Le théorème de Cupidon, d’Agnès Abécassis

Lethéorème de Cupidon, d'Agnès Abécassis

Quatrième de couverture

THEOREME DE CUPIDON (Déf) : deux lignes parallèles ne se croisent jamais. Sauf si elles sont faites l’une pour l’autre.

Adélaïde est exubérante, directe, rigolote, mais fuit les histoires d’amour.
Philéas est timide, maladroit, sérieux, et ne pense qu’à conclure.
Ils ont le même âge, travaillent tous les deux dans le cinéma, pourtant ils ne se connaissent pas. …
Enfin, c’est ce qu’ils croient.

Entre situations pétillantes et rebondissements irrésistibles, une savoureuse comédie-romantique à deux voix, l’une féminine, l’autre qui a mué.

Nbr de pages : 231 / Éditeur : Calmann-Lévy

Mon avis

Un gros bof ! J’attendais beaucoup de ce livre, car ça fait un moment que je n’ai pas lu quelque chose de bien marrant et la quatrième de couverture nous promettait un humour à la hauteur des meilleurs romancières de chick-lit… Hum, pour l’humour, Agnès Abécassis, elle repassera ! Enfin, je dis ça, mais ça doit être mon humour qui n’est pas compatible avec le sien, parce que la plupart des blogueuses ont l’air de s’être bien marrées.

Alors oui, Adélaïde est une fille dynamique et sympa qui se veut rigolote, mais ses blagues sont souvent tombées à plat. Des fois, quand même, ça marche pas trop mal et j’ai souri… mais d’autres fois, les répliques du style « Je m’en bats l’œil avec une tranche de courgette grillée » m’ont plutôt laissée sceptique. Mais alors qu’on passe tout de même quelques moments amusants avec Adé (les scènes de speed-dating, ça fonctionne toujours bien, et là j’ai un peu ri), Philéas, lui, est franchement naze. On m’avait promis un Sheldon timide et maladroit et je me retrouve face à un abruti macho antipathique qui se dit romantique alors qu’il ne pense qu’à conclure… Heureusement, j’ai quand même eu ma petite référence à la série :

[…] sa silhouette gracile vêtue d’un tee-shirt manches courtes qu’elle porte par-dessus un tee-shirt manches longues aux couleurs acidulées, s’inspirant du look de Sheldon dans The Big Bang Theory. Elle, son trip, c’est de se déguiser en geek.

Alors pour la sympathique petite histoire d’amour, on repassera aussi ! Nos deux héros ne se rencontrent que 40 pages avant la fin… enfin ! Déjà que le début m’avait un peu gavée, avec des scènes ridicules (la mère qui préfèrerait se pendre que d’enlever les 4 poux sur la tête de son fils), il a fallu que ça tire en longueur… Pour un livre de 230 pages, ça la fout mal.

Allez, je vais pas être vache, il y a quand même des trucs qui m’ont plu : ça se passe dans le monde du cinéma, c’est assez original (avec des références à Catherine Devétuste, Pierre Pauvrard ou Angelina Moshe), les quiproquos pimentent un peu l’histoire (parce qu’à part ça, on suit juste la vie des deux héros, chacun de leur côté, et leurs déceptions amoureuses et c’est pas très folichon) et… la fin sauve tout, ouf ! Je me suis même esclaffée deux fois. Dommage qu’on doive attendre jusque là… Bref, une histoire sans plus, assez délassante par moments, mais je m’attendais à tellement mieux…

Note : 6/10

Extras
Première publication : mars 2011
Fiche Bibliomania
J’avais prévu de lire un livre rose, voici une petite photo de ce que j’ai chez moi :
Livres roses

***

Challenge New Pal organisé par Yukarie
New Pal 2013
1/189

Publicités

Publié le 13/01/2013, dans Humour, Romance, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :