Archives Mensuelles: février 2014

Mauvaise étoile, de R.J. Ellory

Mauvaise étoile, de R.J. ElloryQuatrième de couverture

Texas, 1960. Elliott et Clarence sont deux demi-frères nés sous une mauvaise étoile. Après l’assassinat de leur mère, ils ont passé le plus clair de leur adolescence dans des maisons de correction et autres établissements pénitentiaires pour mineurs. Le jour où Earl Sheridan, un psychopathe de la pire espèce, les prend en otages pour échapper à la prison et à la condamnation à mort, ils se retrouvent embarqués dans un périple douloureux et meurtrier. Alors que Sheridan, accompagné des deux adolescents, sème la terreur dans les petites villes américaines bien tranquilles qui jalonnent leur route, une sanglante et terrible partie se met en place entre les trois protagonistes. Loin de se douter de la complexité de celle-ci, la police, lancée à leurs trousses, et en particulier l’inspecteur Cassidy ne sont pas au bout de leurs surprises.

Nbr de pages : 535 / Éditeur : Sonatine / Titre VO : Bad Signs

Mon avis

Si vous tombez sur Mauvaise étoile en librairie et que vous lisez les deux premières pages, je suis presque sûre que vous aurez envie de rentrer chez vous avec. En tout cas, moi c’est l’effet qu’il m’a fait : j’ai instantanément adoré ce début de roman. Dès les premières phrases, l’histoire est lancée, et surtout le ton est donné. Le narrateur raconte les faits avec un délicieux cynisme et nous prépare à la suite des événements à petits coups de « … Et le pire n’était pas encore arrivé ».

Très vite, on fait la connaissance de nos deux héros, deux jeunes frères qui ont énormément morflé et qui vont continuer à enchaîner les emmerdes. C’en est presque frustrant d’avoir autant de malchance dans la vie. Surtout Clay, le jeune et brave frérot, avec qui on souffre, à qui on souhaite une suite meilleure. Mais le narrateur nous rappelle souvent à l’ordre et nous conseille de ne pas nous faire d’illusions. Des emmerdes, il y en aura, et des morts aussi, plus qu’on ne peut en compter. Comme s’ils ne baignaient pas assez dans les problèmes, Clay et Digger se font prendre en otages par un taré qui va les entraîner dans sa quête de sang. Enfin, ils peuvent râler tant qu’ils veulent, mais moi j’ai adoré partir dans cette virée morbide avec ce tueur en série idiot.

Après une centaine de pages, un nouveau rebondissement relance la machine avant qu’elle ne s’enraye avec des événements trop répétitifs et l’aventure reprend, complètement chamboulée. Malheureusement, c’est un gros roman et une routine finit bien par s’installer, pendant que les morts s’enchaînent. La tension est toujours présente, l’espoir d’une issue favorable perdure, mais un petit manque de dynamisme se fait finalement sentir.

Personnellement, je ne me suis pas pour autant ennuyée une seule seconde et je me suis délectée de cette histoire superbement narrée par R.J. Ellory, que je découvre ici. Il a un talent indéniable pour créer des personnages complexes et des intrigues intenses et je compte bien le retrouver rapidement dans ses autres romans.

Note : 8,5/10

Extras
Traducteur : Fabrice Pointeau
Première publication : octobre 2013
Fiche Bibliomania
Sachez qu’avec ma note, je fais vachement baisser la moyenne de ce livre, alors n’hésitez surtout pas à l’adopter, promis, c’est de la qualité ! Allez voir les avis de Nelfe et Lisalor par exemple.
R.J. Ellory a également écrit une trilogie consacrée à la mafia (Vendetta), à la CIA (Les Anonymes) et au NYPD (Les anges de New York).
Tout comme ses deux jeunes héros, Ellory a perdu sa mère très jeune et a été placé dans un orphelinat jusqu’à ses 16 ans.

***

Challenge ABC 2014 organisé par Nanet

ABC 2014
4 dans le challenge ABC 2014 – Lettre E

Challenge Petit Bac organisé par Enna
Challenge Petit Bac 2013
Gros mot : mauvaise

Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi, de Mathias Malzieu

Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi, de Mathias Malzieu

 

Mon résumé

Mathias vient juste de perdre sa mère et ne pense qu’à hurler sa peine au monde. Giant Jack, un gros géant, docteur en ombrologie, va lui offrir un peu de son ombre et quelques livres pour l’aider à surmonter cette épreuve difficile.

Nbr de pages : 150 / Éditeur : J’ai lu

Mon avis

C’est la première fois que je suis touchée par un texte poétique. Il y a souvent un côté abstrait à la poésie qui me tient à l’écart de l’émotion, et pourtant Mathias Malzieu m’a donné des frissons. Pour ça, j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce court roman, triste, nostalgique, mais beau et magique.

Dans ce roman, l’auteur se confie à nous suite au décès de sa mère. Il est triste, il est fatigué, il est désespéré, il est terrifié, mais surtout il est en colère. Ses sentiments nous traversent et nous bouleversent. On subit ce deuil avec lui et j’ai trouvé ça impressionnant cette capacité à partager des émotions si intimes. Il met des mots justes sur ce qu’il ressent et ses métaphores, ses pensées sur la mort, la complicité entre une mère et son fils, sur la souffrance sont magnifiques et douloureuses.

Les invités de l’enterrement avancent, penchés comme des fantômes d’arbres morts. Des gens qu’on aime sont là, ils ont l’air gêné, avec leur sac d’amour dans les bras. Ils veulent nous le donner sans nous encombrer. On sait pas quoi en foutre de tout cet amour dans les yeux des gens, des fleurs et des bondieuseries à la pelle. Ils sont tous venus déguisés en cadeaux sombres.

Heureusement, son histoire n’est pas un simple témoignage ; son deuil, c’est une histoire magique, la rencontre avec un gros géant qui va l’aider à ne pas sombrer et l’entraîner pour un voyage au pays des morts. Parfois, on se demande si l’auteur n’est pas un peu cinglé, c’est souvent un poil trop bizarre et certains délires ne sont pas simples à suivre, mais ce petit conte original nous livre une triste histoire d’amour et de mort qui vaut la peine d’être découverte.

Note : 7,5/10

Extras
Première publication : mars 2005
Fiche Bibliomania
Mathias Malzieu est le chanteur de Dionysos.
Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi est son premier roman et a inspiré son album Monsters in love.

***

Challenge ABC 2014 organisé par Nanet

ABC 2014
3 dans le challenge ABC 2014 – Lettre M

Challenge Petit Bac organisé par Enna
Challenge Petit Bac 2013
Verbe : faire

Mygale, de Thierry Jonquet

Mygale, de Thierry JonquetRésumé

X
X
X
Pour garder la surprise entière, mieux vaut ne rient savoir
(et ne surtout pas lire le résumé Livraddict).
X
X
X

Nbr de pages : 156 / Éditeur : Folio

Mon avis

Difficile de dire si j’ai aimé ou pas, mais une chose est sûre, ce livre remue et ne laisse pas indifférent. C’est un thriller inclassable, différent, glauque et noir. Je n’ai pas nécessairement passé un bon moment de lecture, mais j’ai été fascinée du début à la fin, sans pouvoir m’échapper de l’ambiance oppressante que dégage ce livre. C’est court et heureusement, car il n’en fallait pas plus !

On découvre trois histoires, racontées sur des modes narratifs différents, qui semblent n’avoir rien en commun. Durant les 150 pages, on se demande sans cesse où on va, on ne comprend pas grand-chose, jusqu’à la chute… où ces histoires finissent par se recouper d’une étrange et terrible façon. L’issue est totalement inattendue et nous laisse sur le cul, tout en étant d’une logique implacable et d’une cruauté sans nom.

Une vraie découverte. Je suis bluffée par l’originalité du récit, de cette toile tissée entre tous les chapitres. Mais ce n’est pas non plus un livre que je qualifierais d’agréable à lire… Difficile de mettre des mots sur des émotions assez contradictoires. Ce petit bouquin dérange, choque, prend aux tripes et marque pour un bon bout de temps par son machiavélisme. Âmes sensibles, s’abstenir !

