Le Viking qui voulait épouser la fille de soie, de Katarina Mazetti

Le Viking qui voulait épouser la fille de soie, de Katarina MazettiQuatrième de couverture

Sur une île du sud de la Suède au Xe  siècle, un homme vit seul à la ferme avec ses deux fils. Le chemin de ceux-ci est tout tracé : naviguer au loin, pour guerroyer au-delà des mers à l’Ouest, ou pour faire commerce sur les voies fluviales de l’Est.
De l’autre côté de la Baltique, à Kiev, vivent un marchand de soie et sa famille. Radoslav rêve de devenir soldat, sa sœur Milka est une jeune fille raffinée qui joue avec ses deux esclaves : Petite Marmite et Poisson d’Or. Mais la belle ville d’Orient est sur le point de tomber aux mains des pillards. Milka et Radoslav trouveront refuge auprès de rustres navigateurs venus du Nord.
Dès lors le destin des deux familles sera à jamais mêlé.
Du suspense, de l’amour, du sang, des combats, et même de la poésie — eh oui, les Vikings étaient aussi de formidables poètes !

Nbr de pages : 254 / Éditeur : Gaïa / Titre VO : Blandat Blod

Mon avis

Après mon coup de cœur pour Le mec de la tombe d’à côté, j’avais très envie de découvrir les autres romans de Mazetti, et c’est sur son petit dernier que c’est tombé. Je ne m’attendais à rien de particulier et j’ai retrouvé avec plaisir son talent de conteuse.

Je connaissais déjà un peu le sujet, grâce à la série télé Vikings, mais j’ai beaucoup aimé approfondir mes connaissances sur ce peuple grâce à ce roman bien écrit et bien documenté. À la fin de l’ouvrage, Mazetti joue cartes sur table et explique ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, ce qui est d’autant plus intéressant ! On y découvre donc les mœurs des Vikings, leurs dieux, les völvas, les tombes-bateaux, les esclaves, les rituels, avec des réflexions intéressantes sur leurs croyances, confrontées à celles des chrétiens.

L’histoire est vraiment très agréable à lire et nous dépayse pour quelques heures. L’auteur nous plonge dans un roman d’aventures, tout en tissant des liens entre chaque protagoniste pour nous dépeindre une fresque familiale détonante où surgissent trahisons, histoires de cœur, disparitions et retrouvailles. Chaque personnage de ce petit monde a droit à son histoire et ils n’en sont que plus attachants.

Je n’ai pas grand-chose à reprocher à ce roman, si ce n’est que l’histoire est courte et sans grande surprise (le titre de chaque chapitre résume les actions à venir dans une jolie petite phrase, comme dans les sagas de l’époque). J’ai aimé sortir de ma zone de confort avec ce roman historique, mais je n’en garderai pas non plus un souvenir impérissable. Et même si le contexte ne s’y prêtait pas vraiment, j’ai regretté de ne pas retrouver l’humour mordant qui m’avait régalée dans Le mec de la tombe d’à côté.

Note : 7,5/10

Extras
Traductrice : Lena Grumbach
Première publication : mars 2014 (en 2008 pour la VO)
Fiche Bibliomania
Une saga est mot islandais pour qualifier un récit en prose historique. Les sagas des Islandais sont des sagas familiales rapportant les hauts faits d’un ancêtre du Xe et XIe siècle.

***

Challenge Petit Bac organisé par Enna
Challenge Petit Bac 2013
Matière : soie

Publicités

Publié le 17/03/2014, dans Historique. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Ça a l’air génial! je rajoute à ma wishlist ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :