L’Ordinateur du paradis, de Benoît Duteurtre

L'Ordinateur du paradis, de Benoît DuteurtreQuatrième de couverture

Arrivé aux portes du paradis, un nouvel élu, fraîchement décédé, découvre les normes d’hygiène et de sécurité désormais fixées pour la vie éternelle.
Au même moment, sur terre, un projet de pénalisation des images pornographiques perturbe la tranquillité de Simon Laroche, haut fonctionnaire bon teint qui redoute de se voir démasqué pour ses escapades sur Internet. Pourtant, c’est une simple phrase, filmée à son insu, qui va le précipiter dans un engrenage cauchemardesque.
Dans cette société à peine imaginaire où les réseaux se dérèglent, où les informations des uns arrivent sur les ordinateurs des autres, où les femmes et les hommes guerroient sans relâche, deux jeunes banlieusards opposent une résistance dérisoire à l’ordre établi.

Nbr de pages : 224 / Éditeur : Gallimard

Mon avis

Benoît Duteurtre nous livre une savoureuse satire de notre société que l’on dévore, le sourire aux lèvres. Préparez-vous à bien des situations cocasses ! D’un côté, on nous ouvre la porte sur un paradis surpeuplé, fourmillant de salles d’attente où l’on ne peut même pas fumer ! Prenez votre ticket, attendez comme tout le monde, et priez pour que l’accès au paradis vous soit accordé… Et de l’autre, on retrouve notre bonne vieille Terre, où Internet a décidé de faire des siennes et de balancer tous nos petits secrets sur la place publique. Adios la confidentialité dans nos e-mails, bonjour le grand chambardement dans nos vies.

On suit avec régal Simon, en charge de tout ce qui touche aux libertés publiques, qui va se retrouver au centre de cette catastrophe. Lui qui aimait justement surfer de temps à autres sur des sites pornos, il n’a plus qu’à prier pour ne pas voir ses petits vices éclater au grand jour. On compatit et surtout, on se met à sa place et on réfléchit à tout ce que ce manque de confidentialité sur le net pourrait avoir comme conséquences. Peut-on virer quelqu’un parce qu’il émet des propos déplacés une fois chez lui ? Peut-on utiliser Internet pour dénicher des criminels si cela signifie briser les limites de la confidentialité ?

Outre cette grande question, l’auteur attire également l’attention sur notre société de consommation. Son personnage se laisse souvent aller à la nostalgie, se plaignant du manque d’authenticité des villes, de l’omniprésence des grandes marques, des faux progrès qui nous compliquent la vie. Son discours frôle parfois celui du grincheux qui pense que de toute façon « c’était mieux avant », surtout dans le dernier chapitre, qui sert de petite morale. Ce sera mon seul bémol.

L’auteur soulève pas mal de points intéressants qui méritent réflexion, tout en gardant un ton léger et un humour subtil et rafraîchissant. Ce roman amusant a été un vrai plaisir dans cette rentrée littéraire assez sombre. Attention toutefois à ne pas mettre ce livre dans toutes les mains : l’auteur se moque gentiment mais sûrement du féminisme à outrance, ce qui pourrait en offusquer certaines. Mais franchement, quel homme ne serait pas horrifié de découvrir qu’on veut bannir le porno du net et traquer ses amateurs ? Bien une idée de femme, ça !

À prendre bien sûr au second degré

Ma note : 8/10

Extras
Première publication : août 2014
Fiche Bibliomania
Ce roman fait partie de la liste des 15 sélectionnés pour le Goncourt 2014.
Certains autres livres de Benoît Duteurtre semblent renfermer cette même nostalgie pour le passé, soulignant les pièges de notre société : Chemins de fer, Service clientèle, Le Retour du Général.

***

challenge 1% Rentrée littéraire2/6

Challenge ABC 2014 organisé par Nanet

ABC 2014
13 dans le challenge ABC 2014 – Lettre F

Challenge Petit Bac organisé par Enna
Challenge Petit Bac 2013
Lieu : paradis

Publicités

Publié le 05/09/2014, dans Contemporain, Humour, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Celui-ci aussi d’ailleurs! ta chronique est intéressante!

  2. C’est un livre que je viens de mettre sur ma liste à lire pour cette rentrée littéraire !

  3. Je le savais que la lecture de ton billet se terminerait par une envie d’achat : j’ai vraiment très très très envie de le lire !
    Merci pur la découverte, Chacha ❤

    • Super, j’espère qu’il te plaira si tu craques 🙂 et j’espère que comme moi, tu ne t’offusqueras pas des petites piques lancées aux femmes trop autoritaires, que j’ai prises avec les sourire. Mais une chose est sûre, c’est bien un homme qui a écrit ce roman 😛

  4. Un livre qui me tente beaucoup pour cette rentrée 🙂

  1. Pingback: "Simon, ce matin, se sentait d’humeur moderne." | Cunéipage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :