Archives Mensuelles: janvier 2015

La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel, de Romain Puértolas

La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel, de Romain PuértolasMon résumé

Providence est facteur, jolie, toujours pressée, mais seule. Quand elle fait la rencontre de Zahera, un petite marocaine malade, c’est le coup de foudre. Une fois les papiers d’adoption dans la poche, elle décide d’aller rejoindre sa petite fille à Marrakech pour l’emmener à Paris où elle pourra être traitée dans un hôpital de pointe. Mais c’est compter sans un nuage de cendre qui cloue tous les avions au sol. Qu’à cela ne tienne, Providence ne jette pas l’éponge et est prête à soulever des montagnes pour rejoindre Zahera, même d’apprendre à voler comme un oiseau.

Nbr de pages : 256 / Éditeur : Le Dilettante

Mon avis

Romain Puértolas poursuit son petit bonhomme de chemin et ne change pas une recette qui marche : un titre à rallonge, des couleurs vives, des personnages haut en couleur, une fable contempo-humoristiquo-fantastique, des événements complètement absurdes et un humour explosif. Les fans du fakir seront sans aucune doute à nouveau comblés (du moment où ils n’espéraient pas quelque chose de différent) et les autres pourront découvrir une histoire tout aussi folle, mais avec la petite pointe d’émotion qui pouvait parfois manquer dans le roman précédent.

On retrouve ce qui avait fait le succès du fakir : des réflexions sur le monde qui ne tourne pas rond, sur les rêves qui méritent d’être réalisés, des petites moralités sur le fait que la joie de vivre et l’espoir peuvent nous porter loin, le tout avec un ton toujours décalé et plein d’humour. « La petite fille qui avait avalé un nuage… » (j’espère que Romain Puértolas n’a rien contre les points de suspension car avec des titres pareils, il est voué à ne plus jamais les voir en entier !) est donc une jolie fable émouvante et amusante, assez similaire à celle du fakir finalement. Il essaie d’aborder des thèmes intéressants à coups d’humour, et même s’il est loin d’aller au bout des choses dans les débats qu’il lance, il a le mérite de mettre le doigt sur plusieurs choses qui méritent réflexion.

Par contre, on retrouve aussi ses blagues à deux balles que j’ai du mal à trouver comiques. Entendez-moi bien : oui j’ai ri et oui j’ai souri, mais au rythme de « une blague par ligne », on finit par ne plus retenir que ce qui ne fait pas rire… Le comique de répétition ne doit pas fonctionner formidablement sur moi, parce que trop, c’est trop : une même blague ne peut pas me faire rire 15 fois de suite. Bref avec cet humour parfois too much, ça passe ou ça casse…

Mais si j’ai trouvé ce roman moins comique que celui du fakir, celui-ci m’a beaucoup plus touchée. J’ai été très émue par cette histoire de jeune factrice tombée sous le charme de la petite Zahera, atteinte de la mucoviscidose. Les passages concernant cette petite fille, pleine de rêves et d’envies, qui se bat jour après jour, sont vraiment très beaux, émouvants et nous tirent des sourires mi-navrés mi-amusés. Elle est pleine d’esprit et vraiment attendrissante ; pour moi c’est la force de ce roman.

Attention tout de même : que les cartésiens et réfractaires au fantastique s’éloignent de ce livre, car on y suit quand même une jeune femme persuadée de pouvoir s’envoler comme un oiseau et… qui y parvient. On baigne dans la fantaisie du début à la (presque) fin, et on vire même souvent à l’absurde avec des vêtements tricotés avec du fromage. J’avoue que même pour moi, c’est parfois trop gros pour passer sans un froncement de sourcils, mais je vous rassure, tout s’explique à la fin. Une fin que j’ai d’ailleurs beaucoup aimé !

Note : 7,5/10

Extras
Première publication : janvier 2015
Fiche Bibliomania
Vous l’aurez remarqué, l’auteur aime les couleurs et compte bien créer dans nos bibliothèques un vrai arc-en-ciel. D’ailleurs, c’est à lui qu’on doit la conception de la couverture ! (infos recueillies lors d’une rencontre)
Mon avis sur L’extraordinaire voyage du fakir…
Petit conseil de l’auteur : toujours bien lire les épigraphes 😉

***

Challenge ABC 2015 organisé par Nanet

ABC20152 dans le challenge ABC 2015 – Lettre P

 Challenge Petit Bac organisé par Enna
Petit Bac 2015Mesure : grand

Publicités

Tant que nous sommes vivants, d’Anne-Laure Bondoux

Tant que nous sommes vivants, d'Anne-Laure BondouxQuatrième de couverture

Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron la nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuir la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers les territoires inconnus… Mais quand l’ombre a pris la place de la lumière, l’amour suffit-il à nous garder vivants?