Note : 7,5/10

Extras
Première publication : février 1984
Fiche Bibliomania /!\ au résumé qui en dit trop
Thierry Jonquet est mort en 2009, laissant derrière lui de nombreux romans noirs mais également des romans pour la jeunesse.
Mygale a été adapté au cinéma en 2011 par Pedro Almodóvar, sous le titre La piel que habito.

***

Challenge Petit Bac organisé par Enna
Challenge Petit Bac 2013
Animal : mygale

Challenge Haut en couleurs organisé par Addiction littéraire
Challenge Haut en Couleurs
6/15 : bleu foncé

Demain j’arrête !, de Gilles Legardinier

Demain j'arrête !, de Gilles Legardinier

 

Quatrième de couverture

Et vous, quel est le truc le plus idiot que vous ayez fait de votre vie ?
Au début, c’est à cause de son nom rigolo que Julie s’est intéressée à son nouveau voisin. Mais très vite, il y a eu tout le reste : son charme, son regard, et tout ce qu’il semble cacher…
Parce qu’elle veut tout savoir de Ric, Julie va prendre des risques de plus en plus délirants…

Nbr de pages : 352 / Éditeur : Fleuve Noir

Mon avis

Quand j’étais ado, j’adorais la chick-lit. Aujourd’hui, il faut croire que je suis devenue un peu plus difficile et que l’humour caractéristique de ce genre ne déride plus aussi bien mes zygomatiques. Le dernier en date à m’avoir déçue, à l’inverse de nombreuses blogueuses, c’est Le Théorème de Cupidon. Mais Gilles Legardinier, un homme (!), a réussi là où ses consœurs ont échoué et m’a offert une chouette petite lecture.

Pourtant, au début, ce roman ne m’a pas du tout séduite. J’ai directement trouvé Julie trop cruche et les situations trop incongrues. Mais j’ai fini par me prendre au jeu… sans y adhérer totalement non plus. La personnalité de Julie est à mille lieues de la mienne et ce n’est pas toujours facile de la suivre dans ses délires. Certains se retrouveront peut-être en elle, mais pas moi (ou alors la moi de 16 ans).

Malgré ça, une chose est sûre, on ne s’ennuie pas et on passe un moment agréable, sans prise de tête. En ce moment, c’est exactement ce dont j’avais besoin et ce bouquin a finalement fait son petit effet. J’ai souri et j’ai même ri (enfin, à côté de ça, il y a aussi des blagues qui tombent complètement à plat). C’était toujours avec plaisir que je me replongeais dans l’histoire de cette folle de Julie, pleine de rebondissements, même si tout reste très prévisible.

C’est joliment écrit, le ton est léger et n’exclut pas quelques jolies réflexions plus profondes sur la mort, l’amitié ou le temps qui passe. C’est un roman qui donne la pêche, qui n’a pas peur de s’orienter vers le loufoque pur et dur, mais un loufoque assumé qui peut très bien tomber dans le gag ringard ou hilarant.

Ma note : 7/10

Extras
Première publication : novembre 2011
Fiche Bibliomania
Outre des comédies, Gilles Legardinier  écrit également des thrillers : L’exil des anges et Nous étions les Hommes.
Quid du chat au bonnet péruvien ? => « Ce matin-là, j’ai découvert une des sept vérités fondamentales qui commandent l’univers : le bonnet péruvien ne va à personne. […] PS : Ne laissez pas les chats vous convaincre que les bonnets péruviens vous vont bien. »

***

 Challenge ABC 2014 organisé par Nanet

ABC 2014
2 dans le challenge ABC 2014 – Lettre L

Challenge 1 mois = 1 consigne, organisé par Nessa

Challenge 1 mois = 1 consigne
Février
: Lire un livre dont la couverture est rouge

Challenge Petit Bac organisé par Enna
Challenge Petit Bac 2013
Moment/temps : demain