Archives Mensuelles: novembre 2013

La Liste de mes envies, de Grégoire Delacourt

La liste de mes envies, de Grégoire Delacourt

Mon résumé

Jocelyne espérait le prince charmant, mais c’est Jocelyn qui lui a volé son cœur. Combien de chances y avait-il pour que son futur mari s’appelle Jocelyn ? Et combien y a-t-il de chances qu’elle gagne au loto, du premier coup, sans même y croire. 18 547 301 € vont lui tomber dessus, sans qu’elle n’ait rien demander. Que faire ? Que dire ? Cet argent va-t-il bouleverser sa vie ? Changer son quotidien ? La rendre heureuse ? Ou détruire son bonheur ?

Nbr de pages : 186 / Éditeur : JC Lattès

Mon avis

On s’est tous déjà dit « Et si je gagnais au loto… » Moi, je pense que si ça m’arrivait, je garderais le secret, comme Jocelyne. On l’a bien prévenue, Jocelyne, devenir riche ça change votre vie, mais aussi votre entourage.

Vous avez des enfants ? J’opine. Eh bien, ils ne vous verront plus seulement comme une mère, mais comme une mère riche et ils voudront leur part. Et votre mari ; peut-être a-t-il un travail modeste, eh bien il va vouloir arrêter de travailler, s’occuper de votre fortune, je dis bien votre fortune parce que désormais elle sera à lui comme à vous puisqu’il vous aime, ah ça oui il va vous le dire qu’il vous aime, dans les jours et les mois qui viennent […].

Ce roman est un petit essai, un peu pessimiste, sur le thème de « l’argent ne fait pas le bonheur, il pourrait au contraire le détruire ». On remarque directement la belle plume de l’auteur, le ton très juste, parfois trop, très cru, sans fioritures. C’est la vie avec ses imperfections et parfois, c’est pas joli-joli. Jocelyne semble être heureuse, du moins, elle se contente de son bonheur à elle, avec ses défauts et ses banalités.

Le problème, c’est que ce roman ne m’a pas du tout touchée. Quand Jocelyne décrit sa vie, je la trouve triste, son bonheur, je le trouve fade. Le problème, c’est que ce livre est à lire lorsque l’on a déjà un certain bagage, qu’on est marié, avec des enfants, qu’on peut s’identifier à Jo, à ses rêves envolés et à ses petits plaisirs. J’ai eu le même ressenti que pour La vie d’une autre, de Frédérique Deghelt, qui permettait aussi de faire le point sur sa vie. Et malheureusement, ce livre ne fait pas écho à ce que j’ai vécu, à mes sentiments, à mon quotidien.

Mais je dois reconnaître une chose à l’auteur, c’est qu’il a tout à fait cerné la psychologie féminine. Cela saute aux yeux dans la façon dont Jocelyne appréhende sa vie, dans le regard qu’elle porte sur son corps et dans certaines réflexions sur les femmes en général. C’est à se demander si ce n’est pas une femme qui se cache derrière la plume de Grégoire Delacourt.

Un peu déçue au final de ne pas avoir été émue par ce roman, que j’ai trouvé noir et triste. Heureusement qu’il ne faisait que 180 pages, juste ce qu’il faut pour marquer les esprits, avec des maximes qui font réfléchir. Par contre, à 18 € en grand format (si on peut appeler ça grand), ça fait cher la page, et je râle un peu de cette arnaque.

Note : 6,5/10

Extras
Première publication : février 2012
Fiche Bibliomania
La liste de mes envies est en cours d’adaptation cinématographique, avec Mathilde Seigner et Marc Lavoine dans les rôles principaux.

Silo, de Hugh Howey

Silo, de Hugh Howey

Quatrième de couverture

Dans un futur post-apocalyptique indéterminé, une communauté d’hommes et de femmes a organisé sa survie dans un silo souterrain géant. Du monde extérieur, devenu hostile, personne ne sait rien, sinon que l’atmosphère y est désormais irrespirable. Les images de mauvaise qualité relayées par d’antiques caméras, montrant un paysage de ruines et de dévastation balayé de vents violents et de noirs nuages, ne semblent laisser aucune place à l’illusion. Pourtant, certains continuent d’espérer. Ces individus, dont l’optimisme pourrait s’avérer contagieux, représentent un danger potentiel. Leur punition est simple. Ils se voient accorder cela même à quoi ils aspirent : sortir.
Nbr de pages : 558 / Éditeur : Actes Sud / Titre VO : Wool

Mon avis

Un livre mêlant habilement science-fiction et thriller, qui m’a tenue éveillée tard dans la nuit. J’étais prise dans l’histoire au point de ne plus pouvoir m’arrêter, cela faisait longtemps que je n’avais plus été atteinte du syndrome de « allez, encore un petit chapitre » avant d’aller dormir, et c’était divin ! Le roman est bien écrit, bien structuré, les chapitres donnent envie d’en apprendre toujours plus sur les origines du Silo, sur le monde du dehors, sur les règles imposées au-dedans, mais aussi sur les différents personnages, leurs convictions, leurs peurs, leurs espoirs.

La première moitié du roman est divisée en trois chapitres consacrés à des personnages différents. On les découvre tour à tour, avec la crainte, qu’à chaque nouvelle partie, qu’à chaque nouveau changement, l’envie de lire, le suspense retombera, que l’attachement pour le nouveau personnage ne sera pas le même, mais il n’en est rien. On est sans cesse happé par l’histoire et les 300 premières pages passent à une vitesse folle. La fin est également très bien et n’est pas en reste en ce qui concerne les rebondissements, mais je l’ai trouvée moins dynamique et prenante. Le roman aurait peut-être gagné à être raccourci de quelques dizaines de pages.

L’atmosphère pesante de ce gouffre de 144 étages est palpable et vraiment bien décrite. On souffre avec les personnages qui mettent trois jours à remonter cet infernal escalier. L’idée de départ, de cette sorte de prison, de ce monde du dehors inaccessible, est admirablement traitée, du genre qui vous taraude encore longtemps. On se pose plein de questions tout au long de la lecture sur les raisons de ce Silo, sur les agissements des instances supérieures, sur la volonté de certains de sortir coûte que coûte. Comment en sont-ils arrivés là ? L’air du dehors est-il vraiment toxique ? Y a-t-il un complot derrière tout ça ? Lisez cet excellent roman et vous aurez toutes les réponses, après vous être comme moi joliment plantés en échafaudant toutes sortes d’hypothèses.

Note : 9/10

Extras
Traducteurs : Yoann Gentric & Laure Manceau
Première publication : octobre 2013
Fiche Bibliomania
Ce roman est le premier de la nouvelle collection de science-fiction et fantasy d’Actes Sud : Exofictions.
Hugh Howey a tout d’abord publié en ligne une nouvelle en 2011, qui a eu tant de succès qu’il a écrit une suite. Cette nouvelle correspond au premier chapitre de Silo. Devenu Best-seller international, Silo est le premier tome d’une trilogie.

***

Challenge Haut en couleurs organisé par Addiction littéraire
Challenge Haut en Couleurs
5/15 : rouge

 Challenge ABC 2013 organisé par Nanet

ABC 2013
14 dans le challenge ABC 2013 – Lettre H

La Cité, de Stella Gemmell

La Cité, de Stella GemmellQuatrième de couverture

Construite sur des milliers d’années, faite d’une multitude de niveaux, la Cité est aussi vaste qu’ancienne. Au fil des siècles, elle s’est étendue au-delà de ses remparts, menaçant sans cesse les royaumes voisins. Au coeur de la Cité réside le sanguinaire Empereur, dont le visage reste un mystère et que la mort même semble craindre : certains vont jusqu’à douter de son humanité.
Une poignée de rebelles espérant mettre fin à ce règne de terreur placent leurs espoirs en un seul homme, dont le nom sonne comme une légende : Shuskara. Celui qui fut autrefois le général favori de l’Empereur. Un homme respecté, capable de provoquer un soulèvement et d’unir la Cité. Mais aussi un criminel trahi, emprisonné et torturé avant de disparaître…
Nbr de pages : 576 / Éditeur : Bragelonne / Titre VO : The City

Mon avis

Si ma lecture fut longue, elle n’en fut pas moins captivante. J’ai tout de suite plongé dans les bas-fonds de la Cité aux côtés d’Elija et Emly, deux jeunes frère et sœur tentant de survivre dans les égouts putrides, où vit toute une communauté de reclus. L’ambiance est oppressante, l’odeur asphyxiante, mais on quitte très vite les sous-sols pour aller respirer à l’air libre le sang des cadavres sur les champs de bataille. On se promène ensuite dans les rues de la Cité, sales, parfois à l’abandon, jusqu’au donjon rouge, où vit l’Immortel, le mystérieux et cruel empereur. Tous ces lieux sont décrits avec précision, l’univers imaginé est immense et fascinant.

Il m’a fallu du temps pour en venir à bout, car on a affaire ici à un pavé comme on en voit peu, écrit en très petits caractères. Il me fallait presque une heure pour avancer de vingt pages et l’histoire a beau être plaisante et intrigante, ce sentiment de frustration ne m’a jamais quittée. Et puis, le livre est tellement long que les liens entre certains épisodes ou personnages ne se font pas automatiquement et j’ai parfois dû faire quelques retours en arrière. Et l’intrigue se révèle finalement assez complexe. C’est donc un livre que je recommanderais surtout aux fans de Fantasy aguerris.

Mais elle a beau être complexe, tout se tient parfaitement, tout se recoupe à un moment ou à un autre. On voit qu’il y a eu un énorme travail de réflexion derrière cette histoire et tout est expliqué en temps voulu. Et c’est ce qui me plaît toujours beaucoup dans ce genre de livre ; rien n’est laissé au hasard et tout finit par faire sens.

Avec ce livre, je découvre un sous-genre de la Fantasy, la Dark Fantasy, si j’ai bien tout compris. Et énormément de choses m’ont plu, notamment l’ambiance sombre, la découverte de toutes les strates de la Cité, l’histoire du vieux soldat au cœur tendre qui a encore tant à prouver, mais je me suis parfois lassée de certains passages, notamment la centaine de pages concernant les batailles. Le complot et la guerre sont omniprésents et laissent parfois peu de place au reste.

En bref, j’ai beaucoup aimé cette histoire, ses personnages et son univers, malgré ses longueurs et ses scènes sanglantes. Je suis heureuse d’avoir découvert la femme de l’illustre David Gemmell, une référence dans le genre, que je n’ai pas encore eu l’occasion de lire. L’envie n’en est maintenant qu’accrue, grâce à cette belle découverte.

Note : 8/10

Extras
Traductrice : Leslie Damant-Jeandel
Première publication : septembre 2013
Fiche Bibliomania
La Cité est le premier roman solo de Stella Gemmell. Auparavant, elle avait aidé son mari, David, à écrire sa trilogie Troie et elle a même achevé le dernier tome, à la mort de celui-ci en 2006.

***

Challenge Petit Bac organisé par Enna
Challenge Petit Bac 2013
Lieu : cité

Challenge Haut en couleurs organisé par Addiction littéraire
Challenge Haut en Couleurs
4/15 : orange