Nbr de pages : 304 / Éditeur : Gallimard Jeunesse

Mon avis

Voici un roman original et touchant. On y entre comme dans un rêve, sans avoir aucune idée du lieu ou de l’époque. On se laisse de suite envelopper par cette ambiance particulière, par ce joli conte qui n’est ni réaliste ni fantastique. On s’imagine une histoire en noir et blanc avec une petite musique mélancolique en bruit de fond. On voit les personnages se déplacer, se rencontrer, se sourire, tomber amoureux. J’ai visualisé toute leur histoire au fond de moi et je l’ai tout de suite aimée. Après seulement quarante pages, j’avais déjà les larmes aux yeux. Quelques pages seulement m’ont suffi pour m’attacher à Bo et à Hama, à ce couple merveilleux qu’ils forment.

À leurs gestes, on devinait sans peine qu’ils avaient passé la nuit dans le même lit, et à leurs yeux, qu’ils n’y avaient pas beaucoup dormi.

Il y a des moments très beaux, d’autres très tristes. On sourit et on a le cœur qui flanche. Sincèrement, ce roman est différent de tout ce que j’ai pu lire ; on est loin des livres « qui ressemblent à » ou « qui font penser à », aucun sentiment de « déjà vu », juste le plaisir de découvrir quelque chose de nouveau et d’inclassable.

La vie de Bo et Hama va être semée d’embûches, de rencontres improbables et de défis. Ils vont devoir affronter la douleur, la perte, l’exclusion, la faim, la séparation, la peur. J’en ai un peu voulu à Anne-Laure Bondoux de torturer à ce point mes personnages, car finalement, qui peut supporter autant d’épreuves ? Cet amour si fort était-il voué à l’échec dès le début ? J’ai été triste de voir ce que sont devenus les héros au fil des pages, avec la rancœur qui monte et ne les lâche plus. J’aurais aimé une autre fin pour eux, mais l’auteur veut nous montrer ce que c’est vraiment la vie.

Tu crois qu’il faut toujours perdre une part de soi pour que la vie continue ?

La deuxième partie du roman m’a beaucoup moins transportée, mais j’ai refermé « Tant que nous sommes vivants » avec un petit pincement au cœur pour cette belle et terrible histoire. J’en voulais plus et surtout je voulais autre chose. Le début était tellement merveilleux et m’a tant touchée que je n’ai pu qu’être un peu déçue par le reste. Mais je garde de ce livre un très beau souvenir : superbement écrit, avec des mots qui charment, avec des images qui marquent, avec une musicalité et une poésie que je retrouve rarement dans un roman pour ados.

Note : 8,5/10

Extras
Première publication : septembre 2014
Fiche Bibliomania
Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat (quelle délicieuse association !) vont publier un roman épistolaire à quatre mains en mars 2015 chez Fleuve éditions : Et je danse, aussi.
Petit mot pour l’illustratrice de la couverture, Hélène Druvert, qui a fait un superbe travail. J’ai adoré pouvoir retrouvé tous les détails de l’histoire une fois ma lecture terminée !

***

Challenge 1% Rentrée littéraire organisé par Sophie Hérisson

challenge 1% Rentrée littéraire8/6

Challenge 1 mois = 1 consigne, organisé par Nessa

ChallengeJanvier : Lire un livre sorti en 2014

Challenge ABC 2015 organisé par Nanet

ABC20151 dans le challenge ABC 2015 – Lettre B

 Challenge Petit Bac organisé par Enna
Petit Bac 2015Pronom personnel sujet : nous

Bilan de l’année 2014

Malgré une forte baisse de régime sur le blog en 2014, je ne manque pas au traditionnel bilan de fin d’année, qui me permet de revenir sur tout ce que j’ai lu en un an. Comme je l’avais prévu l’année passée, je n’ai plus chroniqué systématiquement mes lectures ici, et ça se ressent fortement. Je suis un peu triste de ne plus être aussi active qu’avant, mais je ne trouve plus le temps de m’occuper du blog et d’écrire ce que j’ai pensé de tout ce que je lis. Le point positif, c’est que mon quota lecture a bien augmenté et on va voir ça tout de suite avec une flopée de chiffres et statistiques !

