Archives Mensuelles: juin 2016

Tag des 6 mois : petit bilan

Après le sympathique test des éditions PKJ concernant ma PAL, les voici de retour avec un tag sur nos lectures de ces 6 premiers mois de 2016. Une façon comme une autre de faire un petit point et de vous repointer du doigt quelques livres récemment découverts que vous ne devriez pas manquer ! Et puis comme c’est Julia (du blog Allez vous faire lire, blog que vous DEVEZ suivre assidûment) qui me lance gentiment cette invitation, je vais me coller avec plaisir à cette petite liste de questions (en tant que list-addict, ça ne se refuse pas !).

Tag 6 mois

Alors… Avant de me lancer dans ces 14 questions, je vais rapidement zieuter dans mon fichier Excel pour voir à combien s’élève le nombre de livres lus ces 6 derniers mois. Roulements de tambour… 43 romans, 4 livres audio et 38 BD (et même plein d’albums et de premières lectures). Mais il va falloir que je carbure un peu plus si je veux atteindre mon but des 100 romans fin d’année !

***

1) Avez-vous eu un coup de cœur ?

Oui, j’ai eu deux beaux coups de coeur : Oniria, une aventure fabuleuse dans le monde des rêves, un roman d’une rare inventivité et Elia, la passeuse d’âmes, une dystopie géniale qui se place directement dans mon trio de cœur du genre.

Oniria, t.1 : Le Royaume des rêves, de B.F. Parry Elia, la passeuse d'âmes, de Marie Vareille

2) Avez-vous lu un roman Pocket Jeunesse ?

J’en ai lu deux : un coup de cœur et une déception (mon avis sur Au bout du tunnel tarde à venir, mais  en gros, j’en attendais beaucoup plus au vu des avis si enthousiastes et ça m’a semblé un peu trop cliché et… fade).

Elia, la passeuse d'âmes, de Marie Vareille Au bout du tunnel, de Carlos Garcia Miranda

3) Avez-vous découvert un nouvel auteur ?

Énormément de découvertes, mais la plus notable est ma première et bien trop tardive incursion dans le monde tordu et poilant de Roald Dahl ! Je ne suis régalée en en découvrant plus ou moins un par mois, et ce qu’il y a de beau c’est que c’est pas fini ! Pour l’instant, mes chouchous sont Matilda (découvert en livre audio – fantastique ! – avec en tête les images du film – LE film de mon enfance – et c’était génial) et Sacrées sorcières. Mais il m’en reste encore plein et je fonde de grands espoirs sur Le BGG !

Les deux gredins, de Roald Dahl Matilda, de Roald Dahl La potion magique de Gerges Bouillon, de Roald Dahl Sacrées sorcières, de Roald Dahl

4) Avez-vous lu un de vos auteurs préférés ?

Alors, je n’ai pas vraiment d’auteur fétiche dont j’aurais lu plein de livres et dont j’attendrais avec impatience la sortie de son dernier roman. J’ai plutôt des livres préférés (À la croisée des mondes, La Passe-miroir, Le Nom du vent, Entre chiens et loups). Par contre, j’ai lu en 2015 deux romans que j’ai adorés : Un hiver en enfer, de Jo Witek et Le Passage, de Louis Sachar. Du coup, quand j’ai vu que ces deux auteurs venaient de sortir un nouveau livre, j’ai sauté dessus… et j’ai été relativement déçue. Deux lectures en demi-teinte donc pour Le Domaine et Chemins toxiques (peut-être en attendais-je trop ? Mais je suis très contente du coup de n’avoir pas commencé par ceux-là car je n’aurais sans doute jamais découvert leur précédent !). Je vais peut-être m’en tenir aux vraies découvertes !

Le Domaine, de Jo Witek Chemins toxiques, de Louis Sachar

5) Avez-vous terminé une série ?

Non, mais je suis à jour dans la série Phobos (j’ai lu les 2 premiers tomes en mars et je termine à l’instant le hors série), j’attends donc de pied ferme la suite en novembre.

  Phobos, tome 1, de Victor Dixen Phobos, tome 2, de Victor Dixen Phobos Origines, de Victor Dixen

6) Avez-vous lu un livre sorti cette année ?

