Archives Mensuelles: juin 2014

Celui dont le nom n’est plus, de René Manzor

Celui dont le nom n'est plu, de René Manzor

 

Quatrième de couverture

Londres, au petit matin. Sur une table de cuisine, gît un homme vidé de ses organes. L’assassin est une vieille dame à la vie exemplaire. Pourquoi cette femme a-t-elle sacrifié l’homme qu’elle a élevé comme un fils ?
Elle est incarcérée. Pourtant, le lendemain, un autre homme est tué de façon similaire. Par la personne qui l’aimait le plus au monde. À chaque fois, les tueurs, qui ne se connaissent pas, laissent derrière eux la même épitaphe écrite dans le sang de leur victime :
Puissent ces sacrifices apaiser l’âme de Celui dont le Nom n’est plus…

Nbr de pages : 391 / Éditeur : Kero

Mon avis

J’étais très enthousiaste à l’idée de découvrir ce nouveau thriller, proposant une intrigue originale autour de meurtriers éplorés ayant tué sans le savoir la personne qu’ils aiment le plus. Un thème alléchant pour un roman agréable à lire, mais je ne serai malheureusement pas aussi dithyrambique que mes copinautes (notamment Paikanne et La tête dans les livres), car il m’a manqué certains des ingrédients du parfait thriller.

René Manzor possède une plume très efficace et son livre se lit très vite. Je suis contente d’avoir pu découvrir cet auteur qui n’en est pas à son premier coup d’essai, ayant déjà travaillé comme scénariste et réalisateur à Hollywood. Dans ce roman, son talent réside surtout dans la description des scènes de crime, originales, morbides et très détaillées, et de ses personnages attachants, écorchés par la vie. On prend plaisir à suivre les deux inspecteurs dans leur enquête, mais surtout à découvrir leurs souvenirs les plus traumatisants. On ne peut que souffrir à leur côté face aux épreuves qu’ils ont eu à surmonter.

Le gros bémol, selon moi, c’est le manque de surprise. Je ne sais pas si c’est le cas de tout le monde, mais pour ma part, j’avais toujours une longueur d’avance sur les inspecteurs. Tout se devine assez facilement et les rebondissements se sont enchaînés dans la même logique que mon hypothèse de départ. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il n’y pas de suspense, car il y a bien une certaine tension et l’envie de vérifier nos théories, mais il n’y aucun retournement de situation inattendu.

Quant à la fin, elle nous réserve enfin une belle surprise ! Les dernières pages m’ont beaucoup plu et s’écartent des happy-end traditionnels. Je ne m’attendais pas du tout à cette révélation finale, qui renforce d’autant plus ma sympathie pour nos deux inspecteurs. On finit donc sur une belle note et on quitte un peu à regret des personnages vraiment intéressants.

Note : 7/10

Extras
Première publication : mai 2014
Fiche Bibliomania
René Manzor a aussi écrit Les âmes rivales, et réalisé au cinéma Le Passage et 3615 Code Père Noël.
Vous pouvez feuilleter les deux premiers chapitres ici.
Un grand merci aux éditions Kero.

***

Challenge Haut en couleurs organisé par Addiction littéraire
Challenge Haut en Couleurs
11/15 : blanc

Silo – Origines, de Hugh Howey

Silo : Origines, de Hugh Howey

 

Quatrième de couverture

En 2049, le monde est encore tel que nous le connaissons, mais le temps est compté. Seule une poignée de potentats savent ce que l’avenir réserve. Ils s’y préparent. Ils essaient de nous en protéger. Ils vont nous engager sur une voie sans retour. Une voie qui mènera à la destruction ; une voie qui nous conduira sous terre. L’histoire du silo est sur le point de débuter. Notre avenir commence demain.
Nbr de pages : 576 / Éditeur : Actes Sud / Titre VO : Shift

Mon avis

[Mon avis sur le tome 1]

Je me réjouissais de replonger dans les profondeurs du Silo, d’en apprendre encore plus et d’avoir un nouvel aperçu de ce monde, comme nous le promettait le titre. Nous avons bel et bien les réponses à nos questions et le mystère est levé ! Pourtant, je ne ressors pas aussi convaincue et emballée que prévu (contrairement à mes copines Cajou et Stéphanie, qui ont a-do-ré).

La narration de ce second tome est assez ambitieuse : on retourne en 2049, aux prémisses du projet « Silo » et on navigue ensuite dans des centaines d’années, dans différents lieux, avec différents personnages pour comprendre certains moments clés du Silo. Cette narration en plusieurs temps fonctionne très bien : on avance vite, on comprend de mieux en mieux au fil des chapitres et on élargit enfin le champ de vision à tout ce qui entoure le Silo. Mais surtout, on attend le moment où les deux tomes se télescoperont, où on retrouvera les personnages que l’on connaît. Et il faut malheureusement attendre longtemps avant d’avoir quelques allusions à Juliette. Ce n’est qu’à la fin que le voile se lève sur nos personnages que l’on retrouve juste avant de les quitter à nouveau.

Ce tome 2 ne sert finalement que d’intermède entre l’intrigue générale des tomes 1 et 3. On rencontre de nouveaux personnages, mais qui ne sont pas voués à rester, et je n’ai pas réussi à m’attacher à eux. Ce « prequel » nous montre l’envers du décor, et même si c’est bougrement intéressant de découvrir la genèse du Silo et d’en apprendre plus sur des métiers jusque-là laissés dans l’ombre, comme les porteurs, je n’ai pas ressenti la même frénésie et envie de lire que pour le tome précédent.

Il m’a même fallu un mois pour en venir à bout. Certains passages sont captivants et je ne me suis jamais ennuyée, mais il reste selon moi beaucoup trop de longueurs, qui font que ce livre ne se lit pas vite du tout et manque de suspense. Les révélations autour du projet Silo ont beau être choquantes, j’en étais quand même arrivé à une conclusion similaire en grappillant les indices du tome 1.

Une chose est sûre, j’attends de pied ferme le grand final, qui sortira à l’automne, pour reprendre l’intrigue là où je l’avais quittée dans le premier volet. Je pense que j’y retrouverai ce qui m’avait tant plus. Même s’il m’a manqué la tension, le doute et l’action du tome 1, je ne suis pas déçue de ce roman, qui remplit à merveille son rôle de « prequel », en levant le grand mystère, tout en nous donnant très envie de découvrir la suite.

Note : 7,5/10

Extras
Traductrice : Laure Manceau
Première publication : mai 2014
Fiche Bibliomania
Le dernier volet, Silo – Générations, sortira en octobre 2014.

***

Challenge Petit Bac organisé par Enna
Challenge Petit Bac 2013
Bâtiment : silo

 

Cinder, de Marissa Meyer

Cinder, de Marissa Meyer

 

Quatrième de couverture

Humains et androïdes cohabitent tant bien que mal dans la ville de Néo-Beijing.
Une terrible épidémie ravage la population.
Depuis l’Espace, un peuple sans pitié attend son heure…

Nbr de pages : 412 / Éditeur : PKJ / Titre VO : The Lunar Chronicles : Cinder

Mon avis

Il n’y a pas grand-chose à redire, cette réécriture de conte est très originale et brillamment menée ! Une fois de plus, cette nouvelle tendance dans la littérature me ravit. Cinder est un livre très agréable, qui se lit à une vitesse folle et avec lequel on ne s’ennuie pas une seconde.

Comme toujours, on se plaît à relever les clins d’œil au conte, qui sont nombreux, bien que l’histoire soit finalement très différente. Les grands thèmes sont présents, mais très vite, on oublie Cendrillon et on découvre Cinder, ses raccordements électroniques, sa passion pour la mécanique, son touchant attachement pour sa petite sœur (eh oui, quand je vous disais qu’on s’éloignait du conte !) et sa vie de recluse de la société.

Cette histoire m’a fascinée, car pour moi, c’est un univers très neuf. Je n’avais encore rien lu de tel. C’est un habile mélange de science-fiction avec ses robots et ses habitants lunaires, de conte de fées, de drame avec cette terrible épidémie et la lutte des classes, le tout dans une Chine futuriste très impressionnante. L’univers est vraiment le point fort du roman et nous découvrons les yeux écarquillés tous les détails technologiques et le jargon qui va de pair.

Mon seul regret est le manque de suspense : on voit tout venir bien trop facilement, et les rebondissements tombent un peu à plat. Les indices arrivent trop tôt, sont trop marqués et l’effet de surprise est manqué, même pour la « révélation finale ». Ceci dit, pas besoin de suspense pour apprécier l’histoire. Ce petit manque de subtilité est largement compensé par des personnages attachants, un contexte original et des références savoureuses.

Note : 8,5/10

Extras
Traducteur : Guillaume Fournier (qui a traduit Hunger Games)
Première publication : mars 2013
Fiche Bibliomania
Le tome 2, Scarlet (réécriture du Petit Chaperon rouge), est sorti en novembre 2013 et le tome 3, Cress (réécriture de Raiponce), est prévu pour octobre 2014. Cinder se termine sur un petit suspense, et je me réjouis déjà de découvrir sa rencontre avec Scarlet dans le tome 2 !
Un grand merci à Babelio, qui me ravit depuis tant d’années avec ses Masse Critique.

***

Challenge L’énigme des 5 continents, organisé par Drussnaga
Challenge L'énigme des 5 continents
Continent : Asie

Challenge 1 mois = 1 consigne, organisé par Nessa

Challenge 1 mois = 1 consigne
Juin
: Lire un roman jeunesse

Challenge Petit Bac organisé par Enna
Challenge Petit Bac 2013
Matière : Cinder (cendre)