bilan 2014

Les livres

Ça fait deux ans que je me donne comme petit challenge de lire 50 livres et je suis très heureuse de constater que cette année, j’ai enfin réussi ! 55 livres lus en 2014. Sans compter que j’espérais me tourner un peu plus vers les BD et que j’en ai lu… 35 ! Sur ce coup-là, je suis assez fière de moi et j’ai fait de géniales découvertes, notamment en jeunesse et science-fiction. On rajoute encore à ça 9 pièces de théâtre et une flopée d’albums pour enfants, et on peut dire que j’ai eu une vraie remontée par rapport à 2013 où j’avais lu 42 livres, tous genres compris. Cette année a donc vraiment été sous le signe de la diversité, car jusqu’ici, je ne m’étais jamais vraiment intéressée aux BD, au théâtre ou aux livres pour plus petits. J’espère faire aussi bien en 2015, car soyons réalistes, je ne pense vraiment pas pouvoir faire mieux 😛

En ne tenant compte que des romans, j’ai donc lu en moyenne 4,5 livres par mois, pour un total de +- 1500 pages. Pour beaucoup, je parie que ce n’est pas grand-chose, mais pour moi, c’est vraiment un beau chiffre 🙂 En travaillant en librairie, je me suis de plus en plus tournée vers les nouveautés et d’autres genres, pour essayer d’être au courant de ce qui sort mois après mois, chose que je ne faisais jamais avant. Le boulot et les cours du soir ne me laissent pas énormément de temps pour lire, mais j’ai réussi à trouver mon rythme après les quelques premiers mois plus fastidieux. Je lis surtout des livres que l’on propose où je travaille, et du coup, j’ai vraiment délaissé ma PAL, et tous les romans YA et bit-lit que j’ai, pour rattraper mon retard en littérature « blanche ». J’ai fait de belles découvertes, mais comme toujours, certains livres m’ont aussi déçue.

En 2014, j’ai lu surtout des romans contemporains (16), et je remarque que j’ai privilégié les romans humoristiques (9) (j’ai sans doute voulu limiter la casse, étant donné mes déceptions de fin d’année passée avec des thèmes bien trop sérieux et rébarbatifs). J’ai également lu beaucoup de thrillers (11) (alors que très peu en 2013) et j’ai lu quelques romans historiques (4), ce qui était très rare les années précédentes. Cette fois, à nouveau un seul coup de coup de cœur, mais plein de pépites et aussi pas mal de déceptions. Une année ordinaire avec ses hauts et ses bas, en somme.

Le coup de cœur
Ici et maintenant, d'Ann Brashares

Les autres petites pépites découvertes en 2014
♥♥♥♥♥
Le Puits des mémoires, tome 1 : La Traque, de Gabriel Katz Mauvaise étoile, de R.J. Ellory Cornes, de Joe Hill Derrière la haine, de Barbara Abel La voleuse de livres, de Markus Zusak

La Délicatesse, de David Foenkinos Un Hiver en enfer, de Jo Witek Avant d'aller dormir, de S.J. WatsonLe Chaos en marche, tome 1 : La Voix du couteau, de Patrick Ness Les Suprêmes, de Moore

(pas mal de thrillers dans le lot !)

Et les déceptions
Réparer les vivants, de Maylis de Kerangal Les fausses bonnes questions de Lemony Snicket Sans faille, de Valentin Musso La vie en mieux, d'Anna Gavalda

À l'origine notre père obscur, de Harchi La Cité des Jarres, d'Indridason Esprit d'hiver, de Laura Kasischke L'Infini livre, de Noëlle revaz

(et là, je me rends compte que je n’ai pas chroniqué grand-chose de mes déceptions !)

Cette année, je ne me suis lancée que dans 11 nouvelles séries et j’en ai terminé 1 (Divergent). J’ai découvert 44 nouveaux auteurs, ce qui représente 8/10 de mes lectures. Je continue de jouer la carte de la découverte et j’aime beaucoup ça. Les auteurs que j’avais déjà lus sont des connus de ma bibliothèque : notamment Gavalda, Pancol, Abel et Mazetti. J’ai enfin lu des auteurs dont j’avais beaucoup entendu parler (Ellory, Malzieu, Legardinier, Foenkinos, Indridason). J’ai découvert les albums pour enfants. Je me suis encore lancée dans plusieurs challenges que je n’ai pas su finir. J’ai acheté 30 livres (+ qu’en 2013, – qu’en 2012, un chiffre raisonnable). J’ai gagné 7 concours livresques. J’ai troqué 11 livres.