Plein ! Je n’ai jamais autant été à la page ! Et ça peut être une très bonne chose, comme pour Les Mystères de Larispem, que j’ai adoré découvrir en avant-première et qui est top (il faut vraiment que je vous en parle dans une chronique) ! Mais ça peut aussi avoir ses inconvénients ; la sortie de Forget Tomorrow a fait beaucoup de bruit sur la blogo et je n’ai pas attendu longtemps pour le lire, sauf que je suis loin de comprendre un tel engouement…

Les Mystères de Larispem, de Lucie Pierrat-Pajot Forget Tomorrow, de Pintip Dunn

7) Avez-vous rencontré un auteur ?

Non.

8) Attendez-vous avec grande impatience un livre qui sortira pendant la seconde moitié de 2016 ?

Bon, of course il y a le « nouveau » Harry Potter. Je ne pourrai décemment pas passer à côté même si j’ai quelques méfiances. Et puis, of course bis (après les éloges de tarés de Julia, mais pas que !), il faudra que je me penche sur le nouveau Clémentine Beauvais, qui à première vue ne m’avait pas fait forte impression (SHAME ! mais ça c’était avant d’avoir vu ça !). J’ai lu les quelques premières pages et j’adore déjà le ton, donc j’espère franchement être aussi enthousiaste que prévu. Et enfin, une petite sortie de septembre chez Hachette repérée sur le blog de Galléane, qui m’attire par le mystère de son résumé et je ne sais vraiment pas à quoi m’attendre, mais ça m’attire !

Harry Potter et l'enfant maudit Songe à la douceur, de Clémentine Beauvais Cette obscure clarté, d'Estelle Laure

Harry Potter et l’enfant maudit
Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants.
Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.
Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Songe à la douceur
Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a quatorze ans, il en a dix-sept ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il, aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ?

Cette obscure clarté
Lucille, 17 ans, vit seule avec Wren, sa petite soeur de 9 ans. Leur père a été interné, leur mère a quitté la ville. L’adolescente est débordée entre le lycée et le job qu’elle a décroché tandis que sa meilleure amie, Eden, garde Wren. Des miracles surviennent, comme un frigo qui se remplit tout seul et une voiture qui se répare par magie. Mais un jour, Eden fait une chute et tombe dans le coma.

9) Avez-vous lu un roman sans histoire d’amour ?

J’ai lu l’effarant Le garçon au sommet de la montagne, qui est tout sauf une histoire d’amour, plutôt l’histoire de comment la haine de son prochain peut s’insinuer dans des esprits innocents. Je n’ai pas voulu croire que le petit Pierrot, ce gamin adorable, pourrait aussi facilement se laisser convertir par des idées aussi perfides, mais si…

Le Garçon au sommet de la montagne, de John Boyne

10) Avez-vous lu un roman d’un auteur français ?

Plusieurs aussi. Outre ceux déjà mentionnés ci-dessus, j’ai relu deux auteurs de ma jeunesse : Gudule et Mickaël Ollivier. Déception pour l’un, belle retrouvaille pour l’autre.

La Baby-sitter, de Gudule Frères de sang, de Mickaël Ollivier

11) Avez-vous lu un roman adapté au cinéma (ou en série/téléfilm) ?

Oui je voulais lire La 5e vague avant sa sortie ciné et finalement, je n’entends que des crasses sur l’adaptation, donc je vais m’en tenir à mon bon souvenir du livre et puis c’est tout.

La 5e vague, de Rick Yancey

12) Avez-vous lu un livre qui vous a fait pleurer ?

J’ai la larme très facile, donc oui. Dans Dis-moi si tu souris, j’ai été émue plus d’une fois par l’histoire de Parker, jeune ado aveugle, vraie force de la nature qui nous dévoile son quotidien sans chichis, sauf que malgré tous les beaux moments auxquels on assiste avec elle, sa vie est loin d’être toute rose.

Dis-moi si tu souris, d'Eric Lindstrom

13) Avez-vous lu un roman historique ?

Alors, Le Mystère de Lucy Lost, c’est bien plus qu’un roman historique, c’est une vraie tranche de vie émouvante et passionnante qui se déroule pendant le début de la première guerre mondiale, avec comme focus le torpillage d’un bateau civil par les Allemands, le Lusitania, dont je ne connaissais absolument rien. Avec ce roman, je découvre la magnifique plume de Morpurgo, et j’en redemande !

