Archives Mensuelles: novembre 2015

Tag : Avez-vous dans votre PAL… ?

Tag : L'avez-vous dans votre pal... ?

Sur le site des éditions Pocket Jeunesse, on retrouve souvent de chouettes jeux et tests sur la lecture. Celui-ci va me permettre de vous présenter un petit aperçu de ma Pile à Lire, qui a doublé de volume en 3 ans et se hisse aujourd’hui bien au-delà des 350 livres !

 

Avez-vous dans votre PAL… ?

1) un livre dont vous ne savez pas de quoi il parle
J’ai tendance à me fier aux avis enthousiastes que je croise par-ci par-là, parfois sans lire les résumés pour être sûre d’avoir la surprise totale et de mieux m’immerger dans le livre, sans attentes précises. Et les quatrièmes de couverture ont la fâcheuse habitude d’en révéler trop… Alors oui, il y a pas mal de livres dans ma PAL qui sont de gros points d’interrogation pour moi, mais que j’ai pourtant très hâte de lire. C’est le cas de Rouge sang, de Melvin Burgess, l’auteur du marquant Junk. Et puis, il y en a aussi qui sont sur mes étagères depuis tant d’années que j’ai complètement oublié ce qu’ils racontent, comme L’âme du mal, de Maxime Chattam.

Rouge sang, de Melvin Burgess  L'âme du mal, de Maxime Chattam

2) un livre qui traîne depuis plus d’un an
Hum… 75 % de ma PAL concerne des livres que j’ai depuis plus d’un an. Extrêmement fort et incroyablement près, de Jonathan Safran Foer, est un des plus vieux livres de ma PAL, il y est depuis plus de 4 ans.
Extrêmement fort et incroyablement près, de Jonathan Safran Foer

3) un tome 2
J’ai pas mal de sagas commencées. Pour la plupart d’entre elles, j’ai très envie de les poursuivre, comme la suite de mon coup de cœur Chronique du tueur de roi, de Patrick Rothfuss, mais il y a toujours d’autres livres qui passent avant et leur piquent la priorité. Il y en a d’autres aussi qui ne m’attirent plus tellement, notamment le tome 2 de New Victoria, de Lia Habel.

Chronique d'un tueur de roi, tome 2 : La Peur du sage, de Patrick Rothfuss New Victoria, tome 2 : Rébellion, de Lia Habel

4) plusieurs livres d’une même série
Je me suis acheté les huit premiers tomes de la saga L’assassin royal, sûre d’avoir trouvé là une série de Fantasy comme je voulais en découvrir. Et j’ai bien fait ! Les deux premiers livres sont lus et chroniqués (ici et ici) et j’ai vraiment envie de savoir la suite, donc je sais qu’elle m’attend bien gentiment quand je déciderai de lui faire un sort.

—–L'assassin royal, tome 3 : La Nef du crépuscule, de Robin HobbL'assassin royal, tome 4 : Le Poison de la vengeance, de Robin HobbL'assassin royal, tome 5 : La Voie magique, de Robin HobbL'assassin royal, tome 6 : La Reine solitaire, de Robin HobbL'assassin royal, tome 7 : Le Prophète blanc, de Robin HobbL'assassin royal, tome 8 : La Secte maudite, de Robin Hobb

5) un classique
Je ne lis pas énormément de classiques, mais c’est souvent un plaisir d’en découvrir un de temps à autre, pour changer. Le tout est de savoir les choisir judicieusement. Autant j’ai adoré Les liaisons dangereuses, autant j’ai détesté Madame Bovary. J’aime beaucoup Les Hauts de Hurlevent mais j’ai été déçue par Fahrenheit 451. J’en ai donc toujours quelques-uns sous la main, avec l’espoir qu’une fois lus, ils intègrent la catégorie des classiques adorés. Par exemple, Emma, de Jane Austen et Le Meilleur des mondes, d’Aldous Huxley.

Emma, de Jane Austen Le Meilleur des mondes d'Aldous Huxley

6) un livre qui vous fait vraiment très très envie
Bien sûr et heureusement !! En ce moment, les deux livres que j’ai le plus envie de lire et qui vont donc très vite passer à la casserole sont : Fablehaven, de Brandon Mull et Max, de Sarah Cohen-Scali.

Fablehaven, tome 1, de Brandon Mull Max, de Sarah Cohen-Scali

7) un livre que vous gardez pour le lire pendant une période précise
Pas vraiment… Ah si ! J’attends d’être retraitée pour terminer la saga La Tour sombre, de Stephen King. J’ai promis à mon amoureux de la lire, mais l’envie n’est pas franchement au rendez-vous… Alors plutôt que de reporter chaque année la lecture, j’ai enfin fixé une date ! (et je m’y tiendrai, promis !)

La Tour sombre, tome 2 : Les trois cartes, de Stephen King

8) un livre que vous avez prêté sans l’avoir lu
En général, je prête des livres que j’ai adorés et que je conseille à mes amies. Par contre, je prête énormément à ma maman des livres de ma PAL que je n’ai pas lus mais qui correspondent bien à ses goûts. À mes risques et périls, car elle a tendance à me spoiler en pensant que je les ai lus… ou à me faire du chantage pour que je les lise rapidement parce qu’elle les a adorés ! C’est le cas de Avant toi, de Jojo Moyes et Le Purgatoire des innocents, de Karine Giébel.

Avant toi, de Jojo Moyes Le Purgatoire des innocents, de Karine Giébel

9) un poche
Oui, j’ai énormément de poches. Ils représentent plus de la moitié de ma PAL. Il y en a des anciens et des récents, des petits et des gros, des abîmés et des neufs. Des Pocket, des J’ai lu, des Livre de Poche, des Milady, des Folio.

La Horde du Contrevent, d'Alain Damasio Monster, de Patrick Bauwen

10) un livre dont vous aviez complètement oublié l’existence
Je passe souvent en revue ma PAL donc je les ai régulièrement tous sous les yeux. Mais il y en a plusieurs auxquels je ne pense jamais parce que je ne prévois plus nécessairement de les lire, comme Les Baratineurs, d’Anna Davis, que j’avais acheté lors d’une de mes premières foires aux livres d’occasion, alors que je prenais un peu tout ce qui me tombait sous la main tant j’étais attirée par les prix riquiqui…

Les baratineurs, de Anna Davis

11) votre prochaine lecture

Eleanor & Park, de Rainbow Rowell

12) un Pocket Jeunesse

La maison de la nuit, tome 1 : Marquée, de P.C. Cast

13) un livre que personne n’a aimé, du coup, vous avez un peu moins hâte de le lire
Le mec de la tombe d’à côté avait été un coup de cœur, du coup je m’étais procuré la suite : Le Caveau de famille, de Katarina Mazetti. Le temps a passé et je me rends compte que cette suite n’a pas été à la hauteur pour de nombreux lecteurs. Du coup, je redoute un peu de finir avec un avis négatif alors que j’avais tant aimé le début.

Le Caveau de famille, de Katarina Mazetti

14) un livre que tout le monde a aimé, du coup, vous avez peur d’être déçu
Il y en a plein ! On voit souvent passer une vague de coups de cœur, suivie d’une vague de déceptions car les lecteurs en attendaient trop. J’essaie de me détacher de tout ça, mais c’est sûr qu’il y a des livres qui me tentent énormément, mais qui me font aussi un peu peur ! Comme L’Ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafón et Insaisissable.

L'ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon Insaisissable, tome 1 : Ne me touche pas, de Tahereh Mafi

15) un livre qui va être adapté au cinéma et que vous voulez absolument lire avant
J’ai très envie de découvrir La 5e vague avant sa sortie en janvier. Je pense qu’on va beaucoup en entendre parler…

La 5e vague, de Rick Yancey

16) un livre avec une tranche rouge
Deux de mes livres chez Super 8 ont une tranche rouge (et qu’est-ce qu’ils sont beaux !)

Carter contre le diable, de Glen David Gold Treize, de Seth Patrick

17) un livre de votre auteur préféré
Question difficile car je n’ai pas vraiment d’auteur préféré… J’ai beaucoup de coups de coeur pour certains livres, mais en n’ayant lu qu’un livre de l’auteur, difficile de le qualifier de « préféré ». Par contre, quand j’étais ado, je ne jurais que par Harlan Coben et Guillaume Musso et j’en ai encore quelques-uns d’eux dans ma PAL qui attendent sagement leur tour…

Balle de match, d'Harlan Coben  Demain, de Guillaume Musso

18) une suite de série mais avouez-le, vous ne vous souvenez plus de l’histoire des tomes précédents
Je n’ai que des tomes 2 en attente, pas de tome 3. Par contre, de fait, il y en a beaucoup qui petit à petit se sont perdus quelque part au fin fond de ma mémoire, comme l’histoire de Le Poison écarlate, de Maria V. Snyder. Je me souviens avoir adoré et je me rappelle du résumé, mais c’est tout…

Le souffle d'émeraude, de Maria V. Snyder

19) un thriller
Des dizaines, j’ai eu une passe où je n’avais envie d’acheter que ça !

Fractures, de Franck Thilliez L'Hypnotiseur, de Lars Kepler

20) un roman fantastique
C’est le genre le mieux représenté dans ma PAL !

49 jours, de Fabrice Colin Frisson, de Maggie Stiefvater

21) une dystopie
Qui a pu échapper à la vague dystopie ? Pas moi, en tout cas, et j’en ai de très chouettes qui m’attendent.

Delirium, de Lauren Oliver Never Sky, de Veronica Rossi

22) une romance
Un genre que je lis moins, bien qu’il y ait de jolies perles à découvrir. Les dernières lues avaient été de beaux petits coups de coeur d’ailleurs : Un jour, de David Nicholls et La Délicatesse, de David Foenkinos. Je me réjouis donc de lire L’instant précis où les destins s’entremêlent, d’Angélique Barbérat et Le Temps n’est rien, d’Audrey Niffeneger.

L'instant précis où les destins s'entremêlent, d'Angélique Barberat Le temps n'est rien, d'Audrey Niffeneger

23) un livre d’un auteur dont le nom de famille commence par C

Artemis Fowl, d'Eoin Colfer Le Château, d'Edward Carey

24) un livre qu’on vous a conseillé
Comme je fonctionne énormément aux conseils (des blogueurs, des amis, des collègues), je pense que je n’ai quasi que ça ! Un conseil de mon amoureux : Des souris et des hommes, de Steinbeck, un conseil de ma collègue Marie : Quatre soeurs, de Malika Ferdjoukh et un conseil de ma copinaute Cajou : Allumer le chat, de Barbara Constantine.

Des souris et des hommes, de Jhn Steinbeck Quatre soeurs, de Malika Ferdjoukh Allumer le chat, de Barbara Constantine

25) plusieurs livres d’un même auteur
Oui et les deux plus flagrants sont Maxime Chattam (2 lus et 10 à lire) et Karine Giébel (1 lu et 5 à lire).

Autre-Monde, tome 1 : L'alliance des Trois, de Maxime Chattam Les Morsures de l'ombre, de Karine Giébel

26) un livre avec le mot « secret » dans le titre
Les petits secrets d'Emma, de Sophie Kinsella

27) le dernier livre que vous avez acheté

Frères de sang, de Mickaël Ollivier

28) un autre livre Pocket Jeunesse
La Cité des Ténèbres, de Cassandra Clare

29) un livre que vous avez acheté pour la couverture
Non, je n’ai jamais acheté un livre parce que je le trouvais beau. Je peux acheter un livre hideux et abîmé si le résumé me tente vraiment, mais certainement pas l’inverse. Mais évidemment, ça aide quand on se retrouve avec une belle couverture pour accompagner un résumé alléchant.

30) plus de livres que vous n’en lisez en un an (la question vaut 5 points)
Ah ah, je mérite amplement ces 5 points… Je lis +- 50 livres par an, du coup, j’en ai encore pour 7 ans de lecture ! Mais on sait très bien que dans 7 ans, je me serai déjà reconstitué un stock pour les 10 années suivantes…

***

Alors ? Quel est votre score ? Chaque réponse positive vaut un point, sauf la question 30 qui en vaut 5.