Au 31 décembre 2014, ma PAL s’élève à 308 livres (+ 56 par rapport à 2013). Je n’ai lu que 11 livres de ma PAL, me focalisant surtout sur les nombreux SP qu’on reçoit à la librairie, et donc les nouveautés. Une bonne résolution de tenue ! Pour le reste, je suis assez fière de moi, car comme convenu, j’ai lu mes 50 romans, j’ai découvert (et adoré) Foenkinos (mais toujours pas lu Zafon et Giébel), je n’ai pas exagéré avec les achats impulsifs, et j’ai lu des genres variés et nouveaux, notamment les BD, dont voici un petit top.

Locke and Key, tome 3

La princesse des glaces Aldebaran, tome 1 Ernest & Rebecca, tome 1 Le Grand Pouvoir du Chninkel, l'intégrale Le monde selon François, l'intégrale Peter Pan, l'intégrale

 

Le blog et la blogosphère

# L’article le plus vu : Vertige, de Franck Thilliez.
# L’article le plus commenté : Derrière la haine, de Barbara Abel, avec 20 commentaires.
# Le jour le plus actif : le 12 mars avec 110 vues.
# La blogueuse qui a le plus commenté : Latêtedansleslivres avec 20 commentaires (merci !).

Cette année, le blog a été vu 15 500 fois. J’ai publié 32 articles (hum… c’est moins que durant la première minuscule année du blog) et reçu 185 commentaires.

Merci WordPress pour toutes ces infos !

Les films et séries

On continue les statistiques, grâce à Seriebox, qui me permet de savoir qu’en 2014, j’ai regardé 28 films et 642 épisodes de séries (environ 53 par mois, un peu moins que l’année passée, juste de quoi pouvoir lire un peu plus). En tout, je me suis lancée dans 13 nouvelles séries et j’en ai terminé 5.

2014 en séries, c’est :
– Découvrir des pépites comme Broadchurch, How to get away with murder, You’re the worst, Downton Abbey et Orphan Black, mais surtout (surtout surtout) me pisser dessus devant les quelques (trop peu nombreux) épisodes de Vicious (personne ne connaît, mais ça vaut mille fois le détour, si vous hésitez, jetez simplement un oeil au casting ;)) et binge-watcher 2 broke girls en m’esclaffant non-stop (humour particulier, mais ô combien savoureux et déplacé !)
– Dire adieu à Dexter ; à Hank Moody ; à Ted, Barney et compagnie (trois séries qui ont franchement perdu de leur superbe au cours des saisons alors qu’elles étaient mes grandes favorites à leurs débuts !)
– Être déçue par True Detective (pas taper !) et The New Normal.
– Enfin reprendre et terminer Fringe et 90210.

Côté films, il y en a peu qui sortent du lot, si ce n’est mes livres chouchous adaptés très honorablement/superbement à l’écran. Pour le reste, pas de grosse daube vue cette année, mais rien de très marquant non plus.

Les pépites découvertes en 2014
♥♥♥♥♥
Prisoners Nos étoiles contraires Divergente La Voleuse de livres Hunger Games 3

Pour 2015 :

Je dois dire que 2014 a vraiment été une super année en tous points : un job que j’aime, des lectures à gogo, des voyages avec un amoureux parfait à mes côtés : du bonheur sur toute la ligne. Bref, en 2015 je me souhaite que ça ne change pas ! J’ai su diversifier mes lectures sans pour autant perdre l’envie de lire, comme je craignais que ce soit le cas avec des lectures trop ciblées « boulot ». Je me refixe un petit challenge de 50 livres pour 2015 en espérant faire aussi bien que l’année écoulée. J’ai encore prévu plein de challenges (dont un spécial en amoureux) et je me réjouis de voir toutes les futures sorties en 2015 (j’ai déjà noté Reflex, Le Chardonneret et Un tout petit rien en poche, et La fille du train et Deux gouttes d’eau chez Sonatine). J’espère découvrir encore plein de nouveaux auteurs (des inconnus et des très attendus qui stagnent dans ma PAL) et continuer à lire varié avec des BD, des albums, des romans historiques, des thrillers, de la jeunesse, de la SF et du contemporain, et pourquoi pas l’un ou l’autre classique !