Le Mystère de Lucy Lost, de Michael Morpurgo

14) Avez-vous lu un roman que quelqu’un vous a conseillé ?

Oui, les 3 seuls romans adultes que j’ai lus sont 3 thrillers qu’on m’a conseillés et que j’ai adorés. Elle est pas belle la vie ?

La fille du train, de Paula Hawkins Am stram gram, de M.J. Arlidge À toi, de Claudia Pineiro

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le Mystère de Lucy Lost, de Michael Morpurgo

Le Mystère de Lucy Lost de Michael MorpurgoRésumé de l’éditeur

Mai 1915. Sur une île déserte de l’archipel des Scilly, un pêcheur et son fils découvrent une jeune fille blessée et hagarde, à moitié morte de faim et de soif. Elle ne parvient à prononcer qu’un seul mot: Lucy. D’où vient-elle? Est-elle une sirène, ou plutôt, comme le laisse entendre la rumeur, une espionne au service des Allemands?
De l’autre côté de l’Atlantique, le Lusitania, l’un des plus rapides et splendides paquebots de son temps, quitte le port de New York. À son bord, la jeune Merry, accompagnée de sa mère, s’apprête à rejoindre son père blessé sur le front et hospitalisé en Angleterre…

Nbr de pages : 448 / Éditeur : Gallimard Jeunesse / Titre VO : Listen to the Moon

Mon avis

Je ne m’attendais pas à autant apprécier cette histoire sur fond historique, et pourtant que d’émotions ! Un beau récit de vies, d’une communauté pleine de personnages attachants, avec un cœur grand comme ça, que l’on voudrait tout de suite pouvoir adopter !

On suit d’une part l’histoire de Lucy Lost, retrouvée à moitié morte sur une minuscule île anglaise et accueillie dans une famille aimante, et de l’autre celle de Merry, petite américaine embarquant sur le Lusitania en 1915 pour rejoindre l’Angleterre et son père, soldat blessé pendant la guerre. Les différentes parties du roman s’imbriquent à merveille pour nous faire découvrir petit à petit tous les mystères de ces deux récits, jusqu’à ce que tout se recoupe.

J’ai aimé par-dessus tout la finesse des personnages, leur complicité et leurs relations hors du commun. Sur cette île, on découvre toute une communauté, où tout le monde connaît tout le monde et où les cancans vont bon train. Ces gens sont capables du meilleur comme du pire, ils peuvent s’entraider dans les moments les plus difficiles, mais peuvent aussi faire preuve de la pire des méchancetés, surtout dans cette ambiance sombre, entourés qu’ils sont par les mauvaises nouvelles et les milliers de morts. J’ai été tour à tour attendrie par des gestes de pure générosité et révoltée par la cruauté de certains propos.

Être différent dans ce monde ignorant est souvent pris pour de la folie.

C’est un roman d’ambiance où le paysage, la mer, les landes ont presque un rôle à jouer, où il ne se passe finalement pas grand-chose. Mais c’est loin d’être un reproche, car on n’aimerait ne jamais arriver au bout, tant on se sent bien dans cette petite famille, même si on n’échappe pas aux horreurs et à l’absurdité de la guerre, à quelques scènes tragiques qui nous serrent le cœur.

En tout cas, jolie claque avec cette première découverte de Morpurgo (mieux vaut tard que jamais), un auteur qui arrive à rendre passionnant et touchant une petite partie de pêche entre un père et son fils. Il a une plume superbe, pleine de sensibilité, mêmes dans les petits riens du quotidien.

Note : 9/10

Extras
Traductrice : Diane Ménard
Première publication : avril 2015
Fiche Bibliomania
Michael Morpurgo a 72 ans et est un auteur prolixe avec des dizaines de romans à son actif. J’espère continuer ma découverte de ses si belles histoires. Je pense notamment à Soldat Peaceful et Le Royaume de Kensuké. Conseillez-moi !
Je suis fan du titre anglais « Listen to the Moon » qui a une résonance si tendre avec un magnifique détail de l’histoire.

Oniria, de B.F. Parry

Oniria, t.1 : Le Royaume des rêves, de B.F. Parry Oniria t.2 : Le Disparu d'Oza-Gora, de B.F. Parry Oniria, tome3, B.F. Parry

Mon résumé

Alors que son père est tombé dans un mystérieux coma, Eliott découvre, grâce à sa grand-mère, l’existence d’Oniria, le monde des rêves. Eliott aurait la faculté de s’y rendre, non pas en simple spectateur comme vous et moi chaque soir, mais en tant que Créateur. Il aura pour mission d’y retrouver le Marchand de sable, qui serait probablement au courant de la condition inhabituelle de son papa. Alors que l’état de celui-ci se détériore, Eliott va se rendre compte qu’une instance avec cet éminent membre d’Oniria n’est pas si facile à avoir, surtout quand les cauchemars deviennent de plus en plus instables.

Nbr de pages : 336 + 336 + 278 = 950 / Éditeur : Hachette

Mon avis

Garanti sans spoilers !

En refermant le premier tome, j’avais mille et une images en tête et un mot en bouche : waouh ! Un vrai coup de cœur ! Quel monde fourmillant de créatures originales, de lieux inattendus et exotiques, de situations incongrues… Eh oui, nous sommes dans le monde des rêves et tout est permis ! Créer Oniria, c’était la porte ouverte aux inventions les plus folles et on sent que B.F. Parry s’est prêtée au jeu avec beaucoup de plaisir. Elle s’en donne à cœur joie et imagine toutes sortes de rencontres et de péripéties pour son jeune et brave héros, Elliot.

C’est une sensation grisante de pouvoir créer tout ce qu’on imagine.

C’est un roman accessible pour les plus jeunes, mais cela n’empêche pas l’auteure d’avoir réfléchi en profondeur à son monde : tout se tient et les révélations trouvent toujours réponse plus loin dans l’histoire. On sourit en voyant les astuces mises en place par le marchand de sable et ses sbires pour nous endormir ; du coup, on analyse nos phases de sommeil d’une toute autre façon après avoir lu ce livre. C’est tout à fait fascinant.

Le premier tome m’a émerveillée par tous ses petits détails et la fondation même du monde des rêves. On va de surprise en surprise et on tâte un peu les possibilités d’un tel monde. Par la suite, l’intrigue va prendre de l’ampleur, les enjeux vont se dessiner et dans le troisième tome, on se retrouve au cœur de l’aventure et de l’action, dans un livre plus sombre, plus triste et plus mature.

Il avait oublié la chance qu’il avait de pouvoir apprendre. Pour les Oniriens comme Katsia et Farjo, c’était impossible. Leur Mage les créait avec un certain nombre de capacités – dont certaines pouvaient être extraordinaires, comme les facultés au combat de Katsia ou le don de métamorphose de Farjo – mais ils ne pouvaient pas en acquérir de nouvelles.

Quand on se plonge dans Oniria, on voudrait ne plus jamais devoir le quitter ! C’est le genre de livres que j’aurais rêvé découvrir pendant mon enfance mais que je suis ravie de ne pas avoir loupé pendant mon « adulescence ». Le soir, maintenant, je ne peux m’empêcher de m’endormir en pensant à Oniria et aux folles aventures qui m’y attendent !

Ma note : 9,5/10

Extras
Première publication : tome 1 – octobre 2014 / tome 2 – avril 2015 / tome 3 – octobre 2015
Fiche Bibliomania
Le 4e et dernier tome d’Oniria, sortira début novembre et s’intitulera Le réveil des fées. Mais l’auteure a encore sous le coude des idées pour un préquelle ou une suite !
Interview de B.F. Parry ici :
« Pour Oniria, tout est parti de l’idée simple d’un univers parallèle au nôtre où vivraient nos rêves et nos cauchemars. Cette idée-là est en quelque sorte « tombée du ciel » : je l’ai eue en me réveillant un matin après un rêve particulièrement mouvementé. Mais ensuite il m’a fallu près de 6 mois pour construire un univers cohérent. J’ai commencé par me renseigner, lire de la philo, de la socio, du Freud, du Jung, du Mircea Eliade, et même des articles de médecine… Je voulais que mon univers soit cohérent avec ce que l’on sait des rêves aujourd’hui. Une idée en appelait une autre, et de fil en aiguille j’ai bâti le fonctionnement d’Oniria et ses interactions avec notre monde. »
Retrouvez B.F. Parry sur la page Facebook d’Oniria, où elle est très active !

ONIRIAPremière incursion d’Eliott à Oniria

Enregistrer

Enregistrer

Coupe d’Europe des Livres 2016

coupe europe livres 2016 bis

Comme tout le monde le sait, du 10 juin au 10 juillet, nos écrans et canapés seront réquisitionnés pour le foot. Cajou a eu la super idée de coupler ce mois à un petit challenge livresque. Et ça tombe vachement bien, car de mon côté qui dit foot à la télé dit lecture dans le canapé 😀 Nous allons donc chacun créer une équipe parfaite de 11 joueurs, représentés par 11 livres que l’on a très envie de lire dans le mois à venir.

  • Le gardien de but : THE roman que vous voulez à tout prix lire, celui qui n’a pas le droit de passer à travers les mailles du filet des profondeurs de votre PAL.
  • Les attaquants : les 4 romans de votre PAL que vous voulez ABSOLUMENT lire.
  • Les milieux de terrain : les 3 romans de votre PAL qu’il serait temps de sortir de là.
  • Les défenseurs : les 3 romans que vous n’avez pas encore dans votre PAL mais que vous voudriez vous offrir -sans attendre le Mercato- pour parfaire votre équipe.
  • Les réservistes : pour celles/ceux qui pensent que 11 ce ne sera pas assez, voici encore 4 places sur le banc, pour porter votre équipe à 15.

 

Mon équipe

Mon gardien de but
Nox, d'Yves Grevet

Il est beau, il est bien épais, il me susurre des promesses de coup de cœur, il ne peut décemment pas rester longtemps dans ma PAL. J’attendais les vacances pour pouvoir m’y plonger avec délice, le moment parfait est arrivé !

Mes 4 attaquants
Le Cercle, de Bernard Minier Le Pays des Contes, de Chris Colfer Tobie Lolness, de Timothée de Fombelle Le Garçon au sommet de la montagne, de John Boyne

4 romans acquis ces 2 derniers mois que je veux absolument découvrir cet été. Dans mes attaquants, je varie les styles (ce que je fais de moins en moins) en choisissant un thriller (j’avais adoré Glacé durant mes vacances 2015) et un roman historique.

Mes 3 milieux de terrain
Le Mystère de Lucy ost Quatre soeurs, de Malika Ferdjoukh Le Cirque des rêves, d'Erin Morgenstern

3 livres qui sont dans ma PAL depuis plus longtemps et je ne comprends pas comment c’est possible tant j’ai envie de les lire. Cette année, ils n’y couperont pas !

Mes 3 défenseurs
Les Soeurs Grimm : Détectives de contes de fées, de Michael Buckley Broadway Limited, de Malika Ferdjoukh Oniria, tome3, B.F. Parry

Une réédition d’un petit roman jeunesse qui me parle rien qu’en lisant le titre / Un roman dense, plein de personnages, une formidable fresque romanesque qu’on m’a recommandé 45x / Un tome 3 que je me réjouis de lire tant j’ai aimé les tomes précédents.

Mes 4 réservistes
Sauveur & Fils, de Marie-Aude Murail Jonah, de Taï-Marc Le Thanh Les Orphelines d'Abbey Road, d'Audren Phobos Origines, de Victor Dixen

Alors bien sûr, vous et mois savons pertinemment que ces réservistes sont là juste pour faire joli car je n’ai jamais réussi à lire plus de 9 livres en un mois, alors 11 c’est déjà pas gagné… Mais je ne résiste pas à l’envie de piocher encore 4 autres livres qui me font tant envie et qu’on m’a beaucoup conseillés !

***

Comme d’hab’, j’ai choisi beaucoup de livres jeunesse, mais ils me font tous saliver et j’espère bien en lire un maximum, même si je me rends compte que ce sont pour la plupart des gros livres voire des pavés ! Bon si c’est pas un challenge corsé, ça n’en est pas un !

Pour chaque livre lu, on marque un goal ! Cajou tiendra le compte à la fin du challenge. Vous retrouverez toutes les infos sur son blog, ainsi que la jolie sélection de sa propre équipe et celles de tous les participants.

Que les meilleurs gagnent !

coupe europe livres 2016

Dis-moi si tu souris, d’Eric Lindstrom

Dis-moi si tu souris, d'Eric Lindstrom

 

Résumé de l’éditeur

« Je suis Parker, j’ai 16 ans et je suis aveugle. Bon j’y vois rien, mais remettez-vous : je suis pareille que vous, juste plus intelligente. D’ailleurs j’ai établi Les Règles :
– Ne me touchez pas sans me prévenir ;
– Ne me traitez pas comme si j’étais idiote ;
– Ne me parlez pas super fort (je ne suis pas sourde) ;
– Et ne cherchez JAMAIS à me duper.
Depuis la trahison de Scott, mon meilleur pote et petit ami, j’en ai même rajouté une dernière. Alors, quand il débarque à nouveau dans ma vie, tout est chamboulé. Parce que la dernière règle est claire : il n’y a AUCUNE seconde chance. La trahison est impardonnable. »
Nbr de pages : 396 / Éditeur : Nathan / Titre VO : Not if I See you First

Mon avis

Voici une très jolie histoire qui, sans révolutionner le genre, apporte un point de vue original : celui de Parker, une jeune adolescente aveugle. Je me demande comment c’est possible que je n’aie encore jamais lu de romans qui parlent de ce handicap et je suis vraiment ravie d’avoir eu cette première expérience avec ce livre touchant et juste.

Parker s’adresse directement à nous et nous raconte son histoire sur le ton de la franche camaraderie. Elle nous explique ce que c’est de vivre au quotidien dans le noir, dans le doute de ce que font les autres autour d’elle, elle parle de son manque d’assurance qu’il faut bien compenser par un caractère bravache. Elle ne manque pas d’humour et d’autodérision, elle voudrait qu’on la traite comme n’importe qui et pouvoir vivre le plus simplement possible. Et elle nous montre que c’est tout à fait faisable, quand on s’entoure des bonnes personnes.

J’ai beaucoup aimé ce personnage, qui m’a ouvert les yeux (sans mauvais jeu de mots) sur toutes sortes de situations que peuvent vivre les aveugles. Elle explique par exemple que non, elle n’écoute pas autant de musique qu’on pourrait le croire ; la navigation sur Internet, la lecture, le tchat entre copines nécessitent des programmes de lecture vocale, du coup, pas de musique en fond sonore. J’ai ressenti ses fêlures, ses craintes, ses envies, et je voulais que tout se passe bien pour elle, même si elle fait souvent sa tête de bourrique et ne se rend pas compte qu’elle peut elle aussi faire de la peine à son entourage et être dans l’erreur. Et Parker a beau prendre beaucoup de place dans ce roman, les personnages secondaires n’en sont pas moins réussis et touchants.

Le reste du roman repose sur des moments assez classiques de l’adolescence, les premières relations amoureuses (souvent déçues), les coups bas à l’école, les amitiés indéfectibles, les séances de shopping, les problèmes familiaux. L’auteur a réussi à garder un ton léger pour son histoire, tout en abordant les aspects dramatiques de la vie de Parker qui a vu mourir sa mère et puis son père. L’écriture n’est pas remarquable, mais elle ne manque pas de sensibilité, surtout pour décrire certaines situations difficiles ou de belles émotions, lors d’un premier baiser ou d’une étreinte entre deux amies.

Je m’avance encore et je l’embrasse doucement sur les lèvres. Je recommence. C’est dingue, c’est comme souffler sur un bol de chocolat chaud quand on a froid et sentir la chaleur vous envelopper le visage, puis le boire à petites gorgées et sentir la chaleur vous envahir les joues, descendre dans votre poitrine et continuer plus bas, jusqu’à vous remplir.

Ce roman va être lu et enregistré pour la Ligue braille et je serais vraiment intéressée d’avoir des retours de personnes aveugles concernant tous ces petits détails de la vie de Parker, pour savoir à quel point l’auteur a visé juste en créant ce personnage. En tout cas, moi il m’a beaucoup émue et je vous le recommande pour un joli moment en toute simplicité.

Ma note : 8/10

Extras
Traductrice : Anne Delcourt
Première publication : juin 2016
Fiche Bibiomania
L’écriture en relief sur la couverture est du vrai braille.
Parker n’est pas fan de mode, mais son truc c’est d’alterner chaque jour les bandeaux sur ses yeux.