

Première lecture pour le Challenge loufoque et aléatoire
Challenge loufoque et aléatoireLire un roman d’un auteur provenant d’une île, avec une tranche blanche.

Un mot sur le film

Battle royaleEn ce qui concerne le film… On m’avait prévenue qu’il était ridicule à côté du livre. Pourtant au début, j’étais plutôt agréablement surprise. Il y a avaient beaucoup de changements (petits et grands) mais cela ne donnait pas plus mal et ces choix étaient assez logiques étant donné qu’on ne peut pas tout garder d’un aussi gros roman. Alors, bien sûr, quand on regarde un film juste après avoir lu le livre dont il est tiré, la moindre petite différence nous saute aux yeux, mais plus on avançait plus j’étais déçue de tous les détails laissés tomber. Il y a des ajouts ridicules (l’histoire du professeur dont on se tape royalement et qui n’est plus le sadique rigolo du roman) et tout ce qui fait la beauté du livre ne se reflète à aucun moment dans le film, à savoir la psychologie des personnages. Dans le film, c’est un tas de jeunes qui s’entre-tuent, point barre. Il n’y a quasi aucun dialogue… Si on n’a pas lu le roman, ça peut encore être divertissant, et il y a quelques bonnes scènes, mais quand on s’attend à voir sous nos yeux prendre vie les multiples héros, on est franchement déçu… Tout s’enchaîne assez vite et on ne passe pas vraiment un bon moment. Certaines scènes ou confrontations que j’attendais impatiemment sont bâclées ou ont tout bonnement disparu. Sans parler du jeu des acteurs où mourir est synonyme de simplement basculer la tête sur le côté dans un petit hoquet…* Et même la fin est assez bâclée ! Bref, déception. Ah oui, allez pour finir sur une note positive, les personnages ont quasi tous la tête que je leur imaginais.

 Extras
Sorti en novembre 2001 ; Durée : 1 h 53.
Il existe également un Battle Royale 2, la suite, qui ne me tente pas du tout, et n’est pas très bien noté…

Challenge Regarde ce que tu lis

TTT #15 : les 10 livres de ma PAL à lire absolument en 2013

Top Ten Tuesday est un rendez-vous initialement créé par The Broke and the Bookish, qui a été repris en français par Iani.
Top Ten Tuesday

Index

14e édition : mardi 8 janvier 2013

Les 10 livres de votre PAL à lire absolument en 2013

1. La couleur de la haine, de Malorie Blackman : parce que ça va faire un an que j’ai lu le tome 1 et que c’est mon coup de cœur 2012, en espérant que ce deuxième tome soit mon coup de cœur 2013…

2. La Tour Sombre, tome 3, de Stephen King : parce que j’ai eu un peu de mal entre le tome 1 et 2 et que je ne voudrais pas trop oublier ce qu’il s’est passé (et aussi que mon amoureux s’impatiente que je finisse un jour sa saga adorée :)).

3. L’assassin royal, tome 3, de Robin Hobb : idem, je veux que le tome 2 ne soit pas qu’un lointain souvenir et parce que ma maman m’a largement dépassé dans la saga et continue à adorer !

4. Nos étoiles contraires, de John Green : je sais depuis des années que le jour où je lirai du John Green, je tomberai sous le charme. Ce livre est celui qui me tentait le plus de sa bibliographie et je suis super heureuse de pouvoir le lire en avant-première. Au vu des déjà très belles chroniques, je sens que ça va être une superbe lecture 🙂

5. Divergente, tome 2, de Veronica Roth : j’ai eu la chance de le gagner chez Mélo et je suis impatiente de le lire depuis lors, donc il va bientôt passer à la casserole.

6. 16 lunes, de Kami Garcia et Margaret Stohl : parce que je voudrais le lire avant sa sortie au cinéma et que ça fait bien trop longtemps qu’il attend son tour.

7. Delirium, de Lauren Oliver : un des livres que j’ai le plus envie de découvrir depuis longtemps et pourtant, toujours pas lu (alors que c’est un beau cadeau de mon amoureux, et que ça fait un an…)

8. 50 nuances de Grey, de E.L. James ou Dévoile-moi, de Sylvia Day : parce que j’en ai entendu parler encore et encore, en bien et en mal et que j’ai envie de me faire ma propre idée. Je ne comptais les lire aucun des deux et puis finalement, je les ai à ma disposition donc je vais tenter l’expérience en espérant quand même avoir les quelques frissons escomptés !

9. Un jour, de David Nicholls : parce qu’on me l’a prêté et qu’il serait temps que je le rende. Et aussi parce que j’ai le film chez moi que j’ai très envie de voir, mais que je veux le lire d’abord. Et puis parce que j’adore les belles histoires d’amour !

10. Sans âme, de Gail Carriger : un livre qui me tente depuis très longtemps aussi, qui semble original, et parce que je voudrais l’avoir lu pour la sortie poche du tome 2.