De 0 à 5 points : votre PAL est quasiment vide ! Applaudissements, ola, standing ovation ! Respect total.

De 5 à 15 points : vous gardez le contrôle. Vous savez vous montrer raisonnable. Félicitations !

De 15 à 25 points : vous accumulez les livres. Vous n’avez pas encore atteint une condition critique, mais vous avez de la lecture en prévision!

de 25 à 35 points : avouez, vous avez arrêté de compter les livres de votre PAL. Vous en êtes à ce point!

=> 33 points

U4 : Koridwen, d’Yves Grevet

U4 : Koridwen, d'Yves Grevet

 

Mon résumé

Le virus U4 a tout ravagé sur son passage. Il ne reste plus que des adolescents de 15 à 18 ans, livrés à eux-mêmes dans un monde qu’ils ne reconnaissent plus. Quelques-uns gardent pourtant espoir, suite à un mail de Khronos, le maître d’un célèbre jeu en réseau, leur donnant RDV à Paris pour sauver le monde en remontant le temps. Koridwen fait des rêves étranges liés à ce fameux rendez-vous. Elle décide de partir pour Paris avec son cousin à bord d’un tracteur et de voir par elle-même ce que le destin lui réserve là-bas.

Nbr de pages : 362 / Éditeur : Nathan & Syros

Mon avis

Deuxième round pour la saga U4 ! J’avais passé un agréable moment avec Yannis, mais j’avais tout de même quelques réserves. Dans ce nouvel opus, j’espérais lire quelque chose de différent, qui ne serait pas redondant par rapport au tome sur Yannis, et qui m’apporterait certains éclairages sur l’univers, mais surtout sur ce fameux rendez-vous visant à remonter le temps pour sauver le monde. Et je ne suis pas déçue !

Mais j’avais beau avoir apprécié ma lecture de Yannis, deux mois plus tard, je n’avais pas particulièrement envie de me replonger dans l’univers d’U4. J’ai donc commencé ma lecture de Koridwen un peu à reculons. Mais très vite, cette héroïne a pris toute la place et j’ai découvert une histoire très différente de ce que j’avais déjà pu lire dans le tome précédent. Pas de longueurs cette fois, et une vraie dynamique qui donne envie d’engloutir les chapitres !

Koridwen est une battante, pleine de ressources et très attachante. Tout comme Yannis, elle réfléchit beaucoup, se remet en question, analyse ses sentiments et ses actes. Tous ces moments de relâche, de réflexion sont aussi intéressants que les rebondissements où la tension est palpable. Mais surtout, Koridwen a un secret. Elle aurait hérité des pouvoirs de guérisseuse de sa grand-mère, sa Mamm-gohz bretonne, qui veille sur elle et l’aiguillonne vers sa destinée à coups de signes et de symboles. Koridwen serait en fait la clé de l’histoire. On s’attache à elle, même si son histoire est difficile à croire… et pourtant petit à petit, on finit comme elle par croire qu’un retour dans le passé serait possible. Jusqu’au grand final.

J’ai aimé découvrir la culture bretonne, qui est presque un personnage à part entière de ce roman. L’autre point fort, c’est le personnage de Max, le cousin de Koridwen, dont elle décide de s’occuper. Max a un petit retard mental et va tour à tour nous émouvoir et nous agacer, ne réagissant pas toujours aux événements comme Kori le souhaiterait.

Si vous ne devez lire qu’un tome, choisissez celui-ci. Si vous souhaitez lire les 4 romans, gardez celui-ci pour la fin. Toute l’histoire semble reposer sur les épaules de Koridwen et toutes nos questions trouvent ici réponses. Le grand final tant attendu dans le tome sur Yannis a bien lieu cette fois et je ne regrette pas du tout cette nouvelle plongée dans cette histoire. Je pense avoir fait une très bonne pioche en lisant ces deux tomes d’U4 dans cet ordre : d’abord le questionnement avec Yannis, le point de vue masculin, très humain, le road-trip à travers la France, puis les réponses avec Koridwen, la situation à Paris, les nombreuses rencontres qui enfin nous mènent au rendez-vous du 25 décembre.

Note : 8/10

Extras
Première publication : août 2015
Fiche Bibliomania
Mon avis sur U4 : Yannis
Je découvre Yves Grevet avec ce roman, alors que ça fait très longtemps que j’ai envie de découvrir ses autres titres : Méto et Nox.
Découvrez la même histoire de base vue par les autres protagonistes :
Stéphane (de Vincent Villeminot), Jules (de Carole Trébor) et Yannis (de Florence Hinckel).

 

U4 - Auteurs

Nous, les enfants sauvages, d’Alice de Poncheville

Nous les enfants sauvages, d'Alice de PonchevilleRésumé de l’éditeur

Une fois la drôle de bête glissée dans son sac, Linka songea qu’elle allait peut-être s’attirer de gros ennuis. L’article 1 était explicite : toute personne en contact avec une vie non humaine devait l’éliminer. C’était ainsi depuis que l’épidémie de PIK3 avait décimé la population et provoqué l’abattage de tous les animaux du pays.
Non humaine, la bête l’était assurément, mais de quel animal s’agissait-il ? Même dans les vieux documentaires animaliers qu’on leur montrait à l’orphelinat, Linka n’avait jamais croisé ce drôle de poisson aérien qui changeait de forme à volonté. Elle l’avait appelée «Vive » et, malgré la surveillance constante dont elle faisait l’objet, la jeune fille était parvenue à la cacher.
Avec Vive à ses côtés, Linka se sentait étrangement plus forte et capable d’affronter les menaces qui l’entouraient : Mme Loubia et le professeur Singre, prêts à« reconditionner » Linka au moindre faux pas ; les Brigades vertes et les Fantassins, toujours à l’affût des déserteurs et des rebelles ; et ce mystérieux Docteur Fury, un vagabond qui cherchait à récupérer Vive…

Nbr de pages : 408 / Éditeur : Ecole des Loisirs

Mon avis

Voilà un des livres qui me tentaient le plus parmi la déferlante de nouveautés de cette rentrée littéraire. Je pensais bien ne pas me tromper en misant sur une dystopie qui, dès le résumé, me proposait un vrai ton, un univers mystérieux plein de tabous et une si jolie maîtrise des liens entre humains et animaux.

Et de fait, voici une dystopie comme je n’en avais encore jamais lue, poétique et réfléchie. Alice de Poncheville nous pousse à toutes sortes de questionnements sur notre monde, notre lien à la nature, nos tendances à choisir la solution de facilité, à ne pas considérer les choses de plusieurs points de vue. Elle nous propose d’avoir un autre regard sur notre façon de vivre avec ce roman qui est surtout une petite fable écologique et philosophique, servie par une plume magnifique.

Elle tenta d’imaginer à quoi ressemblait l’époque où l’on consommait de la viande. Tuer des animaux pour les manger lui paraissait d’une violence inouïe. Cependant, elle prit subitement conscience d’un paradoxe : aujourd’hui, on ne les tuait plus, mais ils n’existaient plus. Valait-il mieux qu’ils existent, bien que ce fût pour être mangés ? Un autre paradoxe la fit réfléchir : depuis la disparition des animaux d’élevage, l’air était beaucoup plus sain. Il fallait se rappeler qu’avant l’arrivée du PIK3 la pollution liée à l’élevage des bêtes et à la culture de leur nourriture dépassait de loin la pollution des voitures et des usines. C’était un fait. Mais la vie… Linka se demanda si l’on ne pouvait pas trouver un moyen de laisser la place aux animaux, à la vie même, sans rien lui demander en échange.

Mais il a malheureusement aussi un gros défaut : il manque cruellement de rythme. Il y a de nombreux passages pleins de risques et d’aventures, et pourtant cela manque de rebondissements, de suspense. On se pose en spectateur de cette société contrôlée, de ces vies un peu fades, de ce début de soulèvement, sans en faire vraiment partie, comme si l’auteure voulait nous tenir un peu à distance. On a beau s’attacher aux trois jeunes héros, qui nous racontent tour à tour leur vie et leur vision de ce monde à l’agonie, on ne souffre pas vraiment avec eux. Pourtant, tout y est : mystère, réflexion, écriture, personnages charismatiques, originalité, aventures. Peut-être manque-t-il le liant ? Peut-être cette distanciation est-elle voulue ? Peut-être…

Il n’empêche que j’en garde un beau souvenir, de cet hymne à la nature. Ce n’est pas le genre de livres qu’on dévore, avide de connaître le fin mot de l’histoire, mais on ressort grandi de cette lecture qui nous parle de valeurs, de respect et de responsabilités.

Ils restèrent un instant enlacés, puis se séparèrent, comme ivres. Les embrassades étaient devenues si rares qu’on en sortait vacillant.

Note : 7,5/10

Extras
Première publication : septembre 2015
Fiche Bibliomania
Inteview d’Alice de Poncheville sur le blog Les trois brigands :
« Comment vivez-vous le travail d’écriture ?
C’est un grand voyage. On entre dans un monde, on est en conversation avec ses personnages. On est dans la retranscription de ce monde intérieur, dans un flux de pensée. Quand j’écris un livre, le monde qui est dans ma tête me protège du reste.« 

Les Copies, de Jesper Wung-Sung

Les Copies, de Jesper Wung-Sung

Quatrième de couverture

Le « Virus Q » provoque une inflammation du système nerveux central et s’attaque uniquement aux enfants. En attendant de trouver un remède, ces derniers sont mis en « stand-by ». Pour combler cet énorme vide « des copies » sont mises en circulation. Des clones parfaits. Jonas est l’un deux. Bientôt, les libérateurs de copies se lanceront à sa poursuite car le remède au virus a été trouvé.

Nbr de pages : 192 / Éditeur : Rouergue épik / Titre VO : Kopierne

Mon avis

De jeunes malades plongés dans un sommeil artificiel, remplacés pour un temps par des copies. Jusqu’au réveil des enfants guéris. Il est alors temps de supprimer toutes ces copies, dont Jonas, notre héros. Ça promettait une intrigue palpitante, non ?

Eh bien… non. Moi qui m’attendais à du suspense, à des rebondissements, à un univers original bien exploité, je ne peux qu’être déçue. Au vu de cette courte mise en bouche, je m’imaginais toutes sortes de scénarios alléchants : les copies essayant de retrouver leur place dans une société qui ne veut pas d’eux, jouant des tours à leur original, créant des alliances, survivant à d’horribles courses poursuites. Mais finalement, ce petit roman n’est qu’une longue chasse à l’homme sans grandes surprises ou belle analyse de cette société redoutable.

On suit tout simplement Jonas dans les bois, qui fuit sa maison, ses amis, sa famille. Rejeté sans sourciller par ses « parents », il n’a pas d’autre choix que de se cacher. On le voit courir, se battre, s’enfuir à nouveau, tenter de survivre dans la nature, chasser, se faire chasser… jusqu’au point de non-retour. On le suit dans toutes ses réflexions, ses incompréhensions, ses fragments de pensées qu’il ressasse encore et encore. Qui suis-je ? Mes envies et mes souvenirs sont-ils vraiment les miens ? Mérité-je de vivre ? Heureusement, Jonas est attachant et il lui arrive quelques épisodes émouvants. Mais comme lui, on tourne très vite en rond. Sans réponses.

En bref, c’est une déception car je ne m’attendais pas à ça. Le résumé me promettait un roman tellement intense, avec de l’action et des mises en garde sur notre société. Mais c’est l’histoire d’une désillusion, d’une remise en question, d’un questionnement et surtout d’une longue marche à travers la forêt. On passe 200 pages dans la tête d’une copie qui ne sait plus qui elle est, si elle doit tout faire pour survivre, trouver un but à sa fuite ou se rendre. Et on s’y ennuie finalement très vite…

Note : 6/10

Extras
Traducteur : Jean-Baptiste Coursaud
Première publication : novembre 2015
Fiche Bibliomania
Jesper Wung-Sung est un auteur danois qui a déjà écrit de nombreux romans, souvent récompensés.
Les Copies
est son premier roman traduit en français.

IMM septembre/octobre 2015

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Ici je vous parlerai des livres que j’ai reçus dans ma boîte aux lettres, que l’on m’a offerts ou que j’ai achetés. Vous pouvez désormais retrouver les articles des autres participants chez Lire ou Mourir.
IMM septembre/octobre 2015
PAL +25, je ne me félicite pas ! Mais c’est si bon…
 –
***
Dans ma boîte aux lettres
* U4 : Yannis, de Florence Hinckel (que j’ai déjà lu et apprécié) et Koridwen (ma prochaine lecture, pour laquelle j’espère ne pas avoir un sentiment de déjà vu).
* Le tome 2 de La Passe-miroir, de Christelle Dabos, dont je n’ai fait qu’une (délicieuse) bouchée.
* Nous, les enfants sauvages, d’Alice de Poncheville, une jolie dystopie très poétique, manquant tout de même de rythme.
* Les Copies, de Jesper Wung-Sung, petit roman de SF qui m’intrigue beaucoup. Je vous en parle très vite.
* Le Cirque des rêves, d’Erin Morgenstern, reçu grâce à Christel du blog La tête dans les livres (merci !!), qui me faisait de l’oeil depuis sa sortie. Je vais essayer de le lire pendant mes quelques jours de congé d’après fêtes.
 –
Achats
Ils furent nombreux et impulsifs !
Comme je vous l’avais déjà dit, je travaille maintenant dans une librairie jeunesse et je me rends compte que j’ai pas mal de retard à rattraper ! Il y a quelques romans jeunesse relativement connus, souvent conseillés dans les écoles, que je voulais découvrir. J’ai donc axé mes achats sur certains classiques, notamment de L’école des loisirs. Et puis, je suis tombée sur des romans sur lesquels je lorgnais depuis très longtemps ou que j’ai souvent vu sur vos blogs, alors hop dans la PAL !
* L’île du crâne, d’Anthony Horrowitz : premier petit roman fantastique très sympa, aux vagues allures de Harry Potter.
* Chi, une vie de chat, de Kanata : vu l’engouement, j’ai sauté dessus, mais je n’ai pas vraiment compris tout le foin qu’on fait pour ce manga… Oui c’est mimi, mais c’est surtout très chiant :/ (pas taper !)
* Virus L.I.V.3 ou la mort des livres, de Christian Grenier : un livre sur les livres (même s’ils n’ont pas le beau rôle), je prends !
* Un boulot d’enfer, de Florence Thinard : celui-là par contre, jamais entendu parler, mais le thème des anges gardiens me tentait beaucoup.
* Le jeu des sept familles, d’Anne Fine.
* La longue marche des dindes, de Kathleen Karr.
* Lettres d’amour de 0 à 10, de Susie Morgenstern : un petit bonheur de lecture !!
* L’enfant des ombres, de Moka.
* À vos risques et périls, de Pascale Maret : je me réjouis de lire celui-ci. Un jeu de téléréalité, une île déserte, des ados, des épreuves, miam miam !
* L’alchimiste, de Michael Scott.
* La 5e vague, de Rick Yancey : joli petit cadeau de mon amoureux, que je compte lire avant la sortie du film.
* La Maîtresse de Rome, de Kate Quinn : comment passer à côté quand on sait l’enthousiasme de Cajou pour ce roman !
* Barbe bleue, d’Amélie Nothomb : je n’ai encore lu qu’un livre de l’auteur (beaucoup aimé d’ailleurs), et celui-ci, avec sa réécriture du célèbre conte, est celui que me disait le plus pour enchaîner.
* Le cœur cousu, de Carole Martinez : c’est Iluze qui en avait parlé de si jolie façon qu’on passe difficilement à côté en tombant dessus !
* La Huitième Couleur, de Terry Pratchett : il est grand temps que je découvre cette saga épique !
* Shutter Island, de Dennis Lehane : j’avais beaucoup aimé le film, mais je ne le lirai pas tout de suite, car je me souviens encore bien de la chute finale…
* 84 Charing Cross Road, de Helen Haff : une correspondance entre un libraire et une autre passionnée de livres.
* Autobiographie d’une courgette, de Gilles Paris : une histoire qui semble vraiment poignante…
* Serum S1e2, d’Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza : quand je me lancerai enfin, au moins je pourrai enchaîner les deux premiers livres !