Réseau(x), de Vincent Villeminot

Réseau(x), de Vincent Villeminot

Mon résumé

Sixie fait de terribles cauchemars meurtriers, qu’elle détaille sur le DKB, un nouveau réseau social consacré aux rêves, qui a supplanté Facebook. Des rêves que l’on retrouve sous forme de films, des snuff movies, avec de vrais meurtres mis en scène.
Nada#1 est le créateur du Play it For Real, un concept dans lequel des joueurs reproduisent les scénarios de jeux vidéo de combat urbain.
Maud, fervente activiste, manifeste pour le coût des études.
Jérémy se shoote pour pouvoir raconter sur le DKB ses visions.
Et la police dans tout ça semble faire plus de mal que de bien.
Tout ce petit monde va se retrouver mêler à un jeu terrible, grandeur nature, où le but est de survivre.

Nbr de pages : 417 / Éditeur : Nathan

Mon avis

Ce fut dur. Je n’ai jamais abandonné un livre. Pour la première fois, j’ai failli… mais j’ai persévéré. J’en ai été plus ou moins récompensée.

La première centaine de pages a été pour moi un calvaire. Au début, rien ne me plaisait, rien ne m’emballait. Je n’avais pas l’envie de lire, d’avancer, de reprendre ma lecture. Arrivée page 150, je ne savais toujours pas à quoi m’attendre. Je croulais sous les acronymes, réels et inventés, sous les notes en bas de page qui m’assommaient plus qu’autre chose. Je suivais plein de personnages à la fois, sans savoir qui ils étaient, sans m’attacher à eux, sans que je rentre dans leur tête, sans que l’auteur ne s’attarde vraiment sur eux, si ce n’est pour dévoiler quelques-uns de leurs faits et gestes, comme s’ils n’étaient pas assez intéressants. L’histoire tardait à décoller, je nageais dans un vrai fouillis, comme si l’auteur voulait tout placer en même temps, sans ordre particulier.

Je n’accrochais définitivement pas. Et pourtant, en général, j’adore le foisonnement de personnages qui veulent tous débarquer en même temps dans les premières pages. Je pense à Dôme (King) ou à Une place à prendre (Rowling). Sans doute faut-il avoir une main de maître pour gérer correctement ce genre de narration, car ici ça n’a pas du tout fonctionné pour moi.

Et puis pour ne rien arranger, la plume de l’auteur m’a vraiment laissée de marbre. Je ne sais pas si c’est dû au fait que j’ai lu les épreuves non corrigées et donc, qu’il restait encore beaucoup de corrections à faire, mais j’ai relevé plein de fautes, de répétitions, de tournures moyennement esthétiques, de mauvaises traductions des petites phrases que l’auteur insère en anglais (china shop n’est pas une « échoppe chinoise », mais un « magasin de porcelaine »). Je ne dirais pas que c’était mauvais, mais le style n’a rien de particulièrement recherché, les mots choisis ne sont pas envoûtants, les phrases ne s’harmonisent pas joliment (enfin, ça c’est très subjectif et personnel, bien sûr).

Alors, ce roman est bon à jeter ? Non. Parce que comme beaucoup l’ont expliqué avant moi, il faut passer ce cap des 150 pages pour apprécier vraiment la lecture. Même si le thème des jeux vidéo, des snuff movies et des réseaux sociaux n’a jamais réussi à vraiment m’intéresser (je ne suis pas une adepte du racontage de vie sur internet, alors un site où on détaille ses rêves, ça me semble un peu fou…), l’intrigue est enfin lancée et j’ai lu la suite presque d’une traite. Tout devient plus clair et on se rend compte de l’originalité de cette histoire qui ne ressemble à aucune autre. On est entraîné dans un tourbillon d’actions et de rebondissements, jusqu’à la fin. Donc au final, je ne me suis pas ennuyée, mais j’ai tellement peiné au début que j’en garde surtout un goût amer, malheureusement.

Ma note : 5/10

Extras
Première publication : septembre 2013
Fiche Bibliomania
C’est un coup de coeur chez Tribulations d’une lectrice et Smells like rock.
Quand la fiction devient réalité :
une nouvelle application est en train d’être conçue permettant d’enregistrer ses rêves dans une banque de données, visible par tous. Pour en savoir plus, c’est par ici.

***

Challenge Haut en couleurs organisé par Addiction littéraire
Challenge Haut en Couleurs
3/15 : gris

Publicités

Publié le 06/10/2013, dans Jeunesse, Policier/Thriller. Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Je serais curieuse de le lire car j’ai vraiment aimé le tome 1 de Instinct mais je suis un peu découragée par tout ce que j’en lis et je veux éviter d’abandonner une lecture en ce moment. Un jour, peut-être… ou pas.

    • On m’a souvent recommandé Instinct, mais je dois bien avouer que cette lecture ne me donne pas vraiment envie de retenter l’expérience. Et puis, je vais essayer de lire un peu moins de jeunesse aussi maintenant, donc ça risque de pas être pour tout de suite, si je change d’avis…

  2. Beaucoup de critiques mitigées voir mauvaises pour ce livre, du coup je ne le lirais sûrement pas. ^^

  3. Il va falloir donc me taper ces 150 pages….ma motivation fluctue en fonction des avis que je lis mais ne monte pas bien haut…

  4. Aïe aïe aïe! Avec toutes les critiques mitigées que je vois sur ce roman, je pense que je vais passer mon tour sans regrets!

  5. C’est vraiment un régal de te lire ! Ce livre m’intrigue beaucoup ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :